Skip to main content

Thibault : Pas de controverse en vue à Washington

Notre chroniqueur croit que Braden Holtby retrouvera ses repères avant que le jeune Ilya Samsonov ne prenne son poste

par Jocelyn Thibault @tibs41 / Chroniqueur LNH.com

Choix de première ronde des Nordiques de Québec au repêchage de la LNH en 1993, Jocelyn Thibault a disputé 586 matchs au cours de sa carrière de 15 saisons dans la LNH. Il a porté l'uniforme des Nordiques, de l'Avalanche du Colorado, des Canadiens de Montréal, des Blackhawks de Chicago, des Penguins de Pittsburgh et des Sabres de Buffalo, signant 238 victoires. Il a été entraîneur des gardiens de l'Avalanche du Colorado pendant deux saisons et il est désormais propriétaire et directeur général du Phoenix de Sherbrooke dans la LHJMQ. Il a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com pour traiter des dossiers chauds devant les 31 filets de la Ligue.

Les buts fusent de partout depuis le début de la saison. C'est une bonne nouvelle pour les amateurs et les joueurs qui engraissent leurs statistiques, mais ce l'est un peu moins pour les gardiens qui doivent malheureusement payer le prix.

Un de ceux-là, c'est Braden Holtby. Il a signé une victoire à son premier match, mais ses quatre départs subséquents ont été très laborieux - surtout celui de lundi dernier lors duquel il a accordé trois buts sur trois tirs à l'Avalanche du Colorado avant d'être retiré du match. Le vétéran de 30 ans affiche une moyenne de buts alloués de 3,83 et un taux d'efficacité de ,862.

Je ne peux pas dire que tous les buts qu'il a accordés sont de mauvais buts, mais il semble quand même manquer de dynamisme dans son jeu. Je le trouve plutôt passif au chapitre de son positionnement et de son temps de réaction. Dans ses bons moments, il se bat plus que ça.

À LIRE AUSSI : Boucher: L'encadrement fait toute la différence | Gagné: Optimisme et prudence sont de mise à Edmonton et Buffalo

En ce sens, la réaction de l'entraîneur Todd Reirden de donner des départs au jeune prometteur Ilya Samsonov est tout à fait compréhensible. Le gardien russe a remporté les trois premiers départs de sa carrière et montre une moyenne de buts alloués de 1,84 et un taux d'efficacité de ,933. Avec la parité, chaque point est important et les équipes n'ont plus le temps d'attendre après un gardien en léthargie. L'impact du gardien est tellement grand que ses prestations ont une incidence sur le classement.

En ce moment, Samsonov fait très bien et il faut se rappeler qu'il est un choix de première ronde de l'organisation en 2015. Les Capitals veulent seulement tirer profit du gardien le plus en forme en ce moment. Quand l'entraîneur a la main heureuse, il doit s'en servir et c'est ce qu'il fait.

Mais je ne vois pas plus loin que ça pour l'instant. Je suis convaincu qu'Holtby va rebondir. Je ne le connais pas personnellement, mais c'est certain qu'il est un compétiteur. Et comme gardien établi, c'est sûr qu'il ne veut pas se faire enlever son poste. Je suis persuadé qu'il n'est pas le plus heureux de la situation, mais il doit agir en bon vétéran. Ce n'est pas la faute de la recrue s'il a du succès. 

Ce qui ajoute un peu de piquant à cette valse devant le filet des Capitals, c'est la situation contractuelle d'Holtby, qui devient joueur autonome sans compensation à la fin de la saison. L'organisation voudra-t-elle lui consentir un gros contrat en sachant que Samsonov deviendra le gardien no 1 d'ici quelques saisons?

Le directeur général Brian MacLellan doit tenter de faire de la projection pour savoir à quel moment le jeune va être prêt à s'acquitter des responsabilités de no 1. S'il croit qu'il est prêt, la réponse est facile. Sinon, il doit se demander s'il est en mesure de conserver les services d'Holtby à court ou à moyen terme pour encadrer Samsonov jusqu'à ce qu'il soit prêt. Parce qu'il doit s'assurer d'avoir un vétéran de qualité.

C'est une grosse décision. Samsonov coûtera beaucoup moins cher, mais il faut s'assurer qu'il soit prêt - même s'il n'y a aucune certitude au hockey - avant de couper les ponts avec Holtby, que ce soit par un échange ou en le laissant s'entendre avec une autre équipe.

Video: COL@WSH: Samsonov étire la jambière devant Kadri

Ça me fait beaucoup penser à la situation de Ben Bishop et d'Andrei Vasilevskiy à Tampa Bay, il y a quelques années. Le jeune Russe avait amorcé sa carrière en 2014-15, quelques mois après que le Lightning eut accordé une courte prolongation de deux ans à Bishop. Le vétéran avait finalement été échangé aux Kings de Los Angeles à la dernière date limite des transactions avant l'échéance de son contrat puisque Vasilevskiy était prêt à prendre la relève.

Les Capitals auront-ils assez confiance en Samsonov pour prendre une telle décision dès cette saison? Ça me semble assez hâtif.

Un pas de recul

La décision de Reirden de ne pas renvoyer son vétéran dans la mêlée face aux Maple Leafs de Toronto, mercredi, était la bonne. Après un match où il a donné trois buts en autant de lancers, la confiance peut être ébranlée un brin.

Le défi c'est justement de tenter de la garder intacte. Dans ces moments, il faut vraiment s'en tenir à des éléments objectifs. Il faut retourner à la planche à dessin avec l'entraîneur des gardiens et être capable d'analyser son jeu très froidement. C'est comme quand ça ne fonctionne pas au golf; est-ce que c'est ton élan qui fait défaut, ta position de départ ou ton transfert de poids? 

En envoyant l'auxiliaire dans le filet, Holtby a profité de trois jours pour travailler sur son jeu avec son entraîneur dans des entraînements de qualité. Souvent, ce n'est pas compliqué. La différence entre un but et un arrêt est tellement mince que parfois un ou deux petites améliorations techniques peuvent faire une différence.

Video: WSH@NSH: Holtby frustre Duchene sur le ventre

Les gardiens qui connaissent des difficultés ont souvent tendance à jouer un peu trop profondément dans leur filet ou à tricher, un peu comme le font les joueurs qui sont au cœur d'une disette. La première étape c'est d'analyser son jeu et de comprendre ce qu'il fait de mal avant de mettre ça en application dans les entraînements, et puis dans les matchs.

Holtby n'est pas seul dans cette situation. Jonathan Quick, Devan Dubnyk, Sergei Bobrovsky, Frederik Andersen, tous des vétérans aguerris, affichent des taux d'efficacité sous la barre des ,900 en ce début de saison. Il est encore trop tôt pour déceler une tendance et je suis certain qu'ils vont se replacer.

Si c'est encore le cas dans deux mois, on pourra commencer à en parler.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.