Skip to main content

31 en 31 : Analyse des Penguins de Pittsburgh pour les poolers

Quelques options intéressantes se profilent dans l'ombre des gros canons des Penguins

par Hugues Marcil @HuguesMarcil / Pupitreur LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Du côté des poolers, nous vous offrons un joueur à cibler au cours de la prochaine campagne, un joueur à éviter, et un joueur à surveiller, qui pourrait devenir une carte cachée si les astres s'alignent. Aujourd'hui, les Penguins de Pittsburgh.

Les Penguins ne manquent pas d'explosivité en attaque et ça fait le bonheur des poolers, qui sont généralement nombreux à faire leurs emplettes du côté de Pittsburgh. 

La saison dernière, les attaquants Evgeni Malkin et Phil Kessel ont franchi le plateau des 90 points, alors que le joueur de centre Sidney Crosby y est presque parvenu avec une récolte de 89 points (29 buts, 60 passes) en 82 rencontres. Quand il est en santé, Kris Letang s'avère un formidable défenseur à caractère offensif, lui qui a été le quatrième meilleur marqueur des Penguins avec 51 points (neuf buts, 42 passes) en 79 matchs la saison dernière. 

Le noyau de l'équipe est entouré de jeunes attaquants tels que Jake Guentzel (23 ans), Zach Aston-Reese (24) et Dominik Simon (24). Si le premier est déjà bien établi dans la LNH, les deux autres pourraient évoluer sur une base régulière dans la ville de l'acier cette saison, d'autant que la place de l'attaquant Conor Sheary est vacante depuis qu'on l'a échangé aux Sabres de Buffalo. Les poolers qui participent à des ligues à long terme devraient garder ces deux joueurs à l'œil.

À cibler : Patric Hornqvist -- L'attaquant âgé de 31 ans est souvent négligé en raison des nombreuses vedettes qu'on retrouve chez les Penguins, mais les poolers ne devraient pas hésiter à faire son acquisition. La saison dernière, Hornqvist a récolté 49 points (29 buts, 20 passes) en 70 rencontres, lui qui franchit pratiquement le plateau des 45 points bon an mal an. Le Suédois est un poison sur le jeu de puissance, comme en témoignent ses 15 buts et 22 points récoltés avec l'avantage d'un homme en 2017-18. Hornqvist est le quatrième joueur le plus utilisé en moyenne par match en avantage numérique (3:32) et ce sera encore le cas cette saison. Les poolers qui participent à des pools à catégories multiples seront ravis d'apprendre qu'il a été le deuxième joueur à décocher le plus de tirs au but (247) chez les Penguins la saison dernière, à égalité avec Crosby. Votre ligue comptabilise également les mises en échec? Tant mieux, car Hornqvist en a distribué 137 la saison dernière, au cinquième rang chez les Penguins.

Video: MTL@PIT: Hornqvist profite d'un retour

À éviter : Derick Brassard -- Quand les Penguins ont fait l'acquisition du Québécois, avant la date limite des transactions, c'était dans l'optique qu'il occupe un rôle de soutien derrière les gros canons de l'équipe. Ce sera vraisemblablement son rôle encore cette saison et, à moins d'une blessure, Brassard devrait être responsable de pivoter le troisième trio de l'équipe en ayant un temps de glace limité sur le jeu de puissance. Brassard a d'ailleurs été le 11e joueur le plus utilisé de l'équipe en moyenne en supériorité numérique (1:11) la saison dernière. Après avoir vu sa production diminuer lors des trois saisons précédentes, Brassard a renversé la vapeur avec 46 points (21 buts, 25 passes) en 72 parties la saison dernière. Il a toutefois récolté 38 de ces points dans un rôle important avec les Sénateurs d'Ottawa. Il n'aura pas les mêmes responsabilités au sein de la formation de Pittsburgh.

31 EN 31 PENGUINS : Analyse de l'alignement | Les meilleurs espoirs | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

À surveiller : Justin Schultz -- Les défenseurs portés sur l'attaque sont une denrée rare pour les poolers et l'arrière âgé de 28 ans pourrait s'avérer une option très intéressante. Schultz a récolté 27 points (quatre buts, 23 passes) en 63 matchs la saison dernière en étant le deuxième défenseur le plus utilisé en moyenne sur le jeu de puissance (2:17). Il sera de nouveau responsable de diriger la deuxième vague d'avantage numérique, et les poolers devraient particulièrement s'intéresser à lui advenant que Letang se blesse. Letang a raté 113 matchs au cours des cinq dernières campagnes et Schultz en a profité en 2016-17. Alors que Letang n'a joué que 41 matchs, Schultz a signé sa meilleure saison en carrière avec 51 points (12 buts, 39 passes), incluant 20 sur le jeu de puissance, en 78 rencontres.

Video: CGY@PIT: Schultz marque le but victorieux en surtemps

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.