Skip to main content

L'absence de production des meilleurs joueurs a été fatale aux Flames

Gaudreau et Monahan n'ont totalisé que trois points face à l'Avalanche

par Dave Stubbs @Dave_Stubbs / Chroniqueur NHL.com

CALGARY - Les contreforts des montagnes Rocheuses sont magnifiques quand on regarde au loin, vers l'Ouest, à partir de Calgary. Les sommets enneigés sont également symboliques de quelque chose aujourd'hui : la quête impossible des Flames de Calgary face à l'Avalanche du Colorado.

Les Flames, champions de l'Association de l'Ouest, ont fini par disparaître dans le blizzard qu'a été l'Avalanche à l'occasion de la série du premier tour éliminatoire, alors que leur défaite de 5-1 lors du cinquième match, vendredi au Scotiabank Saddledome, a scellé leur sort.

À LIRE : Les Flames rendent les armes | BOUCHER : Une avance difficile à protéger

La remarquable victoire du Colorado dans cette série, combinée à l'étonnant balayage des Blue Jackets de Columbus aux dépens du champion de l'Association de l'Est, le Lightning de Tampa Bay, vient s'inscrire dans l'histoire. Jamais les deux champions d'association ont-ils été éliminés dès le premier tour depuis que la LNH est passée de six à 12 équipes en 1967.

« C'est [moche], a déclaré l'attaquant des Flames Sean Monahan dans un vestiaire plutôt silencieux. Nous avions une bonne équipe. Même si ça n'a pas paru dans ces cinq matchs; ça nous a d'ailleurs coûté cher. »

On s'attendait à ce que Monahan soit un des piliers à l'attaque des siens, mais il n'a récolté que deux points (un but, une aide). Son compagnon de trio Johnny Gaudreau a fait encore pire - une seule mention d'aide.

« Je n'ai pas trouvé le fond du filet quand j'aurais dû le faire à au moins une ou deux reprises dans cette série, a noté Gaudreau d'une voix éteinte. Nous avions des attentes élevées après avoir connu une formidable saison régulière. Nous avons joué un peu sur les talons dans un ou deux matchs et maintenant, la saison est terminée. »

Effectivement, c'est un dénouement étonnant pour les Flames, dont la fiche de 50-25-7 en saison régulière leur a valu le deuxième rang au classement général de la Ligue, derrière le Lightning (62-16-4). Calgary a été écarté du portrait des séries par une formation du Colorado qui a affiché un dossier de38-30-14, bon pour la 17e place dans la LNH.

La seule victoire des Flames durant la série, en cette saison du 30e anniversaire du seul championnat de la Coupe Stanley de leur histoire, a été celle de 4-0 signée lors du premier match. C'était la 100e victoire en matchs éliminatoires de leur histoire, un plateau qui ne console personne à Calgary.

À deux reprises cette saison les Flames ont subi quatre défaites de suite, mais les conséquences n'étaient pas les mêmes. Cette fois, il n'y avait pas moyen de se racheter deux jours plus tard, et Calgary a maintenant une fiche de 0-9 quand l'équipe tire de l'arrière 3-1 dans une série quatre de sept.

« En ce moment, on ne se sent pas bien du tout, a reconnu le capitaine Mark Giordano. Nous avons un groupe formidable ici, nous avons connu une excellente saison. Nous n'avons pas été capables de prendre l'avance au score dans les séries et de continuer à respecter notre plan de match les fois où nous avions l'avance. C'est un goût amer en ce moment. Nous avons laissé un ou deux matchs nous filer des mains. Comme c'était le cas ce soir, nous avions l'impression que rien ne fonctionnait pour nous, tandis qu'eux, ils profitaient de [leurs occasions]. »

Le gardien Mike Smith a été le meilleur joueur du côté de Calgary, et de loin, au fil des cinq matchs. Après avoir réalisé 26 arrêts en route vers le jeu blanc à l'occasion du premier match, Smith a été enseveli de tirs par l'Avalanche -- 39, 56, 52 et 32 dans les quatre rencontres suivantes.

« S'entraîner tout l'été, batailler pendant le camp d'entraînement, puis la saison régulière, tu y investis une tonne de travail et à mesure que tu vieillis, ces opportunités deviennent de plus en plus rares, la marge de manœuvre se raccourcit pour toi, a noté Smith. C'est sûr que c'est décevant…

« La saison régulière ne veut rien dire, si ce n'est que c'est le moyen pour se qualifier pour les séries. Tout le monde qui se qualifie est une équipe des séries de la LNH, et mérite d'y être. »

Ce qui devait être un duel d'enfer mettant en vedette Nathan MacKinnon de l'Avalanche et Gaudreau des Flames, eux qui venaient tous deux de connaître leur meilleure saison dans la LNH en vertu de récoltes de 99 points, s'est avéré être unidimensionnel. MacKinnon a inscrit huit points (trois buts, cinq passes), lui qui a notamment marqué le filet vainqueur en prolongation à l'occasion du deuxième match.

Gaudreau a eu ses chances, vendredi: il a tellement feinté qu'il a fini par se déjouer lui-même sur un tir de punition qu'il a raté, puis il a raté la cible à l'issue d'une échappée, en première période chaque fois; il a également vu un but apparent lui être refusé en deuxième période en raison d'un contact accidentel avec le gardien.

Video: COL@CGY, #5: Grubauer stoppe un tir de pénalité

 

Partout dans le vestiaire des Flames, on pouvait entendre les gens vanter MacKinnon - « un monstre » dans les mots de Smith; « au même niveau qu'un (Connor) McDavid », selon l'attaquant Matthew Tkachuk.

« S'il y a quelqu'un qui pense encore que MacKinnon n'est pas un des meilleurs, sinon le meilleur, ils auraient intérêt à regarder cette série, a lancé Giordano. Il réussit vraiment à atteindre un niveau supérieur. Il est difficile à affronter. J'ai trouvé qu'il a vraiment pris le contrôle et dicté le ton pour son équipe. »

Les Flames pourront continuer de s'extasier, ou peut-être pas, devant le jeu de MacKinnon et de ses compagnons de trio Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen au deuxième tour des séries. Ce trio a collectivement récolté 21 points au premier tour (neuf buts, 12 passes).

« C'est un sentiment qui va te hanter jusqu'à la fin des séries », a dit Gaudreau de la déception de voir la saison se terminer aussi soudainement. « Tu entends parler des autres équipes qui continuent de disputer des matchs. Évidemment, tu regardes les matchs. Ça reste avec toi jusqu'à la fin des séries. Ces deux mois vont être longs. En espérant pouvoir en tirer les leçons qui s'imposent et revenir en force la saison prochaine. »

Selon Monahan, pas besoin d'analyser la vidéo pour savoir ce qui a mené à cette abrupte fin de campagne.

« Il faut produire, a-t-il dit en haussant les épaules. Tes meilleurs doivent être tes meilleurs dans les séries, et nous ne l'avons pas fait. Ils ont mieux joué que nous. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.