Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez le Lightning

Tampa Bay est mûr pour les grands honneurs, seules les blessures peuvent le freiner

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, le Lightning de Tampa Bay.

Le Lightning parviendra-t-il à se rendre jusqu'au bout cette saison, au retour d'une autre élimination crève-cœur en séries éliminatoires?

L'équipe de la Floride est en tout cas équipée pour veiller tard encore cette saison, après avoir été la meilleure de l'Association Est avec 113 points la saison dernière (54-23-5).

Le directeur Steve Yzerman n'a pas apporté de changement majeur. Il a plutôt offert des contrats de longue durée aux deux plus récentes acquisitions, soit l'attaquant J.T. Miller (cinq ans, 26,25 millions $) et le défenseur Ryan McDonagh (sept ans, 47,25 millions $), obtenus dans un échange avec les Rangers de New York en février.

Yzerman s'est dernièrement assuré des services de l'ailier étoile Nikita Kucherov pour huit saisons, après cette saison, au coût de 76 millions $. 

Le Lightning est déjà une des meilleures de la LNH et, tenez-vous bien, on lui prête l'intention de vouloir mettre la main sur le défenseur étoile Erik Karlsson des Sénateurs d'Ottawa. S'il fallait…

Même sans Karlsson, le Lightning est mûr pour les grands honneurs. Il s'est rendu jusqu'en finale de l'Association de l'Est trois fois au cours des quatre dernières saisons.

31 EN 31 LIGHTNINGLes meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

À une reprise, il a atteint la Finale pliant l'échine en six matchs contre les Blackhawks de Chicago en 2014-15. Les deux autres fois, il s'est rivé le nez en finale d'association face aux Penguins de Pittsburgh en 2015-16 et aux Capitals de Washington la saison dernière -- les deux fois en sept matchs. Ce qui a fait plus mal, c'est que les Penguins et les Capitals ont par la suite gagné la Coupe Stanley. 

La seule fois où le Lightning n'a pas atteint au minimum la finale d'association, c'est quand il a raté les séries en 2016-17 en raison des blessures.

En fait, à bien y penser, les blessures sont la seule chose qui peut stopper le Lightning cette saison.

Voici trois questions intimement liées aux succès du Lightning cette saison :

La défense sera-t-elle plus étanche avec McDonagh?

Le jeu en défense est le talon d'Achille de l'équipe de la Floride. Une douzaine d'équipes ont accordé moins de buts qu'elle en 2017-18. Yzerman a vu à la rendre plus hermétique en obtenant McDonagh des Rangers et en lui accordant un contrat de sept saisons. Le jeune Mikhail Sergachev devrait continuer de s'améliorer après avoir été très bon à sa première saison. Le Russe a totalisé 40 points en 79 matchs, en plus d'afficher un différentiel en défense de plus-11.

Video: TBL@NYI: Sergachev creuse l'écart en A.N.

Le jeune gardien Andrei Vasilevsky, qui a admis ressentir de la fatigue dans le dernier droit, devrait être plus prêt à composer avec les rigueurs d'une saison de la LNH. Le Russe âgé de 24 ans a été solide à sa première véritable campagne comme gardien titulaire - moyenne de buts accordés par match de 2,62 et pourcentage d'arrêts de ,920 en 65 sorties.

L'attaque ne pose aucun problème. Le Lightning a dominé la LNH la saison dernière avec 296 buts, une marque d'équipe. Il pourrait être cette saison la première équipe de la ligue depuis les Capitals de Washington en 2009-10 à surpasser le total des 300 buts.

Comment redorer les unités en infériorité numérique?

La grande lacune du Lightning, qui est directement liée à la problématique du trop grand nombre de buts accordés, c'est son piètre rendement en infériorité numérique.

Le Lightning a été la quatrième pire équipe de la LNH en infériorité, à égalité avec les Sénateurs d'Ottawa, avec un taux de réussite de 76,1 pour cent.

Video: PHI@TBL: Johnson trouve la lucarne en infériorité

La refonte du personnel d'entraîneurs à laquelle on a procédé à la conclusion de la saison a possiblement été faite afin de précisément améliorer cet aspect du jeu. Rick Bowness et Brad Lauer ont été remerciés. Jeff Halpern, un ancien de la LNH spécialiste de l'infériorité numérique, et Derek Lalonde s'amènent à leur place.

Jon Cooper est-il bien en selle?

Le Lightning a connu un départ canon la saison dernière, grâce à une fiche de 10-2-1 en octobre, en route vers la plus fructueuse saison de son histoire. Les 54 victoires obtenues ont amélioré le record d'équipe de 50 gains qui avait été établi en 2014-15. L'équipe a intérêt à éviter les faux pas en début de saison. C'est le principal danger qui guette toutes les équipes, peu importe qu'elles soient excellentes ou moins compétitives.

Pas qu'il soit assis sur un siège éjectable, loin de là, mais l'entraîneur Jon Cooper pourrait se retrouver sur la sellette advenant un mauvais départ de ses troupiers. Cooper entame la troisième saison du contrat de longue durée qu'il a paraphé en décembre 2015 et qui est entré en vigueur au début de la saison 2016-17.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.