Skip to main content

Parenteau souhaite rester dans la LNH, mais a aussi l'Europe dans sa mire

L'ailier québécois âgé de 34 ans est tenté par l'aventure olympique

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NASHVILLE - Pierre-Alexandre Parenteau ne sait pas ce que l'avenir lui réserve dans la LNH. L'attaquant des Predators de Nashville ne cache pas qu'il soupèse la possibilité de s'expatrier en Europe pour une seule raison : avoir la chance de représenter le Canada aux Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang en 2018.

« J'y pense. Si j'allais jouer en Europe, j'estime que je serais un bon candidat (pour l'équipe canadienne). La perspective de participer aux Jeux olympiques pourrait m'inciter à accepter d'aller en Europe », avait confié Parenteau avant le début de la Finale de la Coupe Stanley.

Parenteau a été confiné à un rôle de réserviste en séries éliminatoires chez les Predators, après avoir récolté 27 points en 59 matchs dans l'uniforme des Devils du New Jersey. Il avait amorcé la saison au camp d'entraînement des Islanders de New York, avant d'être soumis au ballottage. Le brio du Sorelois Anthony Beauvillier lui a entre autres coûté son poste. 

Parenteau, originaire de Gatineau, sait que le temps commence à le rattraper à l'âge de 34 ans, mais il s'estime capable de poursuivre sa carrière dans la LNH.

« J'ai encore du bon hockey à offrir, puis il y aura 23 emplois de plus (avec l'arrivée des Golden Knights de Vegas la saison prochaine), a-t-il souligné. Mon problème, c'est que je dois faire partie d'un des deux premiers trios d'une équipe. C'est plus difficile dans ce temps-là. »

Il va donc patienter pour voir les offres qu'on lui soumettra avant de prendre une décision. 

« Ç'a bien été avec les Devils. J'avais du temps de glace et j'entretenais une bonne relation avec l'entraîneur John Hynes, a-t-il relaté. Je m'attendais toutefois d'être échangé à une équipe ayant des chances d'aller loin en séries. Je savais que ce serait moins évident d'avoir du temps de glace, mais ce n'était pas grave. Même si ça n'a pas été la situation rêvée pour moi avec les Predators, je suis resté positif et j'ai profité au maximum de la situation. C'était la première fois que je me rendais aussi loin en séries éliminatoires. »

Parenteau a toutefois vu sa saison prendre fin à deux victoires seulement d'une conquête de la Coupe Stanley, dimanche. Il pourra se targuer d'avoir pris part aux deux victoires des Predators contre les Penguins de Pittsburgh en Finale, même s'il n'a pas réellement été un facteur.

Arrivé dans la LNH à l'âge de 27 ans, Parenteau, qui a été un choix de neuvième tour des Ducks d'Anaheim (264e au total) en 2001, a disputé 491 matchs au sein de huit équipes, incluant les Canadiens de Montréal pour une saison en 2014-15. Il a réussi 114 buts et amassé 296 points.

Chez les Predators, il s'est dit heureux d'avoir assisté à l'émergence du jeune attaquant Frédérick Gaudreau, qui s'est mis en évidence en Finale.

« Je suis content de voir un jeune du Québec percer dans la Ligue nationale. Surtout qu'il a connu un parcours semblable au mien. Il a eu sa chance plus jeune que moi. Je me réjouis pour lui. »

En voir plus