Skip to main content

Des blessures et un manque d'attaque ont fait mal au Wild

De mauvaises sorties à l'étranger et l'incapacité à déjouer Hellebuyck ont coûté la série au Minnesota

par Jessi Pierce / Correspondant NHL.com

ST. PAUL, Minnesota - Pour une deuxième année consécutive, le Wild du Minnesota a été éliminé dans le match no 5 de la série de première ronde de l'Association de l'Ouest. Les Jets de Winnipeg ont gagné une série pour la première fois depuis que la concession a été relocalisée d'Atlanta en 2011, battant le Wild 4-1 dans la série au meilleur de sept matchs.

Le Minnesota a perdu 16 de ses 20 dernières parties en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. L'équipe s'était inclinée en cinq rencontres contre les Blues de St. Louis au début des séries éliminatoires 2017.

« C'est très décevant », a dit l'attaquant du Wild Matt Cullen à la suite du revers de 5-0 qui a scellé l'issue de la série, vendredi au Bell MTS Place. « Je ne crois pas que ça démontre le genre d'équipe que nous avons. Ç'a simplement été une soirée difficile. Alors que nous étions acculés au pied du mur, je pense que nous nous attendions tous à plus et si nous pouvions recommencer, tous les gars aimeraient en donner plus. Je ne pense pas que ç'a été un manque d'efforts. Je pense que nous étions sur les talons et ils en ont profité. Ils forment une excellente équipe et ils ont bien joué. Ç'a n'a pas été notre cas. »

Voici cinq raisons qui expliquent pourquoi le Wild a été éliminé en première ronde :

 

1. Sans Parise et Suter

Deux joueurs ne font pas une équipe, mais la perte du défenseur Ryan Suter et de l'attaquant Zach Parise a fait mal, très mal.

Suter, qui menait le Wild au chapitre du temps de glace moyen avec 26 :47 et les défenseurs de l'équipe avec 51 points (six buts, 45 assistances), était à l'écart du jeu depuis le 31 mars en raison d'une fracture à la cheville droite.

Parise a mené le Wild avec trois buts dans la série avant de se fracturer le sternum dans le match no 3. Il a raté les matchs no 4 et 5.

Video: WPG@MIN, #3: Parise bat Hellebuyck en AN

« Il manquait des joueurs importants aux Jets également, mais je pense qu'ils ont plus de profondeur », a déclaré l'entraîneur du Wild Bruce Boudreau. « Les gars qui nous ont manqué nous ont vraiment manqué. »

2. Une offensive en panne

Les meilleurs attaquants ont été incapables de produire. Jason Zucker, Charlie Coyle et Nino Niederreiter ont été blanchis en cinq parties. Eric Staal, qui a marqué 42 buts pendant la saison régulière, un sommet depuis qu'il en avait obtenu 45 avec les Hurricanes de la Caroline en 2005-06, n'a récolté qu'un but et une aide. À part la victoire de 6-2 dans le match no 3, le Wild a marqué seulement trois buts en plus de se faire blanchir dans les matchs no 4 et 5.

Le Minnesota, qui a été dominé 169-126 au chapitre des tirs dans la série, a été incapable de créer des occasions de marquer et l'équipe a passé peu de temps en territoire offensif.

À LIRE : La profondeur a permis aux Jets de passer au deuxième tour

« Avec les blessés à l'attaque, je n'en ai pas fait assez pour l'équipe, a noté Coyle. J'ai eu plein d'occasions, mais je n'ai pas réussi. Ou le gardien a réalisé un arrêt important. Peu importe la raison, je n'ai pas fait le travail. Ça fait mal. Tu veux toujours donner le meilleur de toi-même à ton équipe et je n'ai pas le sentiment de l'avoir fait. »

3. Des déboires sur la route

Le Wild montre un dossier de 5-18 sur les patinoires adverses en séries éliminatoires depuis 2013. Lors des trois matchs à Winnipeg, le Minnesota s'est fait dominer 12-3.

L'atmosphère endiablée du Bell MTS Place, avec la foule toute vêtue de blanc, a donné un avantage certain aux Jets lorsqu'ils étaient à domicile.

« C'est toujours différent sur la route », a expliqué le gardien du Wild Devan Dubnyk. « Plus longtemps le score est égal, mieux c'est quand nous jouons dans un aréna comme celui-là. »

« Ça devient bruyant et hors de contrôle. Évidemment, c'est dangereux pour nous. »

4. De vertes recrues en défensive

Sans Suter, le Wild a dû compter principalement sur une jeune brigade défensive. De jeunes joueurs comme Nick Seeler, 24 ans, Ryan Murphy, 24 ans et Carson Soucy, 23 ans, ont été forcés de jouer des rôles plus importants dans les circonstances. Chacun a fait ses débuts en séries éliminatoires.

5. Hellebuyck : un mur de briques

Le gardien des Jets Connor Hellebuyck, un finaliste au trophée Vézina, a accordé six buts en 22 tirs lors du match no 3 et été retiré, mais il a rebondi avec deux jeux blancs consécutifs. Minnesota a passé les dernières 141 :17 de la série sans trouver le fond du filet.

Video: MIN@WPG, #5: Hellebuyck ferme la porte en 1re période

« J'ai trouvé que leur gardien a été excellent lors des deux blanchissages, a dit Boudreau. Croyez-moi, nous voulions marquer. Personne ne se disait "Nous avons marqué six buts dans le dernier match, laissons tomber." Nous voulions marquer. Ils ont rendu la tâche très difficile. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.