Skip to main content

Marcotte : Belzile, la surprise du premier tiers de la saison

Notre chroniqueur souligne l'importance du Québécois de 27 ans, sur la glace comme à l'extérieur

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

Tous les mardis, notre chroniqueur Anthony Marcotte revient sur la dernière semaine du Rocket de Laval, ainsi que sur l'actualité de la Ligue américaine de hockey. Il permettra aux partisans de suivre assidûment ce qui se passe dans l'antichambre de la meilleure ligue de hockey au monde.

Le Rocket de Laval vient de franchir le cap du premier tiers de la saison. Bien que l'équipe se retrouve au tout dernier rang du circuit et à cinq points d'une place en séries, un joueur sort du lot et est rapidement devenu la surprise de ce début de saison. Après les 26 premiers matchs, le meilleur marqueur du Rocket s'appelle Alex Belzile avec ses 20 points.

Bien peu de gens auraient pu s'attendre à un tel départ pour Belzile cette saison. Mis sous contrat comme joueur autonome le 1er juillet, le natif de Saint-Éloi dans le Bas-Saint-Laurent répète souvent qu'il s'est développé sur le tard. Voilà qu'à 27 ans, il est en train de s'établir comme un élément important dans la Ligue américaine.

« C'est sûr que c'est flatteur de se retrouver premier marqueur, mais je préfère mettre l'accent sur le concept d'équipe, estime Belzile. Tu peux jouer ton meilleur match un soir donné et ne pas récolter de point, et un autre soir que tu en arraches, tu es chanceux d'aller en chercher deux! L'important dans tout ça, c'est de trouver une constance. C'est ce qui te permet d'obtenir du succès dans cette ligue. »

À LIRE : Xavier Ouellet soumis au ballottageLes espoirs sur le radar : Maxime Comtois

Le jeune vétéran s'est promené pas mal depuis une saison de 92 points chez l'Océanic de Rimouski en 2011-2012. Il a bourlingué aux quatre coins de la ECHL avec des arrêts à Gwinnett, Anchorage, Boise, Fort Wayne et Loveland, au Colorado. Belzile approche les 300 matchs joués chez les professionnels, dont 168 dans la ECHL. Il va sans dire que de s'établir à Laval pour quelques années, ou même de décrocher un premier contrat de la LNH serait tout un exploit.

« C'était un excellent joueur chez les juniors », s'est rappelé Joël Bouchard se rappelant sûrement l'épique série en sept matchs entre son Armada de Blainville-Boisbriand et l'Océanic en 2012. « Il a le profil typique du joueur qui ne cesse jamais de s'améliorer. C'est un passionné de hockey qui veut bien faire. Il amène beaucoup d'enthousiasme et il est vocal. C'est une autre belle histoire pour nos joueurs, l'histoire d'un gars qui est passé par la ECHL pour se faire une place au niveau supérieur. »

Il faut graviter autour de l'équipe pour constater à quel point Belzile est quelqu'un de rassembleur. Son fort accent du bas du fleuve le rend encore plus sympathique, surtout lorsqu'il parle en anglais! Sa présence semble fort appréciée de tous ses coéquipiers et le principal intéressé s'en rend compte. Ce champion de deux coupes Kelly dans la ECHL avec les Aces d'Alaska en 2014 et avec les Eagles du Colorado en 2017 considère très important de se serrer les coudes dans un vestiaire.

« J'ai toujours aimé rapprocher les gars hors de la glace. Dans toutes les équipes dans lesquelles j'ai joué, j'ai toujours essayé d'organiser des activités. Je crois très fort que pour gagner, il faut que le vestiaire soit très soudé. Dans toute équipe gagnante, c'est vraiment l'esprit d'équipe qui fait la différence au bout du compte. Quand j'ai gagné dans la ECHL, nous étions très unis. Je crois beaucoup à ça », mentionne Belzile avec conviction.

Même si le Rocket n'obtient pour l'instant pas les résultats escomptés, on est à même de constater que les gars se tiennent. Belzile n'est sûrement pas étranger à la belle ambiance qui règne dans le vestiaire.

