Skip to main content

Les espoirs sur le radar : 16 octobre

Des nouvelles d'Alex Turcotte, Alexis Gravel, Jack Hughes et plusieurs autres

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Chaque semaine, LNH.com vous propose un survol de ce qui se passe dans le monde des espoirs de la planète hockey. Qu'ils soient déjà repêchés ou en voie de l'être, cette chronique sera votre rendez-vous hebdomadaire pour garder un oeil sur les faits et gestes des futures vedettes de votre équipe préférée.

En regardant les différents classements en vue du prochain encan de la LNH, plusieurs pourraient croire à tort qu'un Québécois a de bonnes chances d'être repêché en tout début de première ronde en voyant le nom d'Alex Turcotte. 

Surtout que le jeune homme ne se gêne pas pour utiliser un peu de français dans certaines de ses publications sur Instagram. Avec une légende de photo comme « Deuxième année » et un mot-clic comme #pasmalpantoute, il serait facile de s'y méprendre.

À LIRE AUSSI: En route vers le repêchage: Dylan Cozens | Les espoirs sur le radar: 9 octobre

Mettons ça tout de suite au clair, l'Américain de 17 ans n'a de francophone que le nom. Ses grands-parents viennent de East Angus, près de Sherbrooke, sa mère parle français et son père Alfie est un ancien choix de première ronde des Canadiens (no 17 -1983), mais le rejeton ne connaît que quelques mots. 

Le jeune Turcotte est né à Island Lake, une petite municipalité en banlieue de Chicago où le français n'est pas réellement la langue principale.

« J'aimerais parler français, mais je ne peux pas, a rigolé celui qui est surnommé Frenchy par ses homologues francophones. C'est plus une blague. J'ai essayé de me pratiquer cet été (au camp de l'agence CAA), mais les Québécois riaient de moi. Mon accent est assez terrible. »

Turcotte fait peut-être rire de lui quand il tente sa chance dans la langue de Molière, mais c'est loin d'être le cas sur la patinoire. Il est l'une des têtes d'affiche de l'équipe des moins de 18 ans du programme de développement de l'équipe nationale de USA Hockey en compagnie de Jack Hughes, évidemment.

L'attaquant de 5 pieds 11 pouces et 194 livres n'a disputé que deux rencontres cette saison puisqu'il est tenu à l'écart du jeu en raison d'une blessure, mais il compte faire des dommages quand il sera de retour au jeu dans les prochaines semaines.

« C'est sûr que c'est frustrant parce que je viens d'avoir un bon été d'entraînement, a-t-il indiqué en entrevue avec LNH.com. Ça me motive encore plus à revenir au jeu rapidement.

« Les 19 matchs que j'ai joués avec les moins de 18 ans l'an dernier vont beaucoup m'aider. J'ai vu comment les plus vieux se préparaient pour les matchs et la manière dont ils tentaient d'ignorer tout ce qui vient avec l'année de repêchage. »

Ce sera décidément plus difficile de le faire cette saison. Tous les projecteurs sont rivés sur Hughes, le potentiel premier choix au total du prochain encan, et Turcotte pourrait bien entendre son nom dans le top-5.

L'attention médiatique et la présence des recruteurs doivent assurément se faire sentir chaque fois que l'équipe pose le pied sur la patinoire.

« C'est super de l'avoir dans notre équipe, a dit Turcotte à propos de Hughes. Il amène beaucoup de notoriété et d'attention sur nous. C'est un bonus pour nous. En même temps, c'est un défi d'ignorer tout ça, mais l'organisation fait un bon travail pour nous soutenir et nous épauler. »

Comme un frère

Turcotte a rencontré Hughes pour la première fois en 2010 alors que les deux jeunes participaient au prestigieux « tournoi vitrine » Brick, disputé à Edmonton chaque été. Leur amitié dure depuis ce temps et ils partagent désormais le même logement à Plymouth, la ville où est basé le programme de développement.

« Nous nous entendons super bien, a expliqué Turcotte. C'est évidemment mon meilleur ami, c'est comme mon frère. C'est bien de l'avoir à mes côtés. »

L'amitié laisse parfois place à la saine rivalité dans la vie de tous les jours, même si Turcotte est bien conscient qu'il n'a probablement aucune chance d'avoir le dessus sur son grand ami sur une surface glacée.

