Skip to main content

Les Flyers croient pouvoir gagner le match no 5

Giroux : « Nous ne sommes pas prêts à ce que notre saison prenne fin »

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

VOORHEES, New Jersey - Claude Giroux a rassemblé ses coéquipiers à la fin de l'entraînement pour motiver les troupes à l'écart des entraîneurs.

Le capitaine des Flyers a répété aux membres des médias ce qu'il avait dit à ses coéquipiers.

« Nous ne sommes pas prêts à ce que notre saison prenne fin, a-t-il mentionné. Nous allons à Pittsburgh jouer dans un aréna où c'est difficile. Nous savons que nous pouvons gagner là-bas. Nous savons que si nous jouons notre style de jeu, nous pouvons gagner. Nous allons donc là-bas pour jouer notre match et revenir ici pour le match no 6. »

Le jeu des Flyers face aux Penguins de Pittsburgh durant la série de première ronde de l'Association de l'Est n'a pas été assez bon. Leurs trois défaites sont survenues avec un pointage combiné de 17-1. Lors des matchs no 3 et 4 à domicile, ils ont été dominés 10-1. Ils tirent de l'arrière 3-1 dans la série au meilleur de sept matchs.

Philadelphie fait face à l'élimination dans le match no 5, vendredi au PPG Paints Arena (19 h HE, NBCSN, CBC, TVAS, NBCSP, ATTSN-PT).

« Il faut croire en nous. Nous l'avons fait toute l'année, a expliqué Giroux. Je sais que nous en avons déjà parlé, mais quand tu perds 10 matchs de suite (0-5-5 du 11 novembre au 2 décembre) et que tu trouves le moyen de faire les séries, peu d'équipes peuvent faire ça. Cette équipe bataille. Le match de demain sera important pour nous. Nous le savons. Si nous devons nous incliner, nous le ferons en bataillant. »

À LIRE : Crosby établit un record des Penguins pour les points en séries | Hornqvist ratera le match no 5

Les Flyers doivent livrer un meilleur effort.

Les Flyers sont vites pour déclarer que les Penguins sont une bonne équipe - ils ont remporté deux Coupes Stanley de suite après tout - mais ils sont également vites pour se critiquer et affirmer qu'ils ne sont pas un adversaire difficile à affronter.

« Pour nous, ce n'est pas une question de compétitionner, c'est une question d'exécuter », a indiqué le directeur général des Flyers Ron Hextall. « Nous n'exécutons pas. Nous ne créons pas assez de jeux. Nous n'allons pas dans les bons endroits. Nous ne complétons pas nos jeux. Il y a beaucoup de petites choses que nous avons faites de la mauvaise façon. »

Hextall identifie le manque de force mentale comme l'un des gros problèmes des Flyers dans cette série, particulièrement après que l'équipe accorde un but.

Il a cité en exemple le but de Phil Kessel en surnombre à 14 :37 de la première période du match no 4 qui a porté le pointage 2-0 en faveur des Penguins. C'est survenu après plusieurs bonnes présences des Flyers en zone offensive, qui ont soulevé la foule et fatigué les Penguins.

Video: PIT@PHI, #4: Kessel bat Elliott entre les jambières

« Nous avons eu deux ou trois bonnes présences dans leur territoire, puis ils marquent un but, leur deuxième, a dit Hextall. Nous devons mieux réagir. Il y a des moments où nous avons bien compétitionné, mais nous ne pouvons pas laisser un jeu, un but ou une situation nous dégonfler. C'est ce que j'ai vu mercredi. »

Il l'a également vu plus tard dans le match no 4. Kris Letang a marqué à 8 :04 de la deuxième période pour faire 3-0 Penguins. Sidney Crosby a augmenté l'avance 4-0 seulement 2 :52 plus tard.

Video: PIT@PHI, #4: Crosby creuse l'écart sur un revirement

On a vu la même chose lors des matchs no 1 et 3.

Les Penguins ont marqué deux fois dans un intervalle de 4 :02 lors du premier engagement du match no 1 pour prendre une avance de 3-0. Ils ont fait mouche deux fois en 1 :11 en deuxième période avant de refaire le coup en 3 :01 au troisième vingt pour s'offrir un gain de 7-0.

Ils ont récolté une victoire de 5-1 lors du match no 3 avec trois filets sans réplique dans un intervalle de 4 :05 en deuxième période, dont deux buts en cinq secondes d'Evgeni Malkin et de Brian Dumoulin, égalant ainsi le record pour les deux buts les plus rapides dans l'histoire des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« Ç'a beaucoup à voir avec l'aspect mental, a noté Hextall. Nous devons être plus forts si les choses ne tournent pas en notre faveur. Il faut rebondir et reprendre de l'énergie. »

Ça commence par les meilleurs joueurs des Flyers qui doivent être leurs meilleurs joueurs. Ils ne se sont toujours pas signalés.

Giroux, le deuxième meilleur marqueur de la Ligue avec 102 points (34 buts, 68 assistances) cette saison, n'a qu'un point en séries, une mention d'aide dans le gain de 5-1 des siens lors du match no 2.

Il affiche un différentiel de moins-7, le pire de l'équipe à égalité avec le défenseur Shayne Gostisbehere, qui a obtenu son seul point de la série dans le match no 2. Il a terminé au quatrième rang des meilleurs marqueurs chez les défenseurs de la LNH avec 65 points (13 buts, 52 aides) cette saison.

Gostisbehere a été retiré de la première paire défensive au cours du match no 4 et devrait entamer le match no 5 sur la deuxième paire avec Robert Hagg, qui a été retranché lors des quatre premières rencontres de la série.

On ne sait pas non plus si le centre Sean Couturier, un finaliste au trophée Selke, sera de retour pour le match no 5 après avoir raté le no 4 en raison d'une blessure au bas du corps. Il a affirmé être évalué quotidiennement.

« Chaque fois que l'équipe va mal, tout le monde s'ajoute de la pression, a dit Giroux. Dans le passé, je me suis mis beaucoup de pression. J'essaie de ne pas le faire, mais tu deviens frustré et tu essaies encore plus fort. Tu mets les efforts, mais rien ne fonctionne. Tu dois continuer et de bonnes choses vont survenir. »

Les Flyers ont besoin que les bonnes choses surviennent dès vendredi, sinon leur saison morte s'entamera samedi.

« Nous pouvons gagner le match no 5 », a mentionné Giroux.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.