Skip to main content

Repêchage 2018 : Jared McIsaac, l'enfant chéri de la Nouvelle-Écosse

Le défenseur des Mooseheads d'Halifax pourrait devenir le premier arrière de la province à être sélectionné au premier tour depuis 1981

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

La Nouvelle-Écosse a vu grandir Jared McIsaac et elle est maintenant sur le point de le voir éclore.

Natif de Truro, une petite ville située à une centaine de kilomètres d'Halifax, le défenseur des Mooseheads a gravi les échelons du hockey mineur dans les alentours de la capitale provinciale jusqu'au niveau midget à Cole Harbour - la ville d'origine d'un certain Sidney Crosby.

Et dans un élan de continuité, les Mooseheads ont sacrifié plusieurs choix pour en faire leur deuxième sélection, la deuxième au total après Benoît-Olivier Groulx, lors du repêchage 2016 de la LHJMQ au grand plaisir des partisans de l'équipe.

Le voilà désormais aux portes de la Ligue nationale de hockey à sa deuxième campagne dans le circuit junior québécois. Il est pour l'instant l'un des neuf défenseurs répertoriés comme de potentiels choix de première ronde par le Bureau central de dépistage de la LNH, une reconnaissance dont il se soucie peu.

« Je ne me mets pas davantage de pression parce que c'est mon année d'admissibilité, a dit McIsaac. Je veux être à mon meilleur chaque soir, c'est la pression que je mets sur mes épaules. Tout ce que je contrôle, c'est la manière dont je joue match après match. »

Si une équipe le réclame au premier tour en juin prochain, il deviendrait le premier défenseur néo-écossais à être sélectionné en première ronde depuis Paul Boutilier (Islanders de New York - 21e au total) en 1981.

« Je suis très heureux de ses progrès. C'est un gars d'ici, de la Nouvelle-Écosse, nous l'avons regardé évoluer, a déclaré l'entraîneur-chef des Mooseheads Jim Midgley. C'est un joueur d'élite. C'est un très bon patineur, il a un bon sens du hockey et il fait bien circuler la rondelle.

« Il doit seulement en faire la preuve de façon constante et c'est ce sur quoi nous travaillons avec lui. »

Et qui de mieux placé que Midgley pour aider McIsaac à passer à un autre niveau? Les deux hommes se côtoient depuis quelques années déjà puisque l'entraîneur l'a notamment dirigé en 2015 avec la formation néo-écossaise des moins de 16 ans aux Jeux du Canada.

Il se chargeait également de la brigade défensive des Mooseheads l'an dernier - avant de remplacer André Tourigny comme entraîneur-chef - alors que McIsaac donnait ses premiers coups de patin dans la LHJMQ.

« Il y a plusieurs personnes qui me viennent en tête, mais je dirais que Jim Midgley a eu un grand rôle à jouer dans mes succès jusqu'à maintenant », a répondu McIsaac lorsqu'on lui a demandé qui avait eu la plus grande influence sur sa carrière.

« Je suis chanceux de pouvoir travailler avec lui depuis maintenant près de cinq ans. »

Le défenseur offensif de 6 pieds 1 pouce et 195 livres qui a découvert le hockey grâce à son père et à son oncle Jon - un arbitre dans la LNH - a terminé sa première campagne parmi les meneurs au chapitre de la production chez les défenseurs recrues de la Ligue canadienne de hockey avec 32 points, dont quatre buts, en 59 matchs.

En 13 rencontres jusqu'ici, McIsaac n'a toujours pas trouvé le fond du filet, mais il a enregistré six mentions d'aide et a décoché 23 tirs au but. 

« Je me considère comme un défenseur qui peut contribuer offensivement et défensivement, je suis prêt à jouer tous les rôles, a indiqué celui qui tente de calquer son jeu sur celui de Drew Doughty, des Kings de Los Angeles.

« J'espère être un leader dans cette équipe et amener ma contribution autant que possible pour nous permettre de nous rendre le plus loin possible en séries. C'est l'objectif principal. »

Tout n'est cependant pas parfait dans son jeu, comme l'indiquent ses 32 minutes de pénalité, mais Midgley a bien l'intention de mener ce projet à terme.

Même si ça implique de le renvoyer dans la mêlée après qu'une de ses pénalités eut coûté un but.

« Il essaie de s'améliorer et il veut s'améliorer, a dit Midgley. Jared veut travailler sur son tir et sur l'aspect défensif de son jeu. C'est un processus, nous comprenons ça, et nous faisons de notre mieux pour l'aider à s'améliorer. »

En voir plus