Skip to main content

Un petit baume sur la saison de Carey Price

Le gardien de 30 ans a égalé le record de Jacques Plante pour les matchs joués dans l'uniforme des Canadiens, dimanche

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - La relation entre les partisans montréalais et Carey Price n'a pas toujours été au beau fixe - encore moins en cette saison difficile - mais un important plateau atteint par le gardien vedette a permis aux deux parties d'appliquer un certain baume sur leurs plaies, dimanche.

En disputant le 556e match de sa carrière contre les Devils du New Jersey, Price a rejoint le vénérable Jacques Plante au premier rang de l'histoire de la concession au chapitre des matchs joués pour un gardien.

L'exploit a été souligné à l'écran géant lors d'un arrêt de jeu en première période et la foule du Centre Bell lui a réservé une chaleureuse ovation. Souvent critiqué pour son manque d'interaction avec les partisans, le gardien leur a renvoyé la politesse en les saluant de la mitaine à deux reprises.

« Je suis assurément fier, a déclaré Price après la défaite de 2-1 des siens. Quand tu es sélectionné au repêchage, tu ne sais jamais de quelle manière ta carrière va se dérouler. C'est décevant en ce moment à cause de la défaite, mais je suis fier d'avoir été capable de porter ce chandail durant aussi longtemps.

« Jacques Plante est une légende. D'entendre mon nom dans la même phrase, c'est flatteur. »

Pour l'occasion, le gardien de 30 ans a offert l'une de ses meilleures prestations de la campagne. Il semblait à l'aise devant son filet et a effectué quelques arrêts importants, notamment face à Nico Hischier sur une échappée en troisième période.

Video: NJD@MTL: Price sort la jambière contre une échappée

Il n'a rien pu faire sur les deux buts qu'il a accordés - l'un sur une déviation parfaite d'Hischier et l'autre face à Taylor Hall en échappée.

« Nous sommes toujours fiers de nos partisans et nous en avons beaucoup, a commenté l'entraîneur Claude Julien par rapport à l'ovation réservée à Price. De voir la réaction, c'est sûr que c'est flatteur pour un gardien qui ne connaît pas sa meilleure saison.

« Mais les gens sont assez intelligents pour comprendre ce qu'il a amené à l'organisation depuis qu'il est ici. Ils savent que c'est plus important que ce qui se passe en ce moment. »

Les Canadiens ont encore trois matchs à jouer cette saison, et il ne manque que trois victoires au gardien pour atteindre un autre prestigieux plateau. Il deviendrait alors le deuxième gardien le plus victorieux dans l'histoire de l'équipe - à égalité avec Patrick Roy (289), derrière Plante (314).

Price devrait sans doute être en mesure de devancer Plante d'ici la fin de sa carrière à Montréal, lui qui entamera, l'an prochain, la première année de son contrat de huit saisons avec l'organisation.

Signes encourageants pour le D.N.

Si Price a bien paru devant sa cage, dimanche, c'est en partie grâce au travail de l'unité de désavantage numérique du Tricolore, qui a réussi à écouler les cinq pénalités dont l'équipe a écopé.

Ce n'est pas peu dire pour une formation qui affichait un taux d'efficacité de ,738 en pareille situation avant le match - le pire dans la LNH. Cette bonne prestation a permis aux Canadiens d'augmenter leur rendement à ,743 et de devancer les Islanders de New York par le fait même.

« Nous avons vu la différence, a illustré Julien. C'est ce qu'il faut et c'est ce que nous demandons aux joueurs. On leur demande de s'engager envers notre système et ce soir nous en avons eu un bon exemple. Ça ne prend pas du talent, ça prend seulement la volonté de faire les bonnes choses et les joueurs nous ont démontré ça ce soir. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.