Skip to main content

Maroon ramène la Coupe à St. Louis sur fond d'incertitude

L'attaquant de 31 ans a profité de la journée malgré qu'il soit toujours à la recherche d'un contrat

par Louie Korac Correspondant NHL.com

ST. LOUIS - Le déjeuner qu'a partagé Pat Maroon avec son fils Anthony, samedi, n'était pas comme n'importe quel autre déjeuner.

C'était la première fois qu'ils goûtaient à des « Croque Canelle » directement dans la Coupe Stanley.

 Tweet from @StLouisBlues: Get your own spoon, dad! #stlblues #StanleyCup pic.twitter.com/o6v6UG61yb

Maroon a pu ramener la Coupe à la maison pour partager ce moment avec sa famille et ses amis après avoir aidé les Blues de St. Louis à remporter leur première Coupe Stanley en 52 ans d'histoire, défaisant les Bruins de Boston en sept matchs en Finale. 

LIRE AUSSI: Binnington obtient les clés de la ville| Schenn célèbre avec les pompiers

Après le déjeuner, Maroon s'est rendu à l'aréna où il a passé son enfance dans le sud de St. Louis, près de sa ville natale d'Oakville, et s'est ensuite dirigé au restaurant Charlie Gitto au centre-ville, un établissement détenu par la famille de sa fiancée Francesca Vangel. Après les céréales, c'était l'heure de goûter à un mets typique de la ville - des raviolis frits dans de la sauce marinara - dans la Coupe.

Tweet from @StLouisBlues: Toasted ravs served in the #StanleyCup. Yes, @patmaroon just did the most St. Louis thing ever. #stlblues pic.twitter.com/yqIcJ3D8t2

Il a ensuite pris la direction de Hermann, au Missouri, pour célébrer dans un chalet avec sa famille et ses amis.

« C'est plaisant, a déclaré Maroon. C'est évidemment une journée spéciale. C'est comme planifier un mariage. Il faut que tout le monde ait la chance de la voir. C'est malheureux de devoir faire des évènements privés pour éviter que toute la ville de St. Louis y soit, comme vous pouvez voir la foule à l'extérieur.

« Ce que (le directeur général) Doug Armstrong a fait pour cette concession dans les dernières années pour ramener la Coupe Stanley après 52 ans, ç'en dit beaucoup sur la ville et ce qu'elle a traversé. C'est une ville de hockey maintenant et non une ville de baseball. »

Pour Maroon, qui s'est entendu avec les Blues pour un an et 1,75 million $ l'an dernier, le scénario n'aurait pu être plus parfait. Il a inscrit le but de la victoire en deuxième prolongation lors du match no 7 de la série de deuxième tour face aux Stars de Dallas pour propulser les siens en finale d'association.

Video: DAL@STL, #7: Maroon joue les héros pour les Blues

Comme il a grandi en encourageant les Blues, assistant même aux matchs avec son père Philip et ses frères Phil et Justin, il a amené la Coupe à des endroits qui ont une signification particulière pour lui.

« Mon père avait des billets de saison au vieux Checkerdome, a-t-il raconté. De revenir à la maison avec mon fils et ma fiancée, de profiter de la saison avec eux et de ramener la Coupe à St. Louis, c'est indescriptible. »

Tweet from @keeperofthecup: Dreams are made in St Louis today! 20 years ago @patmaroon visited the @HockeyHallFame and got a photo. Today he brought it back home to St Louis and took another photo....in his house! #StanleyCup champion @StLouisBlues @nhl@HockeyHallFame pic.twitter.com/6DwH7nHZvD

Sans contrat

L'attaquant de 31 ans, qui a récolté 28 points (10 buts, 18 aides) en 74 matchs de saison et sept (trois buts, quatre aides) en 26 rencontres éliminatoires, est toujours joueur autonome sans compensation et évalue présentement ses options.

Il ne ferme pas la porte à un retour avec les Blues, mais ils n'ont que 9,2 millions $ de libre sur la masse salariale et doivent encore accorder des contrats au défenseur Joel Edmundson et aux attaquants Ivan Barbashev et Oskar Sundqvist.

« J'aimerais poursuivre l'aventure à St. Louis, a dit Maroon. J'ai parlé avec Doug, mais c'est une situation difficile en ce moment. Il reste des joueurs à signer et tout le monde veut avoir sa part du gâteau. Le plafond salarial n'a pas augmenté. Je vais prendre du temps pour réfléchir. J'estime que j'ai trois bonnes années à offrir à une équipe.

« Je suis prêt à jouer pour n'importe quelle équipe qui me veut. Je suis un bon joueur dans le vestiaire et un bon vétéran. Je n'ai pas l'habitude de me vanter, mais je crois avoir fait du bon travail avec les gars cette saison. Je serais une bonne acquisition. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.