***

Il fallait s'attendre à des changements en défensive chez le Rocket. Avec les récentes arrivées de Karl Alzner, Victor Mete, Simon Després et maintenant Xavier Ouellet, ça déborde! Malheureusement, Michal Moravcik, Adam Plant et Ryan Culkin écopent et se retrouvent tous les trois dans la ECHL.

Du nombre, la déception doit être la plus grande pour Moravcik. Le grand défenseur tchèque en arrache depuis le début de la saison et il a dû composer avec une blessure récemment. Désormais apte à revenir au jeu lors du dernier week-end d'action, il n'a finalement pas joué, Joël Bouchard lui préférant notamment son compatriote David Sklenicka. 

Avec le retour en santé de Cale Fleury, un des bons espoirs des Canadiens de Montréal à la ligne bleue et âgé de seulement 20 ans, Moravcik se retrouvait coincé dans une mauvaise posture. 

Les deux défenseurs tchèques avaient signé des contrats de deux ans avec le Canadien lors de la saison morte, assorti d'une clause leur permettant de retourner en Europe. Un bon rendement de leur part au Championnat du monde de hockey avait attiré le regard de l'organisation. Pour l'instant, ils obtiennent des résultats mitigés à Laval et ne font pour l'instant pas partie des options de rappel dans le grand club. 

L'an dernier, Jakub Jerabek possédait aussi une clause pour retourner dans la KHL et les Canadiens l'avaient rappelé le 22 novembre. Voyons voir si la situation actuelle ne précipitera pas les choses dans le cas des deux joueurs, deux inséparables qui appartiennent au HC Plzen dans la Ligue élite tchèque. La grande différence entre leurs cas et celui de Jerabek, c'est qu'ils ne cognent pas à la porte de la LNH contrairement à leur compatriote la saison dernière.

***

On ne savait pas au début de la dernière semaine si Simon Després allait rapidement revêtir l'uniforme du Rocket. Joël Bouchard souhaitait bien l'évaluer à l'entraînement avant de décider de le lancer dans la mêlée. Finalement, il a joué les deux rencontres sur la route à Belleville et Toronto et il a probablement été le meilleur défenseur du Rocket lors des deux matchs.

Une entrée réussie pour le Lavallois, auteur du but vainqueur en prolongation samedi après-midi à Toronto. Les insuccès du Rocket en avantage numérique ont coûté des points cette année et le puissant tir de Després a possiblement précipité la décision de l'entraîneur de l'insérer dans la formation rapidement. Ça a rapporté des dividendes samedi puisque le but gagnant a justement été inscrit avec l'avantage d'un homme.

***

Après une disette de quatre matchs sans point et sept sans but, Jake Evans a retrouvé ses repères en attaque avec deux buts et une mention d'aide en deux rencontres.

Evans a formé une combinaison intéressante avec Nikita Jevpalovs et Byron Froese. Ils ont été les meilleurs attaquants de l'équipe en fin de semaine. Froese a notamment inscrit son neuvième de la saison, un sommet au sein de l'équipe.

***

La citation de la semaine de Joël Bouchard : « Faut (que) je fasse attention. Je ne suis pas satisfait, j'en veux plus, mais d'un autre côté nous n'étions pas dans des conditions optimales pour jouer aujourd'hui. Disons que ça compense pour les matchs qu'on aurait dû gagner plus tôt dans la saison », a mentionné Bouchard après la victoire de samedi à Toronto au lendemain d'une cinglante défaite de 7-2 à Belleville. Les Marlies, inactifs vendredi, attendaient le Rocket de pied ferme. 

***

Le Rocket disputera ses cinq prochains matchs à domicile avant la courte pause du temps des fêtes. Il tentera de prendre sa revanche face aux Sénateurs mercredi, avant que le puissant Crunch de Syracuse ne vienne en visite pour un programme double vendredi et samedi. La troupe de Benoit Groulx n'a qu'une seule défaite en temps régulier depuis le 27 octobre, une séquence de 14 matchs!
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.