Skip to main content

Fortier peaufine son jeu à son deuxième camp chez le Lightning

L'attaquant savait à quoi s'attendre après avoir disputé quelques matchs dans la LAH l'an dernier

par Corey Long / Correspondant LNH.com

BRANDON, Floride - À son deuxième camp de perfectionnement avec le Lightning de Tampa Bay, Gabriel Fortier a rapidement constaté la différence par rapport à il y a un an.

Non, l'écart de température entre la Floride et le Québec n'est pas ce qui a surpris le choix de deuxième ronde (59e) du Repêchage 2018, mais à l'âge de 19 ans, l'attaquant ne ressentait plus la nervosité et la pression d'impressionner comme ça avait été le cas à sa première présence, 12 mois plus tôt.

À LIRE AUSSITomasino apportera de la vitesse aux Predators | Fox prêt à faire sa place chez les Rangers

« C'est moins stressant. L'an dernier, je ne connaissais personne et tu es en mode apprentissage. Cette année, je me sens plus à l'aise et je peux me concentrer sur les détails au cours des exercices de patinage et maniement de la rondelle », a mentionné l'athlète natif de Lachine.

Cette nouvelle confiance aidera sans aucun doute Fortier (5 pieds 10 pouces, 177 livres) au moment où il gravit les échelons afin de devenir un joueur professionnel, lui qui vient de connaître une saison de 83 points (35 buts, 48 passes) en 68 matchs à sa troisième année avec le Drakkar de Baie-Comeau, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Une performance qui lui a permis d'obtenir un rappel du Crunch de Syracuse, dans la Ligue américaine de hockey (LAH) en fin de saison dernière. En quatre parties, il a été blanchi au score. Il a également revêtu l'uniforme pour une rencontre en séries éliminatoires.

« Ç'a vraiment été bon pour moi de jouer avec Syracuse et de comprendre ce que je devais améliorer dans mon jeu afin de passer au prochain niveau, a mentionné Fortier. Tout le monde dit que le jeu est plus rapide et que les gars sont plus gros. C'est une chose de l'entendre, mais de faire face à ces gars, c'est vraiment une grosse différence. Ça me sera utile de l'avoir vu de mes propres yeux. »

Fortier, qui disputera une dernière saison dans la LHJMQ, a impressionné le Lightning par sa progression, ses habitudes de travail et les aptitudes qu'il a démontrées pendant le camp de perfectionnement.

Le directeur du développement des joueurs de l'organisation Stacy Roest a indiqué que Fortier avait beaucoup avancé au cours de la dernière année.

« Il est un peu plus gros, un peu plus fort, avec une bonne vitesse et de bonnes habiletés, a analysé Roest. Nous sommes très heureux de voir où il est rendu. Il travaille fort. Chaque fois que nous parlons à un de ses entraîneurs ou un de ses coéquipiers, et qu'on leur demande avec quel joueur ils iraient à la guerre, il est un de ces gars. 

« Il a tenu son bout à Syracuse en fin de saison. En séries, l'équipe était en santé et elle avait d'autres options, mais les entraîneurs étaient très heureux de son rendement. »

Fortier sait qu'il doit continuer d'améliorer son jeu et il n'a pas à chercher bien loin afin de s'inspirer de joueurs de plus petite taille qui ont fait leur place à Tampa. Il a simplement à regarder le parcours des Québécois Martin St. Louis, Jonathan Marchessault et Yanni Gourde.

« Dans la LNH actuellement, tu dois patiner et prendre des décisions rapides, donc je trouve que les séances d'entraînement que nous avons au camp de perfectionnement aident énormément, a souligné Fortier. Ça aide aussi de travailler mon coup de patin avec [l'entraîneur de patinage] Barb [Underhill]. Je sais aussi que je dois améliorer mes aptitudes et surtout mon lancer. Tout ça me permettra de passer au prochain palier. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.