Est-ce que quelqu'un peut devancer Hughes au classement avant le mois de juin?

« Hmm... Non », a-t-il simplement répondu en riant.

C'est assez clair. Même pas toi?

« Positif », a-t-il ajouté sans hésitation.

Dans le calepin

-   Après avoir connu une saison en dents de scie à son année d'admissibilité au repêchage de la LNH, le gardien des Mooseheads Alexis Gravel (no 162 - 2018) affiche un rendement qui doit assurément plaire aux Blackhawks. En huit départs, il maintient une fiche de 6-2, une moyenne de buts alloués de 2,51 et un taux d'efficacité de ,927.

-   Avec 17 points en 11 matchs, Alexis Lafrenière (2020) s'approche lentement mais sûrement du sommet des pointeurs de la LHJMQ. La jeune sensation de l'Océanic n'avait que sept ans quand Marek Malik y est allé d'une feinte spectaculaire en tirs de barrage, mais il l'a imité à la perfection cette semaine. 

Tweet from @eliteprospects: Wow! Goal from Oc��anic prospect Alexis Lafreni��re.https://t.co/0iaIFtwpS1 #QMJHL #2020NHLDraft pic.twitter.com/Gc8qPuBDUH

-    Jason Robertson (no 39 - 2017) est en voie de connaître sa campagne la plus productive au chapitre des buts dans la OHL. Le choix des Stars en 2017 a déjà touché la cible à 13 reprises en 10 rencontres. Reconnu comme un marqueur naturel, il a inscrit 42 et 41 buts à ses deux dernières saisons, respectivement.

2019 sous la loupe

-   L'Américain Arthur Kaliyev a la pédale au plancher et ne semble pas près de ralentir. L'attaquant des Bulldogs d'Hamilton, qui a atteint le plateau des 30 buts à sa première campagne dans la Ligue de l'Ontario (OHL) a déjà amassé neuf buts et sept aides en 10 rencontres. Son tir est l'un des plus puissants de la cuvée 2019.

Tweet from @eliteprospects: Sweet moves! Hamilton prospect Arthur Kaliyev with the game-winning goal in OT.https://t.co/g6h1FCT7H1#OHL #2019NHLDraft pic.twitter.com/T2FtYzakFC

-   Les défenseurs gauchers semblent susciter un intérêt particulier à Montréal. On ne sait pas si les Canadiens obtiendront un choix en début de première ronde lors du prochain repêchage, mais si c'est le cas, Bowen Byram des Giants de Vancouver deviendrait une option très alléchante.

Tweet from @CHLHockey: Defenceman @BowenByram of @WHLGiants showcases the offensive creativity of a top #NHLDraft prospect representing @TheWHL in this week���s #CIBCShowdown.VOTE: https://t.co/fI3X1ciXjM pic.twitter.com/wgbRMcuwpt

-    Jack Hughes a connu le match le plus productif de sa saison cette fin de semaine quand il a inscrit un but et amassé deux aides dans une victoire de 6-3 de l'équipe américaine des moins de 18 ans contre la puissante Université du Michigan et son frère Quinn. Le jeune Hughes totalise 11 points, dont deux buts, en huit matchs.

Tweet from @lassialanen: Hughes��� goal from last night���s game between USNTDP U18 and University of Michigan. #2019NHLDraft pic.twitter.com/GUAmTG3PZB

-   Le cas de l'attaquant Alex Newhook sera très intéressant à suivre d'ici le repêchage de juin prochain. Préférant prendre le chemin des collèges américains en s'engageant auprès de Boston College pour la saison 2019-20, le Canadien s'aligne dans la Ligue Junior A de la Colombie-Britannique. Le jeune homme amasse les points (7 buts, 10 aides en 14 matchs), mais il reste à voir si le calibre moins relevé de cette ligue affectera son rang de repêchage.

Tweet from @StevenEllisNHL: And then it gets better. On a 3-on-3 OT play, Alex Newhook took the pass from Nico Somerville at Victoria's hashmarks and broke in with tremendous speed. Nice little move to win the game for the @BCHLGrizzlies. #NHLDraft pic.twitter.com/vtzhxLLhHv


 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.