Skip to main content

Poolers : Un vétéran retrouve son rythme et une recrue fait sensation

Getzlaf et Korpisalo voient leur cote grimper depuis quelques semaines

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Au cours d'une saison, certains joueurs voient leur situation être modifiée, que ce soit en raison d'un changement de rôle, d'une transaction ou d'une blessure à un coéquipier. Chaque semaine, nous allons donc répertorier un joueur par position dont la valeur est en hausse, et un autre pour lequel la valeur est en baisse.

 

ATTAQUANTS
Hausse : Ryan Getzlaf, Ducks d'Anaheim - Si vous regardez parmi les 30 premiers pointeurs de la LNH, vous ne trouverez pas le nom de Getzlaf, ce qui est franchement inhabituel. Comme la majorité des joueurs des Ducks, Getzlaf a vu ses statistiques être plombées par le très mauvais début de saison de l'équipe, mais il s'affaire à rattraper le temps perdu depuis un peu plus d'un mois. Il a amassé dix points à ses six dernières rencontres, et il a été blanchi seulement deux fois à ses 17 derniers matchs, récoltant 21 points au cours de cette séquence (trois buts, 18 passes), ce qui lui confère le cinquième rang de la LNH depuis le 8 janvier. Si jamais le pooler qui possède Getzlaf dans votre ligue est toujours aigri de son très mauvais début de saison, c'est le moment ou jamais de lui faire une offre avant qu'il ne réalise qu'il est hors de tout doute en marche.

Baisse : Patrick Sharp, Stars de Dallas - Sharp connaît présentement une période creuse à sa première saison à Dallas, lui qui n'a récolté qu'un point à ses huit derniers matchs, et quatre à ses 14 dernières rencontres. Il connaissait pourtant une séquence de 34 points en 36 matchs avant cette disette. Pire encore, son dernier but remonte au 3 janvier, soit une léthargie de 17 matchs. Tyler Seguin et Jamie Benn ont évolué avec Patrick Eaves et Valeri Nichuskin au cours des récents matchs, et en l'absence de Jason Spezza, blessé, Sharp se retrouve avec des joueurs moins outillés pour l'aider à se sortir de son marasme. Ses compagnons de trio les plus fréquents au cours de la dernière partie ont été Cody Eakin et Antoine Roussel. Il a de plus été évincé de la première vague du jeu de puissance, ce qui n'augure rien de bon à court terme.

DÉFENSEURS
Hausse : Dougie Hamilton, Flames de Calgary - Hamilton a connu un début difficile avec les Flames, mais les choses semblent vouloir se replacer pour lui, surtout qu'il est le principal bénéficiaire de la suspension de 20 matchs décernée à son coéquipier Dennis Wideman. En effet, en sept matchs depuis la suspension de Wideman (avant les matchs de mercredi), Hamilton avait récolté sept points en sept parties (trois buts, quatre passes), dont cinq en avantage numérique. C'est surtout sur le jeu de puissance que l'utilisation de Hamilton a changé. Jusqu'au 27 janvier, date du dernier match de Wideman, Hamilton était le quatrième défenseur le plus utilisé de l'équipe en supériorité numérique, et il avait récolté six points avec l'avantage d'un homme en 48 parties. Depuis que Wideman, qui était le meneur parmi les défenseurs avec une moyenne de plus de 3:00 par match sur le jeu de puissance, est sur la touche, Hamilton est l'arrière le plus utilisé sur l'attaque massive, et il s'est hissé au premier rang des défenseurs de l'équipe pour les points en supériorité numérique.

Baisse : Torey Krug, Bruins de Boston - Krug est de loin le défenseur le plus utilisé des Bruins sur le jeu de puissance, sa moyenne de 3:17 de temps de jeu par rencontre se trouvant loin devant les 1:33 de Zdeno Chara au deuxième rang. Il est donc ahurissant de voir que le dernier point de Krug sur l'attaque massive remonte au 13 janvier, une disette de 15 matchs, surtout que l'avantage numérique de Boston pointe au cinquième rang de la ligue avec une efficacité de 22,1 pour cent. Il n'a récolté que quatre mentions d'aide au cours de cette séquence, et il faut remonter au 5 décembre pour retrouver le dernier but de Krug… on parle ici d'une disette de 30 rencontres. Il s'agit d'un rendement très décevant pour celui qui avait entamé la saison avec 10 points à ses 11 premiers matchs.

GARDIENS
Hausse : Joonas Korpisalo, Blue Jackets de Columbus - Mine de rien, le jeune gardien finlandais affiche des statistiques intéressantes depuis quelques semaines, et il a permis aux Blue Jackets de connaître un certain succès depuis le début de l'année 2016. Korpisalo présente le deuxième plus haut pourcentage d'arrêts parmi tous les gardiens de la LNH depuis le 10 janvier (,939) et il présente un dossier de 8-2-3 avec une moyenne de buts alloués de 2,04 depuis cette date. Il a su tirer profit des blessures à Sergei Bobrovsky et Curtis McElhinney, et le retour en santé de ce dernier récemment ne changera rien au statut de Korpisalo, qui est l'homme de confiance de l'entraîneur John Tortorella jusqu'à ce que Bobrovsky recouvre la santé.

Baisse : Jaroslav Halak, Islanders de New York - Le gardien slovaque connaît une période difficile qui s'est amorcée tout juste avant la pause du Match des étoiles. Depuis le 25 janvier, Halak n'a signé qu'une victoire, soit le même nombre que Jean-Francois Berube, en plus d'afficher d'horribles statistiques avec un pourcentage d'arrêts de ,850 et une moyenne de buts alloués de 4,26. Rien pour aider la cause de Halak, son auxiliaire Thomas Greiss a élevé son jeu d'un cran depuis le Match des étoiles, avec une fiche de 3-0-0, un pourcentage d'arrêts de ,957 et une moyenne de buts alloués de 1,20. Greiss a d'ailleurs remporté sept de ses huit dernières décisions, et l'entraîneur Jack Capuano n'aura peut-être donc pas d'autre choix que de laisser Halak sur le banc.

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.