rempe badge chaumont

NEW YORK – Il y avait des chants pour deux joueurs des Rangers dans le toujours bruyant Madison Square Garden. Igor Shesterkin a entendu son prénom après de rares arrêts difficiles et Matt Rempe a entendu son nom de famille après une mise en échec, du chamaillage, mais aussi un but.

Rempe a écrit un chapitre heureux de ce premier match contre les Capitals de Washington au premier tour des séries. Et il ne l’a pas fait avec ses poings. En deuxième période, le grand ailier de 6 pieds 7 pouces et 241 livres a redirigé une passe de Jimmy Vesey pour déjouer Charlie Lindgren et ouvrir le pointage. C’est lui qui a donné le ton à cette rencontre où les Rangers ont triomphé des Capitals 4-1.

« C’était fou la réaction de la foule après mon but, a dit Rempe dans le vestiaire des Rangers. Ils ont chanté tout le long du match, j’ai adoré l’énergie. Je ne peux les remercier assez. J’étais un peu sous le choc après mon but. J’ai eu besoin d’un peu de temps avant de le réaliser, mais j’ai entendu le bruit des partisans. Je réalisais un rêve. »

Du côté des Rangers, Rempe était avec Will Cuylle l’un des deux seuls joueurs à découvrir l’ambiance des séries pour une première fois. Il a bien contrôlé ses émotions malgré un mauvais départ où il a écopé d’une punition en début de rencontre pour une charge contre l’ailier Beck Malenstyn. Mais après ce jeu, le numéro 73 des « Blue Shirts » a choisi de jouer au hockey, se concentrant sur son rôle à l’aile droite du quatrième trio en générant de l’énergie et en ripostant avec un bon dosage à quelques reprises après les sifflets.

WSH@NYR: Rempe brise la glace

« Je connais mon jeu, a répliqué le géant originaire de Calgary. Je patine bien, je peux jouer physique et je crois être construit pour le hockey des séries. J’ai cette capacité à jouer avec hargne, tout en protégeant la rondelle et en fonçant au filet. J’étais heureux de mon match. »

Rempe avait de quoi se réjouir. Oui, il y a le premier but. Oui, il y a une première victoire lors du premier match contre les Capitals. Oui, son trio a embêté celui des rivaux tout le long du match en marquant deux des quatre buts. Mais il y avait aussi la présence de sa mère, Janice, dans les gradins.

L’ailier de 21 ans a parlé de sa maman quand on lui a demandé de décrire les émotions qu’il ressentait à entendre les hurlements de « Rem-Pe, Rem-Pe, Rem-Pe ».

« C’était formidable, a-t-il affirmé. Je ne veux pas laisser tomber nos partisans, je souhaite jouer avec une grande intensité. En plus, c’était cool puisque ma mère regardait un match au Garden pour une première fois. C’était spécial. J'ai soupé avec elle la veille. Nous avons mangé dans un bon restaurant italien. Elle est ma plus grande fan. Elle n’avait jamais encore eu la chance de voir New York. Nous avons marché après le souper. C’était parfait. »

L’énergie du quatrième trio et les canons

Après une première période où les deux équipes s’étudiaient, les Rangers ont ouvert les valves en deuxième période. Rempe et Artemi Panarin ont battu Lindgren dans un intervalle de 33 secondes. C’était assez pour semer le doute dans le camp des Caps.

Vesey a aussi touché la cible en deuxième période, marquant le troisième but des siens en seulement 2:06.

Les Rangers ont gagné ce premier match en grande partie grâce au travail de son quatrième trio. Rempe (un but), Vesey (un but) et Barclay Goodrow (deux passes) ont noirci la feuille de pointage.

Goodrow, qui a gagné la Coupe Stanley en 2019 et 2020 avec le Lightning, a également joué un rôle important en infériorité numérique. Les Capitals n’ont pas touché la cible malgré quatre occasions en supériorité numérique.

