Skip to main content

Diagnostic de leucémie pour Boyle, qui veut être du match d'ouverture

Le vétéran attaquant des Devils croit qu'il possède un « bon plan d'attaque »

par LNH.com @LNH_FR / LNH.com

L'attaquant des Devils du New Jersey Brian Boyle a reçu un diagnostic de leucémie myéloïde chronique. 

« Je me considère très chanceux et béni, a mentionné Boyle mardi. Nous avons reçu un nombre incalculable de prières, et si je peux demander quelque chose, c'est que cela se poursuive, car j'ai déjà vu de mes yeux que cela pouvait guérir le cancer et des situations qui avaient été jugées inguérissables. 

« Nous nous trouvons dans une bonne situation, nous avons un bon plan d'attaque, et j'ai hâte de retourner sur la glace et de jouer. Je ne sais pas quand cela va se produire, mais mon esprit est tourné vers le 7 octobre (date du match d'ouverture contre l'Avalanche du Colorado). Je n'aime pas rater de matchs. » 

Cette maladie, aussi connue sous l'acronyme LMC, est un type de cancer de la moelle osseuse qui se traite souvent avec une médication. Le docteur Michael Farber affirme que Boyle se trouve dans les premières étapes de la maladie et qu'un bilan est assemblé. L'équipe médicale attend les résultats de tests supplémentaires qui vont pouvoir donner les paramètres d'un possible retour au jeu. 

Boyle, âgé de 32 ans, a paraphé une entente de deux ans d'une valeur de 5,5 millions $ avec les Devils le 1er juillet. Il a récolté 25 points (13 buts, 12 passes) en 75 matchs avec le Lightning de Tampa Bay et les Maple Leafs de Toronto la saison dernière (les Maple Leafs ont fait l'acquisition de Boyle dans une transaction avec le Lightning le 27 février).

Il a récolté 169 points (93 buts, 76 passes) en 624 matchs avec les Maple Leafs, le Lightning, les Rangers de New York et les Kings de Los Angeles, et a ajouté 28 points (15 buts, 13 passes) en 106 parties de la Coupe Stanley en 10 saisons dans la LNH. 

« Le soutien que j'ai déjà reçu alors que je n'ai même pas encore disputé un match avec les Devils fait en sorte que je suis très, très reconnaissant d'avoir eu la chance de joindre cette équipe, et d'avoir eu l'intelligence de saisir cette chance, a noté Boyle. Je suis entre d'excellentes mains. »

Boyle a indiqué que le seul indice que quelque chose n'allait pas était une augmentation de sa fatigue, qu'il attribuait à un horaire surchargé à la suite de la transaction qui l'a envoyé à Toronto et aux tracas de la vie de la vie de tous les jours avec son fils de deux ans et sa fille encore bébé. 

« J'avais besoin d'un peu plus de temps pour récupérer, a expliqué Boyle. Je ne savais pas vraiment ce que c'était. Il y avait des jours où je sentais que tout était normal. Mais il y avait des jours où j'étais un peu fatigué et je n'y ai pas vraiment porté attention. »

L'ancien attaquant de la LNH Jason Blake a annoncé qu'il avait reçu un diagnostic de LMC le 8 octobre 2007, et a disputé les 82 matchs de la saison 2007-08 avec les Maple Leafs. Il a reçu le trophée Masterton pour souligner sa persévérance, son esprit sportif et son dévouement envers le hockey, et il a disputé quatre autres saisons dans la LNH avant de prendre sa retraite en 2012.  

Boyle espère que son histoire sera couronnée du même succès. 

« Tout va dépendre de la durée du processus lié au traitement, mais je me sens bien en ce moment, a-t-il dit. Je ne pourrais pas vraiment me sentir plus normal, alors j'ai hâte de renouer avec l'action, d'apprendre le système d'une nouvelle équipe et d'amorcer une nouvelle saison. »

Farber a admis qu'il aimerait que Boyle amorce son traitement relativement rapidement.

« Nous devrions obtenir le reste des données au cours des prochaines semaines, peut-être même des prochains jours, et lorsque nous les aurons, nous aimerions entreprendre le traitement presque immédiatement », a expliqué Farber. 

Membre d'une famille de 13 enfants, Boyle a évoqué son père, Artie, qui avait reçu un diagnostic de cancer en 1999 qui s'était propagé de ses reins à ses poumons et qui se trouvait en phase terminale avant de visiter Medjugorje, un site de pèlerinage religieux en Bosnie-Herzégovine en 2000. Une semaine après le retour de son père, un scan a révélé que le cancer avait disparu, et il n'est pas réapparu depuis. 

« Je sais qu'une prière peut soulever des montagnes, alors que tous ceux qui vont lire ou entendre parler de mon cas, ils peuvent apporter leur soutien de toutes les manières possibles, et les prières seront toujours acceptées et très appréciées », a conclu Boyle.

En voir plus