Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Maple Leafs

Après Nylander l'an dernier, le dossier Marner retient l'attention au sein d'une équipe dont le visage a passablement changé durant la saison morte

par Nicolas Ducharme @NicolasDucharme / Journaliste LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Maple Leafs de Toronto.

Derniers au classement en 2015-2016, les Maple Leafs de Toronto ont fait des pas de géants dans les trois dernières saisons pour devenir une des équipes les plus menaçantes de la LNH. Mais peuvent-ils aller plus loin que la première ronde en séries éliminatoires de la Coupe Stanley?

C'est la question que se posent les partisans des Maple Leafs depuis 2004, la dernière année où Toronto a atteint la deuxième ronde des séries éliminatoires - ils avaient été éliminés en six matchs face aux Flyers de Philadelphie.

31 EN 31 MAPLE LEAFS : Les meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

Pourtant, les Torontois ont bien fait la saison dernière avec une honorable septième place au classement général, et ce, même s'ils évoluaient dans la section Atlantique, la plus relevée de la LNH. Mais le périple en séries éliminatoires s'est terminé rapidement, dès la première ronde face aux éventuels finalistes de la Coupe Stanley, les Bruins de Boston, en sept matchs.

Le visage de l'équipe sera différent la saison prochaine. Forcé de faire de la gymnastique avec sa masse salariale, le directeur général Kyle Dubas a échangé les attaquants Nazem Kadri, Connor Brown et Patrick Marleau, ainsi que les défenseurs Ron Hainsey et Nikita Zaitsev, en plus de ne pas offrir de contrat au défenseur Jake Gardiner. 

Mais, malgré ces transactions, le noyau de l'équipe sera encore relativement similaire, et il sera encore doté d'une offensive redoutable... si tout le monde est de la partie.

Voici trois questions intimement liées aux succès des Maple Leafs cette saison :

Quand Mitchell Marner se pointera-t-il?

Pour une deuxième année consécutive, ce n'est pas ce qui se passe sur la patinoire qui retient l'attention à Toronto, mais plutôt ce qui se passe à l'extérieur. Après William Nylander l'an dernier, c'est au tour de Mitchell Marner de se retrouver sans contrat à l'approche du camp d'entraînement.

« C'est vraiment le statu quo en ce moment. Nous espérions que ce serait réglé au printemps dernier », a mentionné le directeur général Kyle Dubas à TSN au début du mois d'août. « Malheureusement, nous n'avons pas été en mesure d'y arriver. Nous allons continuer à travailler avec (l'agent de Marner) Darren Ferris et avec Mitch. C'est évident que c'est un gros morceau et on espère qu'il sera un Leaf pour très très longtemps. »

Video: MIN@TOR: Marner profite d'un bel échange avec Tavares

Les Maple Leafs peuvent difficilement se passer de Marner, qui est joueur autonome avec compensation. L'ailier droit a été le meilleur pointeur de l'équipe l'an dernier avec 26 buts et 68 passes pour 94 points en 82 matchs. Le trio qu'il formait en compagnie de John Tavares et de Zach Hyman a été le plus régulier de l'équipe. Hyman ratera le début de la prochaine saison puisqu'il se remet d'une déchirure du ligament antérieur croisé.

C'est donc privé des deux tiers de leur premier trio que les Maple Leafs pourraient amorcer la saison. Des absences qui pourraient faire la différence au classement six mois plus tard. Et comme on l'a vu l'an dernier dans le cas de Nylander, ne pas amorcer la saison au bon moment peut avoir des conséquences négatives pendant plusieurs semaines.

Nylander fera-t-il un retour en force?

En parlant du loup, les attentes seront grandes envers Nylander cette saison à Toronto.

L'année dernière, il a fallu attendre jusqu'au 1er décembre avant que l'équipe s'entende avec l'attaquant, qui était joueur autonome avec compensation, sur un nouveau contrat de six ans d'une valeur annuelle de 6,9 millions $.

Celui-ci s'était entraîné en Suède en attendant que le conflit soit résolu, mais rien n'égale un camp d'entraînement et disputer des matchs dans la LNH pour retrouver son rythme. On l'a constaté rapidement à son arrivée avec l'équipe, puisqu'il n'a amassé que trois points lors de ses 19 premiers matchs. Il a finalement terminé la campagne avec une récolte de 27 points en 54 rencontres, soit une moyenne de 0,5 point par match, en baisse par rapport à sa moyenne de 0,74 point par match de 2017-2018.

Une fois en séries éliminatoires, il n'a obtenu qu'un but et deux passes en sept matchs, et les Maple Leafs ont été éliminés.

Video: TOR@PHI: Nylander profite d'un revirement

Avec la possible absence de Marner, c'est Nylander qui devrait se retrouver sur le premier trio de l'équipe en compagnie de Tavares. Et si Marner est de la formation, c'est tout de même Auston Matthews qu'il aura à ses côtés, ainsi qu'Andreas Johnsson, qui a bien fait à sa première saison complète dans la LNH avec une récolte de 43 points.

Tout est en place pour que Nylander rebondisse.  

La défensive pourra-t-elle enfin appuyer Frederik Andersen?

Lors des deux dernières saisons, on a souligné, avec raison, que la défensive des Maple Leafs était le point faible de l'équipe. La donne vient de changer avec l'acquisition de Tyson Barrie, auteur de 59 points en 2018-2019.

Les Maple Leafs ont été la 12e équipe à accorder le plus de buts dans la LNH l'an dernier, avec 249 filets. Parmi les 11 formations qui ont fait pire, seuls les Sharks de San Jose ont participé aux séries éliminatoires. La pression revenait trop souvent sur les épaules d'Andersen, et le gardien a manqué d'énergie en deuxième moitié de saison. Après avoir compilé un dossier de 20-9-1 et affiché une moyenne de buts accordés de 2,50 et un pourcentage d'arrêts de ,923 lors de ses 30 premiers matchs de la saison, il a vu ses statistiques chuter à 3,05 et ,911 lors des 30 parties suivantes, où sa fiche a été de 16-7-6.

Barrie, qui a été obtenu de l'Avalanche du Colorado en compagnie de l'attaquant Alexander Kerfoot et d'un sixième choix au Repêchage 2020 de la LNH en retour de Kadri, de Calle Rosen et d'un troisième choix en 2020, vient solidifier la ligne bleue des Maple Leafs. Avec Morgan Rielly, qui a inscrit 72 points en 82 matchs l'an dernier, Jake Muzzin et Travis Dermott, Toronto se retrouve avec un excellent quatuor. Dermott ratera toutefois les premières semaines de la saison, lui qui se remet d'une opération à l'épaule.

Video: COL@SJS, #2: Barrie frappe d'un laser

« Nous voulons toujours être en mouvement et bouger la rondelle de manière efficace et qu'elle se retrouve rapidement à nos attaquants à l'aide d'une passe. On vient d'obtenir un défenseur qui peut se joindre à l'attaque et l'aider. Barrie va vraiment nous aider en ce sens », a indiqué Dubas.

Barrie devra toutefois jouer davantage en défensive. L'an dernier, il a été le troisième défenseur qui a pris le plus de mises en jeu en zone offensive à 5-contre-5 dans la LNH, et il n'affrontait pas les meilleurs trios adverses, cette tâche étant laissée à Erik Johnson, Samuel Girard, Ian Cole et Patrick Nemeth chez l'Avalanche.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.