Skip to main content

Une bonne première impression réussie

Ryan Poehling casse la baraque au Centre Bell pour le dernier match des Canadiens cette saison

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - On n'a pas de deuxième chance de faire une bonne première impression, dit le vieil adage. Ryan Poehling n'a pas raté l'occasion de créer une impression très favorable à ses débuts dans la LNH, samedi. L'Américain âgé de 20 ans s'est fait une légion d'admirateurs en réussissant un tour du chapeau à son premier match, en plus d'inscrire le but décisif au cours de la séance des tirs de barrage, dans la victoire de 6-5 des Canadiens de Montréal contre les Maple Leafs de Toronto.

À l'issue de sa soirée de rêve, même en se pinçant il avait peine à croire ce qui lui arrivait.

« Je ne sais pas quoi dire ni penser. Je suis sous le choc. C'est comme dans un rêve », ne cessait-il de répéter aux journalistes.

« C'est un de mes plus beaux moments de ma vie », a-t-il ajouté au sujet de l'accueil délirant que la foule au Centre Bell lui a réservé.

À LIRE : Les Canadiens terminent en beauté grâce à Poehling | Tour d'horizon des matchs du 6 avril

Poehling a su samedi matin qu'il serait de la partie en soirée pour le match du chant du cygne de la saison du CH. Ses parents et ses trois frères ont pu assister à cette grande première qui pourrait bien être une de ses plus grisantes performances en carrière.

« J'ai dit au "kid" que j'avais dû patienter pendant huit ans avant de réussir mon premier tour du chapeau », a lancé l'attaquant Andrew Shaw.

« Je suis heureux pour lui, a-t-il continué. Il n'a pas ménagé les efforts pour se rendre jusque dans la Ligue nationale. Il n'oubliera pas de sitôt son premier match, comme plusieurs partisans et membres de l'organisation. »

Poehling a admis qu'il ne connaîtra peut-être jamais plus un match du genre. Quatrième joueur du Tricolore à s'élancer en fusillade, après Tomas Tatar (arrêt), Jonathan Drouin (but) et Jordan Weal (poteau), il a fait mouche à l'aide d'un lancer des poignets.

« Quand un joueur marque trois buts, c'est que ça va bien pour lui », a souligné l'entraîneur Claude Julien en expliquant sa décision de lui faire confiance. « Disons que j'avais un bon pressentiment. Il méritait d'avoir sa chance. Nous avions envoyé nos trois meilleurs et il était le prochain sur la liste. Ça ne pouvait pas mieux se terminer pour lui. »

Video: TOR@MTL: Le coup du chapeau de Poehling à ses débuts

Poehling a expliqué qu'il s'est présenté devant le gardien Frederik Andersen sans aucune pression parce que le match était sans signification pour les deux équipes.

L'exploit du premier choix de l'équipe (25e au total) au repêchage 2017 a mis un baume sur les plaies des Canadiens, qui ont été exclus des séries éliminatoires la veille. Il fallait voir les joueurs le féliciter à grands cris dans le vestiaire. Poehling ne savait pas trop comment réagir.

« Tout le monde est sous le choc, je crois », a-t-il suggéré.

« Les joueurs étaient extrêmement heureux pour lui sur le banc après chacun de ses buts, a repris Julien. Ç'a mis de la joie dans le vestiaire dans un contexte quand même difficile. C'est positif de voir que nous avons de bons jeunes qui poussent. L'émotion devait être forte pour Ryan et il va se souvenir longtemps de son premier match. »

Poehling, qui a paraphé un contrat après l'élimination de l'université St. Cloud State en fin de semaine dernière, a dit qu'il était plus fébrile que nerveux avant de faire ses débuts dans la LNH.

« Un premier match, c'est plus psychologique qu'autre chose, a-t-il mentionné. Je voulais simplement faire de mon mieux en me concentrant sur le processus, pas sur les résultats. Je ne voulais pas me dénaturer comme joueur et faire ce que je fais de mieux. » 

Poehling n'est pas arrivé des rangs universitaires américains en ayant la réputation d'être un marqueur élite. Il a obtenu 29 buts en 107 matchs échelonnés sur trois saisons.

« Sur mes 29 buts, j'ai dû en marquer 20 dans un rayon de 10 pieds alentour du filet. Je dois aller près du but pour avoir du succès. »

Il s'est dit honoré que son premier match de rêve ait coïncidé avec le dernier du vénérable descripteur de jeu Bob Cole, qui a tiré un trait sur une illustre carrière de 50 ans dans la LNH.

« C'est quelqu'un que je connais de réputation et que je respecte, a-t-il relevé. C'est particulier d'avoir joué mon premier match à son dernier. Je vais sûrement écouter les descriptions qu'il a faites de mes buts. »

En face de Poehling dans le vestiaire, le défenseur Victor Mete était un brin jaloux, lui qui est encore à la recherche d'un premier but après 120 matchs dans la LNH. Mete a bien failli casser la glace en prolongation au terme d'une poussée individuelle, mais le gardien Frederik Andersen l'a frustré.

« Ça ne me dérange pas du tout, je n'en fais pas de cas. Tant que nous gagnons des matchs, je suis heureux. Je sais que je finirai par marquer », a conclu le jeune homme de 20 ans.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.