Skip to main content

Les Bruins sans pitié pour Price et le CH

David Pastrnak s'éclate et Boston l'emporte aisément 8-1 au Centre Bell, mardi

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Carey Price n'était pas dans son assiette et les Canadiens de Montréal ont été une proie facile pour les Bruins de Boston, qui l'ont emporté 8-1 au Centre Bell mardi.

David Pastrnak a animé l'attaque des Bruins (16-3-5, 37 points) en réussissant un tour du chapeau, ses 21e, 22e et 23e filets de la saison. C'était son sixième match de trois buts ou plus dans la LNH. 

À LIRE AUSSI : Le CH officiellement dans une mauvaise passePas de Bergeron, pas de problème pour les BruinsTour d'horizon des matchs du 26 novembre | À couper le souffle : 26 novembre

Brad Marchand, son 17e de la campagne, et Charlie Coyle ont ajouté un but et deux passes chacun. Jake DeBrusk, Anders Bjork et Danton Heinen ont également noirci la feuille de score du côté des gagnants, qui ont porté à huit leur série de rencontres avec au moins un point (5-0-3). Sean Kuraly a amassé trois passes.

Shea Weber a été le seul marqueur des Canadiens (11-8-5, 27 points), qui n'ont pas signé de gain dans un cinquième match d'affilée (0-3-2).

Il s'agit de leur pire dégelée encaissée à domicile depuis la correction de 8-2 que les Hurricanes de la Caroline leur ont infligée le 31 janvier 2006.

« C'est inacceptable », a tranché le joueur de centre Phillip Danault, qui était à court d'explications. « Nous commettons des erreurs d'inattention. Il faut être plus alerte psychologiquement et mieux travailler ensemble. Il faut se sortir de ça, mais ça va être dur. »

Price a cédé sa place à Keith Kinkaid après avoir permis trois buts en autant de lancers pour finir la première période et commencer la deuxième.

« Ça n'a évidemment pas été une soirée agréable à passer au travers, mais la vie continue », a philosophé Price.

Le gardien vedette a certes été mal soutenu par ses coéquipiers, qui ont joué avec mollesse près de lui, mais n'importe quel gardien qui accorde cinq buts sur 11 lancers en 21:10 de temps de jeu ne peut pas tout rejeter le blâme sur son entourage.

« Nous n'avons pas été assez bons et Carey fait partie de l'équipe, a commenté l'entraîneur Claude Julien. Carey sait qu'il peut être meilleur. Ce n'est pas nécessairement sa faute, mais je ne peux pas dire qu'il a été excellent. »

Kinkaid a été victime du sixième but des Bruins vers la mi-chemin du deuxième tiers. Il a terminé la soirée avec 10 arrêts au compteur.
Jaroslav Halak n'a pas trop été inquiété en repoussant 36 lancers. 

« Nous sommes dans une mauvaise passe, mais il y a toujours une façon de s'en sortir, a réagi Price. Toutes les équipes passent par là, il ne faut pas s'attarder là-dessus. Je suis dans la Ligue nationale et dans le hockey depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'on finit par s'en sortir. Nous allons nous remettre à la tâche mercredi afin d'essayer de rectifier le tir tous ensemble. »  

L'infériorité, encore

L'infériorité numérique du Tricolore, une des pires dans la LNH, n'a pas fait le poids contre la redoutable attaque massive des Bruins en première période. 

DeBrusk a pu s'élancer de l'enclave sur la passe de Sean Kuraly, en provenance du coin droit, vers la fin de la première occasion des siens, à 8:03.

Le CH a rappliqué à égalité numérique à 12:41 grâce à Weber, qui s'est avancé afin de concrétiser le retour du tir de Brendan Gallagher. Ç'a été son seul moment de réjouissance de la soirée.

Les Bruins ont repris les devants en supériorité, à 14:24. Pastrnak a dégainé du coin gauche sur réception de la passe de Coyle.

« J'ai trouvé que nous avions quand même bien commencé le match. Les pénalités ont été coûteuses », a commenté Julien. 

« Nous avons seulement donné trois chances de marquer aux Bruins en première période et ils ont marqué sur les trois. »

Avant la fin, les hôtes ont fait profiter aux visiteurs de leur générosité proverbiale cette saison en offrant à Marchand un but sur un plateau d'argent, avec 37 secondes à écouler. C'était le 12e but déjà qu'il permettait au cours de la dernière minute d'une période.

« Les Canadiens étaient meilleurs que nous en début de match », a corroboré l'homologue de Julien, Bruce Cassidy. « Halak a fait de beaux arrêts, nous n'étions pas vigilants. Notre jeu de puissance nous a relancés et le troisième but en fin de période leur a sans doute fait mal. C'est le genre de but qu'une équipe déteste accorder. »

Le début du deuxième vingt a été pitoyable pour le CH : Pastrnak faisant mouche dès la huitième seconde et Bjork ajoutant l'insulte à l'injure à 1:10 après s'être présenté seul devant Price.

Video: Les Canadiens humiliés 8-1 par les Bruins

« Tout s'est écroulé après leur quatrième but », a estimé Julien.

L'entraîneur a utilisé le temps d'arrêt à sa disponibilité après le cinquième but, mettant fin au calvaire de Price.

Kinkaid s'est amené en relève et Pastrnak a complété son tour du chapeau en redirigeant le tir de Marchand près du filet, à 9:06.

Pour la postérité, sachez que Coyle et Heinen ont marqué en troisième période.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.