Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Bruins

Avec un noyau vieillissant, les Bruins devront rapidement répéter leurs exploits de la saison dernière

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Bruins de Boston.

Les Bruins sont passés très près de remporter la Coupe Stanley, en juin dernier, mais une défaite lors du match ultime de la Finale face aux Blues de St. Louis les a laissés sur leur faim. Mis à part une bannière de champions de l'Association de l'Est, il ne restera plus rien de ce beau parcours.

Tout est à recommencer. Et comme ils ont vraisemblablement tous les éléments pour faire un bon bout de chemin au printemps, le directeur général Don Sweeney a décidé de reprendre l'aventure avec la grande majorité des pièces avec lesquelles il avait presque complété le casse-tête.

Après tout, la plupart des joueurs importants de l'équipe étaient fortement amochés au terme de la série finale et ils ont quand même été en mesure de pousser les Blues à la limite. 

31 EN 31 BRUINS : Les meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

« Ces gars sont tous compétitifs. Ils veulent gagner, a déclaré Sweeney. Ils sacrifient tout pour avoir la chance de gagner et ils devraient être fiers de ça. Je crois que dans une courte période de temps, nos jeunes joueurs ont pris les mêmes habitudes et c'est positif. »

Le défenseur de 21 ans Charlie McAvoy, l'attaquant de 23 ans David Pastrnak et l'attaquant de 22 ans Jake DeBrusk - les leaders de la prochaine génération de Bruins - savent désormais ce que ça prend pour gagner et aller jusqu'au bout. 

Le seul hic du côté des Bruins, s'il en est un, c'est qu'ils sont condamnés à gagner à court terme. Le noyau de l'équipe, le même que celui de l'édition qui a gagné la Coupe Stanley en 2011, se fait de plus en plus vieillissant dans une ligue qui se rajeunit d'année en année.

Les attaquants Patrice Bergeron (33 ans), Brad Marchand (31 ans) et David Krejci (33 ans), le défenseur Zdeno Chara (42 ans) et le gardien Tuukka Rask (32 ans) ne sont plus dans la fleur de l'âge. Dans l'état actuel des choses, on peut estimer que les Bruins feront tout pour gagner d'ici trois ans.

Voici trois questions intimement liées aux succès des Bruins cette saison :

Brad Marchand peut-il encore atteindre le plateau des 100 points?

Si on avait demandé aux dirigeants des Bruins d'estimer le total de points qu'obtiendrait Brad Marchand en 2018-19, ils auraient probablement été bien peu à lui prédire au moins 100 points. Ils l'auraient sans doute souhaité, mais c'est un plateau dont il ne s'était jamais approché au cours de ses huit premières saisons dans la LNH.

Avec une récolte de 36 buts et 64 aides en 79 matchs, le petit attaquant de 5 pieds 9 pouces a surpris tout le monde et a transporté les Bruins sur ses épaules en saison pendant que la majorité des gros canons de l'équipe ont subi des blessures qui leur ont fait manquer quelques semaines - sinon des mois - d'activités.

« C'est bien, mais je crois que ça démontre surtout à quel point nous avons une bonne équipe avec le succès que nous connaissons cette année, avait dit Marchand. C'est une bonne statistique personnelle, mais ça nous permet surtout de nous approcher de notre but. »

Video: BOS@CBJ: Pastrnak compte, 100 points pour Marchand

Après des saisons de 85, 85 et 100 points, Marchand ne semble pas en voie de ralentir même s'il vient de franchir le cap de la trentaine. Si Patrice Bergeron et David Pastrnak - ses compagnons de trio - restent en santé tout au long de la saison, il serait surprenant de le voir régresser de manière drastique.

Le partage du travail devant le filet peut-il être à la hauteur de ce qui a été réalisé l'an dernier?

Sans trop le vouloir, les Bruins ont fait partie des quelques équipes - avec les Islanders et les Hurricanes - qui vont peut-être inspirer une nouvelle tendance dans la LNH : celle du partage des tâches chez les gardiens d'une équipe.

Des raisons personnelles et des blessures ont limité Tuukka Rask à 46 rencontres en saison (27-13-5) pendant que Jaroslav Halak a assuré la relève comme un véritable numéro un pendant 40 matchs (22-11-4). Une fois les séries commencées, Rask a occupé le filet avec brio pendant 24 rencontres.

Video: BOS@STL, #6: Schenn se fait voler par Rask

Le gardien finlandais a souvent souligné à quel point la contribution de Jaroslav Halak, qui avait signé un contrat avec les Bruins en tant que joueur autonome, lui avait permis d'être au sommet de sa forme au moment le plus important de la saison.

« Quand tu joues 15 ou 16 matchs de suite en saison, c'est difficile mentalement, a indiqué Rask. Mais ça n'a pas été le cas cette année. Je crois que c'est plus facile au niveau mental quand tu peux compter sur un adjoint qui peut faire le travail. »

Il sera intéressant de voir comment Cassidy gérera la situation cette saison si ses deux gardiens demeurent en santé.

Zdeno Chara sera-t-il encore en mesure de suivre la parade?

Quand l'attaquant des Penguins Matt Cullen a annoncé sa retraite à l'âge de 42 ans, il y a quelques semaines, le défenseur format géant est devenu le joueur actif le plus âgé de la LNH. Chara aura 43 ans en cours de saison.

Malgré son âge avancé, le défenseur slovaque demeure tout de même un élément fort important de la brigade défensive et du groupe de leaders des Bruins, dont il est le capitaine. C'est pourquoi il a signé une prolongation de contrat d'un an et 2 millions $ avec la formation bostonienne, il y a quelques mois.

Chara a été ennuyé par quelques blessures en séries, dont une fracture de la mâchoire en Finale, mais il n'a raté que deux rencontres. Il a récolté deux buts et quatre aides en 23 matchs éliminatoires aux côtés de son jeune compagnon Charlie McAvoy et a démontré qu'il était encore très efficace défensivement.

Video: BOS@CBJ, #3: Chara prive Jenner d'un but certain

« J'aime mon rôle, a dit Chara après avoir signé son contrat. Je suis très fier d'être le capitaine de cette équipe et d'être un mentor pour les jeunes pour les guider dans la bonne direction et m'assurer qu'ils s'améliorent de jour en jour.

« Avec les jeunes qui s'en viennent, l'équipe est en bonne position et je veux en faire partie. Je veux contribuer à ses succès grâce à mon expérience. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.