Skip to main content

Les directeurs généraux regardent vers l'avenir

Ils passent la première journée de leur réunion à discuter d'éventuels changements concernant, entre autres, le classement et l'attaque

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

BOCA RATON, Floride - Les directeurs généraux de la LNH ont passé la première de leurs trois journées de réunion à discuter de l'avenir du sport.

Ils se sont divisés en quatre groupes et la ligue leur a donné comme mandat de discuter d'idées et de concepts qui pourraient éventuellement être appliqués au sport. Chaque groupe était supervisé par un cadre de la ligue.

« C'était comme une séance de remue-méninges », a déclaré le directeur général des Devils du New Jersey Ray Shero.

On a dit aux DG qu'aucune idée n'était trop folle ou trop radicale. L'objectif était que les 31 DG présents, incluant le DG des Golden Knights de Vegas George McPhee, participent pour évaluer leurs réactions aux différentes idées. Ainsi, la ligue pourrait en retenir quelques-unes, les mettre en contexte et les présenter lors de la réunion de groupe mardi afin d'en discuter plus longuement.

Certaines idées touchaient presque exclusivement le jeu sur la glace, comme le fait d'abolir certains éléments défensifs pour stimuler l'attaque. D'autres concernaient le classement, comme les points attribués à une victoire ou à une défaite en prolongation ou en tirs de barrage.

Parmi les autres concepts, il y a cette idée de remplacer les deux cercles de mise au jeu dans les territoires des équipes par un seul directement devant le filet, celle de limiter les dégagements, celle d'agrandir les buts, comme ce fut déjà évoqué par le passé, et enfin celle d'ajouter une autre équipe repêchée pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« On aime notre sport, mais comment peut-on l'améliorer? Et quel est son avenir à long terme? » s'est interrogé le directeur général des Sabres de Buffalo Tim Murray. « C'est ce dont on a discuté et je suis convaincu que les quatre groupes ont parlé de choses différentes. On n'a pris aucune décision, mais on a mentionné plusieurs choses. Certaines sont complètement nouvelles et d'autres pourraient être implantées d'ici quatre ou cinq ans. C'était des discussions ouvertes sur l'avenir du sport. »

Certaines des idées les plus intéressantes mentionnées publiquement par les DG après les rencontres semblent émaner du groupe formé de Shero, Brad Treliving (Flames de Calgary), Jim Rutherford (Penguins de Pittsburgh), Ken Holland (Red Wings de Detroit), Kevin Chevyldayoff (Jets de Winnipeg), Stan Bowman (Blackhawks de Chicago), Ron Hextall (Flyers de Philadelphie) et Joe Sakic (Avalanche du Colorado).

« Un des concepts dont on a parlé concerne tous les efforts qu'on fait depuis des années pour générer plus d'attaque. Est-ce qu'on devrait adopter une approche différente? a demandé Treliving. Ne faudrait-il pas plutôt essayer d'encadrer la défense? »

Treliving a mentionné qu'ils avaient discuté plus précisément de la congestion devant la cage et des lancers bloqués.

« Il faut être chanceux pour que la rondelle atteigne le gardien à partir de la pointe, a expliqué Treliving. C'est peut-être un problème qu'on peut tenter de régler. »

Treliving a ajouté qu'ils avaient même discuté de la possibilité d'agrandir les dimensions de la zone offensive.

« On parle toujours de créer des règlements pour générer de l'attaque et quand on les soumet aux entraîneurs, ils n'ont besoin que de dix minutes pour tuer cette idée, a révélé Treliving. Mais si on trouvait un moyen de limiter la défense? Si, au lieu de leur donner plus d'outils, on en retirait du coffre à outils? On en a beaucoup discuté. »

Les DG ont ressorti des idées qui avaient été proposées il y a plusieurs années, comme celle de Bob Gainey qui voulait rendre illégal le fait de bloquer un lancer en tombant ou en se jetant sur la patinoire.

Gainey avait évoqué cette idée à la réunion des directeurs généraux de 2008, alors qu'il était à la tête des Canadiens de Montréal.

« À l'époque, les gens l'ont vite rejetée, a indiqué Treliving. Mais avec le recul, ce n'était pas complètement insensé. »

Le système de points au classement a aussi été l'objet de discussion, mais plusieurs DG croient que c'est trop difficile d'évaluer les effets d'un système où la ligue attribuerait trois points pour une victoire en temps réglementaire, deux points pour une victoire en prolongation ou en tirs de barrage et un point pour une défaite en prolongation ou en tirs de barrage.

Shero affirme qu'on pourrait élaborer un modèle avec un système à 3-2-1 points pour la présente saison et les dernières années, mais cela ne tiendrait pas compte de la façon dont les équipes ont pu jouer en fin de match sous le régime actuel.

Si une équipe peut gagner un point supplémentaire pour une victoire en temps réglementaire, elle pourrait jouer différemment que sous le système actuel qui accorde deux points pour une victoire, peu importe sa nature.

« Je ne crois pas qu'on puisse affirmer que la situation actuelle est comparable à ce qu'elle serait sous un système à [3-2-1 points] », a conclu Shero.

« On joue selon les règles actuelles en ce moment. »

Les DG discuteront plus en détail de certaines de ces idées et d'autres concepts mardi. Ils devaient alors également aborder d'éventuelles modifications qui pourraient être apportées à court terme aux règlements sur les hors-jeu, la durée des analyses de la reprise vidéo et la pertinence des congés prolongés insérés dans le calendrier, ces semaines de repos qui ont été instaurées cette saison pour donner un peu de répit aux joueurs entre le 1er janvier et le 2 mars.

« C'est bon pour nous de discuter du sport, de son avenir et de sa situation actuelle », a déclaré le directeur général des Rangers de New York Jeff Gorton. « On est tous d'accord pour dire que la ligue se porte très bien. C'est un sport rapide et les jeunes joueurs l'ont beaucoup aidé. C'est seulement sain de regarder plus loin vers l'avant. »

En voir plus