Il n’y a pas juste les attaquants de l’ombre qui ont connu un fort match, il y a aussi les gros noms. Panarin a freiné une vilaine séquence de neuf matchs sans but en séries en obtenant le deuxième but des siens. Chris Kreider, quant à lui, a assommé les visiteurs en marquant sur une échappée en fin de troisième période. Mika Zibanejad lui a servi une magnifique passe sur ce jeu. Kreider n’a eu qu’à glisser la rondelle sous la jambière gauche de Lindgren pour le battre.

Shesterkin n’a pas trop transpiré lors de ce premier match. Le numéro 31 a bloqué 20 tirs pour signer une première victoire. Aucune des tentatives de tirs d'Alex Ovechkin n’a atteint son compatriote, alors qu'il a manqué la cible à cinq reprises et que deux autres tentatives ont été bloquées. C'était la première fois depuis le 3 mai 2018 contre les Penguins de Pittsburgh qu'Ovechkin terminait un match de séries éliminatoires sans tir au but à sa fiche.

Résumé : Capitals vs Rangers 21/04/24

EN PROLONGATION

Le chiffre du match : 5

Jacob Trouba a bloqué cinq tirs et réussi cinq mises en échec. Utilisé à la droite d’Erik Gustafsson, Trouba a agi comme un capitaine dans ce premier match en faisant les « petites choses ». Peter Laviolette a un bel équilibre à la ligne bleue, utilisant ses six défenseurs entre 17:32 (Gustafsson) et 21:10 (K’Andre Miller).

La jeunesse contre l’expérience

Spencer Carbery, l’entraîneur-chef des Capitals, en parlait avant le match. Il avait hâte de voir la réaction de ses jeunes joueurs pour ce premier match des séries. Si les Rangers ne comptaient que sur deux joueurs sans expérience des séries (Rempe et Cuylle), les Capitals en avaient six : Charlie Lindgren, Vincent Iorio, Aliaksei Protas, Alexander Alexeyev, Hendrix Lapierre et Beck Malenstyn.

Lindgren, déjoué quatre fois sur 31 tirs, semblait nerveux devant le filet des visiteurs. En plus de l’inexpérience, Carbery devait jongler avec une formation à cinq défenseurs. Frappé par Alexis Lafrenière en deuxième période, juste avant le but de Panarin, Iorio n’a fait que trois présences lors de cette rencontre. Il n’a pas joué après la mise en échec de Lafrenière.

L’intensité de Lafrenière

Lafrenière n’avait pas obtenu de point en sept matchs l’an dernier au premier tour des séries contre les Devils. Il peut déjà chasser de son esprit cette léthargie. Il a récolté une passe sur le but de Panarin. Mais sur ce jeu, il a surtout retenu l’attention avec un bon coup d’épaule.

« Je veux être physique sur l’échec avant et récupérer des rondelles, a dit le numéro 13. Trocheck a fait un beau jeu après et Panarin a marqué un beau but. »

Le premier de classe au repêchage de 2020 a terminé le match avec une passe, cinq tirs tentés (deux sur la cible), cinq mises en échec et un temps de jeu de 15:22.

Un héritage de Nick Bonino

Le hockey en séries se gagne souvent avec les minuscules détails. En deuxième période, Barclay Goodrow en a fait la preuve. Goodrow, un gaucher, a effectué une mise en jeu en tenant son bâton comme droitier contre Nic Dowd. Il se retrouvait de son côté faible, alors il a choisi de changer son bâton de côté.

« J’ai commencé à faire ça cette saison », a affirmé Goodrow qui se retrouvait au podium dans la salle de conférence aux côtés de Vesey.

Après les entrevues avec les deux membres du quatrième trio des Rangers, on a compris que Goodrow s’est exercé en début de saison à prendre des mises en jeu à l’envers, sous la recommandation de Nick Bonino. Les Rangers avaient placé Bonino au ballottage au mois de février. Ils ont résilié son contrat après son refus de se joindre au Wolf Pack de Hartford dans la Ligue américaine.

La tasse de café, le balado de LNH.com

Séries éliminatoires : Le carré d'as est connu