Skip to main content

Predators: Ryan Ellis a saisi sa chance

Le défenseur a su faire sa niche à Nashville et s'avère un élément important de l'équipe en séries éliminatoires

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

NASHVILLE - Quand les Predators de Nashville ont échangé le défenseur Shea Weber aux Canadiens de Montréal en retour du défenseur P.K. Subban, l'hypothèse était que chacun d'eux allait s'emparer du poste laissé vacant par l'autre au sein de sa nouvelle équipe.

À Montréal, Subban avait joué pendant des années à la droite d'Andrei Markov sur la première paire, et même s'il n'a pas amorcé la saison à ce poste, c'est exactement où Weber a abouti.

Le partenaire de Weber à Nashville était Roman Josi, que plusieurs voyaient jouer en compagnie de Subban pour former le duo le plus mobile et explosif dans la LNH.

C'est de cette manière dont les Predators ont amorcé la campagne, mais ce n'est pas comme ça qu'elle s'est terminée.

Subban évolue avec Matthis Ekholm et le poste qui lui semblait destiné a finalement été confié à Ryan Ellis, un joueur que les Predators savaient capable de jouer sur la première paire, mais qui n'avait finalement besoin que d'une chance.

« Il est l'un des joueurs les plus intelligents qui ont enfilé cet uniforme, a déclaré le directeur général des Predators David Poile, samedi. Quand nous avons fait la transaction pour P.K., l'objectif était de le faire jouer avec Roman. Mais après quelques expériences, les entraîneurs ont jugé que P.K. était meilleur avec Ekholm. C'est comme ça que les choses ont fonctionné. Nous avons échangé un défenseur pour un défenseur et ils sont tous les deux de très bons joueurs qui aident leur équipe. Je pense que Ryan a joué un rôle important pour nous l'an dernier aussi. »

Ç'a fonctionné de cette manière en raison de l'immense talent des Predators à la ligne bleue et c'est surtout pourquoi Ellis a pris du temps à s'établir comme une vedette dans la LNH.

Mais c'est exactement ce qu'il est, même si peu de gens sont au courant, lui qui a terminé au cinquième rang chez les défenseurs de la LNH avec 16 buts et qui a récolté sept points (deux buts, cinq aides) en six matchs dans les séries éliminatoires.

Il a récolté au moins un point à ces cinq derniers matchs à l'aube du troisième match de la série entre les Predators et les Blues de St. Louis (15h HE; NBC, CBC, TVA Sports).

« C'est un joueur incroyable aux deux extrémités de la patinoire, il joue contre les meilleurs trios adverses et il est très utile à notre équipe, a indiqué l'entraîneur des Predators, Peter Laviolette. Vendredi en était un bon exemple, les minutes qu'il enregistre défensivement, les sacrifices qu'il fait en bloquant des tirs. Et offensivement, il peut changer un match. Comme j'ai dit, je crois que ça ne surprend plus personne désormais. »

La seule raison pour laquelle Ellis peut surprendre, c'est en raison de la longueur de son parcours jusqu'à la LNH.

Les Predators ont réclamé Ellis au 11e rang lors du repêchage de 2009. Il venait de connaître un excellent Championnat mondial junior, aidant le Canada à remporter l'or en récoltant sept points (un but, six aides) en six matchs. Il avait été le quart-arrière de l'équipe à la ligne bleue et avait dominé en avantage numérique en compagnie de Subban.

Ellis a gagné la Coupe Memorial à deux occasions avec Windsor dans la Ligue de l'Ontario en 2009 et en 2010, a décroché l'argent au CMJ en 2010 et a disputé sa quatrième saison au niveau junior en 2010-11. Il a fait la navette entre Nashville et Milwaukee dans la Ligue américaine lors des deux saisons suivantes avant de finalement faire sa niche avec les Predators en 2013-14.

Son temps moyen d'utilisation a passé de 16:04 au cours de cette saison à 18:59 en 2014-15, à 20 :54 l'an dernier puis à 23 :57 cette saison, la 20e meilleure moyenne dans la LNH. Cette augmentation de temps de glace coïncide avec l'arrivée de l'entraîneur Peter Laviolette à Nashville, et c'est la personne à laquelle Ellis donne le crédit.

« Je crois que tout dépend de l'occasion de vous faire valoir, a dit Ellis. Quand Laviolette est arrivé ici, pour tous les jeunes joueurs, l'accent était sur le développement et l'amélioration. Nous avons eu la chance de jouer, de gagner de l'expérience et un peu de confiance. C'est un peu le résultat de cette confiance que m'a donnée l'entraîneur. »

Quand Ellis parle de l'occasion de se faire valoir, Poile a aussi beaucoup à voir là-dedans. Il a échangé Seth Jones aux Blue Jackets de Columbus en retour du joueur de centre Ryan Johansen le 6 janvier 2016, libérant un peu d'espace à la ligne bleue.

Il y a ensuite eu l'échange du 29 juin quand Weber a quitté pour faire place à Subban, ce qui ne devait pas initialement faire de l'espace pour Ellis. Mais en réalité, ç'a été le résultat de cette transaction.

La notion qu'il soit en train de remplacer Weber, rend toutefois Ellis un peu inconfortable.

« C'est certain que je ne suis pas capable de remplacer un gars comme ça, donc il faut le faire en comité, a déclaré Ellis. Je crois qu'il a été un élément-clé de cette équipe pendant plusieurs années. Après la transaction, tout le monde s'est regroupé pour le remplacer sur la patinoire et dans le vestiaire. »

C'est peut-être vrai. Mais il est devenu clair dans ces séries que le président de ce comité est bel et bien Ellis.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.