Skip to main content

Gagné : Pleins feux sur la profondeur d'ici la fin de la Finale

Notre chroniqueur croit que le deuxième trio des deux équipes pourrait décider de l'issue de la série de championnat

par Simon Gagné / Chroniqueur LNH.com

Simon Gagné a disputé 14 saisons dans la LNH et il a réussi 291 buts et totalisé 601 points en 822 matchs, connaissant notamment deux saisons de 40 buts et plus. Il a remporté la Coupe Stanley dans l'uniforme des Kings de Los Angeles en 2012. Sur la scène internationale avec le Canada, il a savouré la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City et la conquête de la Coupe du monde en 2004. L'attaquant sélectionné au 22e rang du repêchage 1998 a successivement porté les couleurs des Flyers de Philadelphie, du Lightning de Tampa Bay, des Kings de Los Angeles et des Bruins de Boston. Simon a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'actualité de la LNH.

Il ne faut pas se surprendre de voir la série être égale 1-1 après les deux premiers matchs de la Finale de la Coupe Stanley. Ce sont probablement les deux meilleures équipes de la LNH, les Bruins de Boston et les Blues de St. Louis en l'occurrence, qui s'affrontent, et nous avons eu deux très bons duels jusqu'ici, et la meilleure équipe sur la patinoire a eu le dessus chaque fois. 

À LIRE AUSSI : Boucher : La perte de Grzelcyk n'explique pas la défaite des BruinsLe premier trio des Bruins doit montrer signe de vieGrzelcyk réévalué sur une base quotidienne

Je m'attendais à ce que les Bruins soient rouillés un peu en début de série en raison de leur longue période d'inactivité, et c'est ce qui s'est produit. La rouille est toutefois partie assez rapidement, alors qu'ils ont complètement dominé le match no 1 à partir de la deuxième période pour l'emporter en lever de rideau. Ce fut au tour des Blues de s'imposer dans le match no 2. Ils ont notamment été seuls sur la glace en prolongation.

La longue pause dont ont bénéficié les Bruins, 11 jours entre leur dernier match en finale de l'Association de l'Est et leur premier match en Finale, aura peut-être eu un effet pervers dans le match no 2. Si le repos supplémentaire devrait jouer en leur faveur plus la série va s'étirer, il est impossible de reproduire l'intensité d'un match à l'entraînement, et il faut jouer beaucoup de hockey pour retrouver ses jambes et sa forme de match. Je m'attends à ce que les choses se replacent pour les Bruins et que les deux équipes nous offrent du meilleur hockey encore d'ici la fin de la série.

On a vu le momentum changer de côté dans chacune des parties, mais tout est à recommencer à zéro au début de chacune des rencontres. Ce fameux momentum ne se transfère pas d'un match à l'autre, et il y a tellement de facteurs qui peuvent le faire basculer très rapidement pendant une partie. Ce n'est pas parce qu'une équipe a le vent dans les voiles à un certain moment qu'elle va filer tranquillement vers la victoire. Une bonne mise en échec, un jeu de puissance, un but en début de match ou des buts en fin de période peuvent tous relancer une équipe qui se cherchait jusque-là.

Bataille de la profondeur

Dans un affrontement aussi relevé, ce sont les joueurs de soutien qui pourraient faire la différence. Les séries éliminatoires sont longues et les joueurs vedettes passent beaucoup de temps sur la glace. Quand on arrive en Finale, les jambes commencent à être un peu plus lourdes dans leur cas, et les joueurs qui jouent habituellement moins d'une dizaine de minutes par rencontre vont peut-être voir leurs responsabilités augmenter, et le fait qu'ils soient un peu plus reposés leur permet souvent de s'illustrer.

Et avec deux équipes qui misent sur une profondeur semblable, il ne serait pas surprenant que le duel que se livrent les deuxièmes trios soit l'une des clés des prochains matchs. Ces deux unités n'ont pas encore touché la cible en Finale, mais m'ont beaucoup impressionné depuis le début du tournoi printanier.

Du côté des Bruins le duo formé de David Krejci et Jake DeBrusk a fait de l'excellent travail cette saison et au cours des trois premières rondes. J'ai trouvé que Krejci avait ralenti au cours des dernières saisons. Il était privé de joueurs de premier plan, les deux meilleurs ailiers de l'équipe, Brad Marchand et David Pastrnak, patinant avec Patrice Bergeron sur le premier trio. L'arrivée de DeBrusk à Boston la saison dernière semble l'avoir relancé. Il remplace un peu les attributs que présentait un joueur comme Milan Lucic à Boston, en étant plus rapide. Il apporte beaucoup d'énergie et a aidé Krejci à jouer de l'excellent hockey depuis le début des séries.

Video: BOS@CBJ, #6: Krejci ouvre la marque avec un laser

L'apport de Krejci, qui est un vétéran qui a déjà gagné la Coupe Stanley à Boston, va devenir primordial sur la route alors que les Bruins n'auront pas le dernier changement, d'autant plus que le trio de Bergeron éprouve des ennuis depuis le début de la Finale.

Pour les Blues, la deuxième unité a été stimulée par l'insertion de Samuel Blais dans la formation en deuxième ronde. Depuis qu'il a été jumelé à Ryan O'Reilly et David Perron, Blais a été un élément déclencheur. Il a apporté beaucoup d'énergie en jouant de manière physique et en dérangeant l'adversaire. Ce trio a développé une belle chimie et les trois joueurs ont obtenu plusieurs chances de marquer au cours des deux derniers matchs et seront dangereux d'ici la fin de la Finale.

Video: SJS@STL, #6: Perron donne l'avance aux Blues

Quel gardien va voler un match?

On a beaucoup parlé du duel qu'allaient se livrer Tuukka Rask et Jordan Binnington, et si les deux gardiens ont bien fait depuis le début de la Finale, ils n'ont pas réalisé les arrêts-clés comme ils le faisaient régulièrement au cours des trois premiers tours.

On peut donc affirmer que les deux cerbères n'ont pas encore volé un match pour leur équipe respective. Il serait surprenant que ça n'arrive pas d'ici la fin de la série.

Video: STL@BOS, #2: Binnington vole Marchand tard en 3e

Le premier gardien qui retrouvera son « mojo » et qui va redevenir le mur de briques qu'il était avant d'arriver en Finale risque de faire basculer la série du côté de son équipe.

*Propos recueillis par Sébastien Deschambault, directeur de la rédaction LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.