Skip to main content

Ne jamais abandonner, la leçon à tirer pour le CH

Le genre de poussée victorieuse qui pourrait faire des petits dans le camp des Canadiens

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

TORONTO - L'atmosphère était joyeuse dans le vestiaire des Canadiens de Montréal à l'issue de la dramatique victoire qu'ils ont soutirée aux Maple Leafs de Toronto, samedi.

« J'ai déjà été impliqué dans des matchs semblables en séries éliminatoires, mais c'est dans mon 'top-3' des matchs les plus intenses et émotifs », a opiné l'attaquant Jonathan Drouin, encore fébrile. « Ç'a été ben le 'fun'. »

À LIRE AUSSI : Le CH remporte un match de fou | Tour d'horizon des matchs du 5 octobre

C'est tôt dans la saison régulière, mais les Canadiens ont signé le genre de poussée victorieuse qui pourrait marquer le début de quelque chose de positif.

« Il faut être fort psychologiquement dans une saison de 82 matchs. Il y a des hauts et des bas, et il ne faut jamais abandonner », a soulevé l'entraîneur Claude Julien.

Baisser les bras, c'est ce qu'on croyait que le CH ferait après le quatrième but des Maple Leafs, à 5:16 du dernier vingt.

Video: MTL@TOR: Nylander bat Price en A.N.

Drouin a sonné la charge, en réplique immédiate au but de William Nylander en supériorité numérique. Ç'a été l'élément déclencheur d'une folle séquence.

« Ç'a été le tournant du match », a tranché l'ailier droit Brendan Gallagher. « Ça nous a donné du rythme, même si ça nous ramenait au même écart de deux buts qu'une minute auparavant. Nous savions qu'en obtenant un autre but, tout devenait possible. »

Drouin a glissé au passage qu'on avait en tête que la fatigue pouvait gagner les Maple Leafs, qui en étaient à un deuxième match en autant de soirs. 

Du rarement vu

Gallagher a lui-même vu à faire 4-3 un peu plus d'une minute après Drouin. Puis, il s'est produit un incident qu'on voit très rarement, à la 14e minute de jeu.

Pendant un jeu de puissance du Tricolore, l'attaquant Kasperi Kapanen des Maple Leafs a lancé un bout de bâton brisé sur le défenseur Jeff Petry. Les arbitres ont signalé l'infraction, qui s'est traduite par un tir de pénalité.

Video: MTL@TOR: Petry égale la marque sur un tir de pénalité

« On ne connaissait pas le règlement, a indiqué Drouin. On pensait qu'on aurait un autre jeu de puissance. »

« On ne voit pas ça souvent, a ajouté Julien. Même les arbitres ont dû tout clarifier ensemble. »

Petry a dit avoir été pris de court par la crampe au cerveau de Kapanen.

« J'avais déjà vu des joueurs tirer leur bâton sur la rondelle, mais pas sur un adversaire. C'était une première pour moi et ça m'a pris au dépourvu », a raconté le vétéran défenseur. 

Kapanen a expliqué que son intention n'était pas d'atteindre Petry.

« Je ne pensais pas que j'allais l'atteindre, mais j'ai tiré mon bâton en sa direction et je l'ai touché on dirait, et c'est un tir de pénalité dans ce temps-là. J'assume la responsabilité de mon geste. Les Canadiens ont marqué et je me sens mal. Ç'a été une grosse erreur de ma part. » 

Petry est revenu sur le moment de confusion qui a précédé le tir de pénalité.

« On croyait avoir une autre supériorité numérique, puis on a su que c'était un tir de pénalité. Au début, les arbitres ont dit que ça pouvait être n'importe quel joueur. Par après, ils ont pensé que ça devait être un joueur sur la glace. Finalement, ils ont dit que ce devait être moi. En l'espace de 30 secondes, trois joueurs différents ont cru qu'ils effectueraient le tir. »

Petry s'est élancé et il a fait mouche à l'aide d'un tir des poignets qui a déjoué Michael Hutchinson du côté du bouclier. C'était l'égalité 4-4.

Danault a couronné l'effrénée séquence d'une durée de 9:53, avant que Matthews ne prolonge le plaisir des amateurs en créant l'égalité. 

En prolongation et en fusillade, on a assisté au spectacle Carey Price. Le gardien vedette s'est dressé entre autres en surtemps devant le capitaine John Tavares deux fois plutôt qu'une.

« En fusillade, il n'a pas eu affaire à des deux de pique, a relevé Drouin. Même s'il avait accordé cinq buts, il était prêt à les stopper. C'est notre gardien et c'est le meilleur de la Ligue. »

Gallagher a dit qu'il n'y a que Price qui peut permettre cinq buts et être l'étoile individuelle d'une rencontre.

« Il a multiplié les gros arrêts face à des francs-tireurs, a-t-il souligné. On ne souhaite pas le soumettre à un barrage semblable tous les matchs, mais c'est un luxe que nous pouvons nous permettre. »

Drouin a livré un deuxième solide match de suite, après avoir connu un camp d'entraînement ordinaire. Max Domi a mentionné que l'ardeur que son coéquipier met à la tâche est contagieuse sur le groupe. 

« 'Jo' a été très actif et positif sur le banc. Il patinait comme le vent et il complétait ses mises en échec. Quand on voit un gars de son talent s'impliquer de la sorte, ç'a un effet d'entraînement sur tout le monde. C'est un gars et un joueur incroyable », l'a encensé Domi.

Au travers de tout le branle-bas de combat, le défenseur Victor Mete n'a pas réussi de but dans un 122e match de suite, reléguant aux oubliettes la marque d'équipe de l'ancien défenseur Mike Komisarek.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.