Skip to main content

Poolers : Le CH présente un nouveau visage

L'arrivée de plusieurs nouveaux visages et le retour de Price changent la donne pour les Canadiens

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

L'été a été mouvementé à Montréal, alors que le directeur général des Canadiens Marc Bergevin a procédé à quelques transactions et embauches qui n'ont pas toutes été populaires auprès des partisans.

Le charismatique et favori des partisans comme des poolers P.K. Subban a pris le chemin des Predators de Nashville en retour de Shea Weber, tandis que l'énigmatique Lars Eller va maintenant porter les couleurs des Capitals de Washington. Bergevin a conclu une autre transaction afin d'ajouter à sa formation le teigneux Andrew Shaw, en plus de procéder à quelques embauches sur le marché des joueurs autonomes. Deux de ces additions devraient retenir l'attention des poolers : celles de l'attaquant Alexander Radulov et de l'entraîneur adjoint Kirk Muller. Le premier était probablement le meilleur joueur à évoluer à l'extérieur de la LNH, et il va s'insérer immédiatement à la droite de l'un des deux premiers trios. Le deuxième aura comme mission de relancer le jeu de puissance, qui vivote depuis qu'il a quitté l'organisation en 2011. L'attaque reposera encore une fois sur les vétérans Max Pacioretty, Tomas Plekanec et Andrei Markov, ainsi que sur les jeunes Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher, mais de jeunes joueurs pourraient être appelés à jouer des rôles clés en attaque.

Sous-évalué : Nathan Beaulieu - En échangeant le très mobile Subban contre le costaud Weber, Bergevin a modifié l'équilibre existant sur ses paires de défenseurs. Markov, le partenaire habituel de Subban au cours des dernières saisons, pourrait ne pas être le partenaire idéal pour Weber, puisque ce duo manquerait sensiblement de mobilité. Weber serait plus efficace s'il était jumelé à un défenseur capable de transporter la rondelle, comme c'était le cas à Nashville avec Roman Josi. Beaulieu présente le profil le plus adapté pour évoluer aux côtés du nouveau no 6 des Canadiens, et s'il parvient à démontrer qu'il peut affronter les meilleurs attaquants adverses sur une base régulière, son temps de jeu va grimper en flèche, tout comme sa production offensive. Une récolte frisant les 40 points, dont 10 en avantage numérique, est réaliste. Il ne pourra toutefois faire mieux jusqu'à ce qu'il obtienne du temps de jeu sur la première vague du jeu de puissance, mais ces places sont réservées à Markov et Weber pour le moment.

Surévalué : Andrew Shaw - Est-ce que les Canadiens avaient besoin d'un joueur comme Shaw dans leur alignement, qui dérange l'adversaire et qui ne démontre aucune baisse d'intensité? Fort probablement. Est-ce que les poolers ont besoin d'un joueur qui n'amassera pas 40 points et qui ne décochera pas deux tirs par rencontre? Assurément pas. S'il représente une option décente dans les ligues multicatégories grâce à ses minutes de punitions et mises en échec, Shaw va vite se rendre compte que ses compagnons de trio les plus fréquents à Montréal ne seront pas de la même trempe que Jonathan Toews et Marian Hossa, comme c'était le cas avec les Blackhawks de Chicago.

Carte cachée : Daniel Carr - L'une des rares belles surprises de la saison 2015-16 du côté des Canadiens, Carr a très bien fait au cours de sa première audition dans la LNH. Embauché à titre de joueur autonome jamais repêché au terme de son passage de quatre ans à Union College, Carr a disputé 23 parties avec Montréal, récoltant six buts et trois passes. Carr possède de belles aptitudes autour du filet et n'hésite pas à foncer vers la cage adverse, marquant la plupart de ses buts sur une courte distance. Un poste est ouvert sur les deux premiers trios aux côtés de Pacioretty, Plekanec, Radulov, Galchenyuk et Gallagher. Carr pourrait bien décrocher ce poste et surprendre bien des observateurs avec une saison de 20 buts.

30 en 30 Canadiens: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Grands enjeux

Prêt à rebondir : Brendan Gallagher - Le petit guerrier du CH se dirigeait vers la meilleure saison de sa carrière lorsque les blessures l'ont freiné l'an dernier. Gallagher se dirigeait vers une campagne de près de 35 buts et plus de 70 points avant de subir une blessure à des doigts en bloquant un tir. Même s'il est peu probable qu'il devienne un joueur de 70-75 points, Gallagher devrait connaître au moins une saison de 30 buts au cours de sa carrière, et il aura toutes les chances d'y parvenir cette année. Il va évoluer à la droite de Galchenyuk, avec qui il a terminé la dernière saison, ou de Plekanec, avec qui il a connu du succès par le passé, en plus d'être un incontournable sur la première vague du jeu de puissance. Une campagne de 30 buts, 60 points, 250 tirs et 20 points en avantage numérique est tout à fait dans les cordes du joueur le plus souriant de la ligue.

Espoir à surveiller : Mikhail Sergachev - Avec huit défenseurs possédant un contrat à un volet avec les Canadiens, les chances de voir le neuvième choix au total du dernier repêchage amorcer la saison à Montréal ne sont pas nécessairement élevées, mais cela veut aussi dire que s'il parvient à convaincre les dirigeants et le personnel d'entraîneurs qu'il a sa place dans la LNH, il ne se verra pas confier un rôle de figuration. Qualifié par plusieurs dépisteurs de défenseur le plus près de la LNH parmi les arrières sélectionnés en 2016, Sergachev possède un physique impressionnant (6 pieds 2 pouces, 222 livres) pour un joueur de son âge, et il aime distribuer de solides coups d'épaule, en plus d'être doté d'un puissant tir. S'il est sélectionné en fin de repêchage par les poolers, il pourrait s'avérer un véritable vol s'il se taille une place à Montréal dès cette année.

Situation des gardiens : La saison des Canadiens s'est transformée en cauchemar lorsque Carey Price est tombé au combat pour la deuxième fois en novembre, une blessure au genou le forçant à l'inactivité pour le reste de la saison. Price aurait presque pu remporter le trophée Hart à titre de joueur le plus utile à son équipe l'an dernier, son importance pour les Canadiens étant soulignée de manière on ne peut plus évidente. On assure que Price est remis à 100 pour cent, et les partisans de Montréal et les poolers qui ont vu leur saison réduite à néant par son absence l'an dernier ont hâte de voir comment Price va se comporter à la Coupe du monde de hockey 2016 en septembre. Avec un Price en santé, les Canadiens se battent pour le titre de la section Atlantique, et non pour une place en séries. Price va afficher des statistiques qui lui permettront de se maintenir parmi les trois meilleurs gardiens de la ligue, surtout que la présence de Weber devant lui devrait lui permettre de bénéficier d'un peu plus d'espace. Derrière Price, Al Montoya et Mike Condon vont se disputer le poste d'auxiliaire, mais il est difficile d'imaginer Montoya ne pas amorcer la saison à Montréal. Condon a fait du travail honnête en relève à Price l'an dernier, mais sa fâcheuse tendance à accorder un mauvais but ici et là a poussé la direction du CH à embaucher un vétéran qui possède beaucoup d'expérience à titre d'adjoint.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.