Skip to main content

30 en 30: Les Sénateurs sous la loupe

L'embauche de Guy Boucher et l'acquisition de Derick Brassard pourraient permettre à Ottawa d'effectuer un retour en séries

par Chris Stevenson / Correspondant LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 30 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Sénateurs d'Ottawa.

Nommé le huitième directeur général de l'histoire des Sénateurs d'Ottawa le 10 avril, Pierre Dorion n'a pas mis de temps avant d'orchestrer des changements draconiens dans le but de favoriser le retour de l'équipe en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« Pour nous, ce n'est pas du tout acceptable de rater les séries, a déclaré Dorion, âgé de 44 ans. Je n'ai pas été engagé uniquement afin de ramener l'équipe en séries, mais pour voir à ce qu'elle ait du succès en séries. »

Les Sénateurs ont fini au cinquième rang de la section Atlantique avec une fiche de 38-35-9, la saison dernière, n'accédant pas aux séries pour la deuxième fois en trois ans.

En Dorion, les Sénateurs ont misé sur un homme qui suit la voie tracée par son père. Le regretté Pierre Dorion, a agi à titre de recruteur-chef du Bureau central de dépistage de la LNH ainsi que pour les Maple Leafs de Toronto.

Dorion fils a remplacé Bryan Murray, qui était directeur général des Sénateurs depuis 2007. Murray continue de lutter contre un cancer du côlon de stade 4, d'où la principale raison de son départ.

Le congédiement de l'entraîneur Dave Cameron et de son personnel d'adjoints a été un des premiers gestes que Dorion a posés. Cameron a compilé une fiche de 70-50-17 à la barre des Sénateurs, mais son incapacité à solutionner quelques tendances lui a coûté son poste. Ottawa a cédé le premier but dans 51 rencontres la saison dernière et a été dominé au chapitre des tirs dans 60 parties.

Les unités spéciales représentent un autre aspect à retaper. Ottawa a eu un taux de réussite de 15,8 pour cent (26e dans la LNH) en avantage numérique, a alloué 15 buts en avantage numérique à domicile, et a fini à l'avant-dernier rang dans la LNH au chapitre de l'efficacité en infériorité numérique (75,8 pour cent).

La tâche de trouver des solutions a été confiée à Guy Boucher, de retour comme entraîneur dans la LNH après une absence de trois ans. Boucher, 45 ans, a accepté un contrat de trois ans afin d'être le 12e entraîneur de l'histoire des Sénateurs. Un de ses grands défis sera de restructurer le jeu de l'équipe en territoire défensif et sur les unités spéciales.

Boucher a dirigé le Lightning de Tampa Bay pendant trois saisons à partir de 2010-11, ayant atteint la finale de l'Association de l'Est à sa première saison derrière le banc. Il s'est forgé une fiche de 97-79-20, avant d'être congédié le 24 mars 2013 à la suite d'une défaite de 5-3 contre les Sénateurs.

Boucher a passé la majorité des trois dernières campagnes derrière le banc de l'équipe de Berne dans la Ligue nationale A en Suisse, montrant un dossier de 44-29-5.

« Il est très passionné et intense, ce qui cadre très bien avec notre équipe, a dit Dorion au sujet de Boucher. Il est jeune de caractère, nous avons une jeune équipe. Son enthousiasme et sa façon de voir les choses vont bien convenir au groupe. »

30 en 30 Sénateurs: Meilleurs espoirs | Analyse pour les poolers | Grands enjeux

Boucher se voit confier une équipe qui a déjà quelques bons morceaux en place. Les Sénateurs sont formés d'un noyau de joueurs issus de l'organisation, comme le défenseur Erik Karlsson ainsi que les attaquants Mark Stone, Mike Hoffman, Jean-Gabriel Pageau, Curtis Lazar et Zack Smith.

Le 18 juillet, Dorion a signalé la fin de la période de reconstruction en faisant l'acquisition du vétéran joueur de centre Derick Brassard, 28 ans, et d'un choix de septième ronde au repêchage 2018 de la LNH des Rangers de New York en retour du centre Mika Zibanejad, 23 ans, et d'un choix de deuxième tour en 2018.

« Nous croyons que Derick va nous aider à réaliser notre objectif qui est de retourner en séries, a dit Dorion. Il est talentueux et il va nous apporter du leadership. Il a joué beaucoup plus de matchs que Mika dans la LNH. »

Ottawa a également rapatrié l'attaquant joueur autonome Chris Kelly, qui a passé sept saisons chez les Sénateurs en début de carrière, afin d'ajouter de l'expérience et d'aider à l'unité en infériorité numérique.

Les Sénateurs seront plus aguerris à la position de centre avec l'arrivée de Brassard et de Kelly, qui se grefferont à Pageau et à Kyle Turris (qui a été limité à 57 matchs la saison dernière en raison d'une entorse à la cheville).

Stone s'est révélé comme un attaquant des plus complets, alors que Hoffman a mené les Sénateurs avec 29 buts. Le vétéran ailier Clarke MacArthur a dû rater les 78 dernières rencontres en raison d'une commotion cérébrale, mais il se dit apte à jouer.

Malgré leur nouveau `look' à l'attaque, les Sénateurs vont présenter le même visage en défense et devant le filet. Les gardiens Craig Anderson et Andrew Hammond seront de retour, alors que Karlsson sera le chef de file d'un groupe à la ligne bleue avec le vétéran Dion Phaneuf (qui disputera sa première saison complète à Ottawa), Marc Methot, Cody Ceci (joueur autonome avec compensation), Marc Borowiecki et Chris Wideman.

« Vous devez avoir les joueurs qui correspondent au style que vous désirez préconiser, et j'estime que nous les avons, a souligné Boucher. Nous avons de la vitesse en avant, des défenseurs mobiles et un bon gardien. Il reste à améliorer la défense avec un peu plus de structure, ce qui est un de mes atouts. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.