Skip to main content

Biron: Lundqvist est solide comme le roc

Notre chroniqueur se penche sur les succès que connaît le gardien suédois devant la cage des Rangers depuis le début de la saison

par Martin Biron @martybiron43 / Chroniqueur LNH.com

Martin Biron a connu une carrière de 15 saisons dans la LNH et il a signé 230 victoires en 508 matchs, connaissant notamment deux saisons de 30 gains et plus. Il a également atteint la finale de l'Association de l'Est avec les Flyers de Philadelphie en 2008. Le gardien natif de Lac-St-Charles a été sélectionné au 16e rang au total du repêchage 1995 par les Sabres de Buffalo. Il a évolué avec les Sabres, les Flyers, les Islanders de New York et les Rangers de New York. Martin a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'univers des gardiens et d'analyser l'actualité de la LNH.

Les Rangers sont en plein cœur d'une séquence de quatre victoires qui leur a permis de retrouver une fiche de ,500 (7-7-1, 15 points), et il ne fait aucun doute qu'il y a un grand artisan derrière cette série de succès : le vétéran gardien Henrik Lundqvist.

La formation new-yorkaise a de bons vétérans, mais ils ne sont pas nécessairement dominants. Chris Kreider, Mats Zuccarello, Mika Zibanejad, Marc Staal et Kevin Shattenkirk font partie du lot, mais celui qui se distingue vraiment, c'est Lundqvist.

Quand les Rangers ont annoncé qu'ils amorçaient un virage jeunesse l'an dernier, le gardien a tout de suite mis au clair qu'il voulait demeurer à New York et faire partie de cette reconstruction - même à 36 ans. Quand on regarde ses statistiques, ce sont ses meilleures depuis près de trois ans et ses prestations sont essentielles aux succès de l'équipe.

À LIRE AUSSI : Biron : Chapeau, Jason! | Biron : Le gardien comme quatrième joueur en prolongation? | Biron : Ces gardiens qui réussissent des miracles

Au début de la saison, plusieurs observateurs le classaient dans le dernier tiers de la Ligue dans leurs prévisions, mais si on refaisait l'exercice aujourd'hui, il serait assurément dans le top-15 ou même dans le top-10.

Lundqvist est la meilleure personne pour occuper le poste de partant dans la Grosse Pomme et ça ne m'a pas du tout surpris quand il a exprimé son désir de rester même si les possibilités de gagner la Coupe Stanley avec les Rangers d'ici la fin de sa carrière semblent minces.

Je trouve que c'est quelque chose de noble de rester avec la même équipe, surtout dans la réalité d'aujourd'hui. Ce n'est pas facile à faire et Lundqvist a disputé 817 matchs jusqu'à maintenant avec les Rangers, c'est un exploit incroyable.

Depuis son arrivée à New York, c'est le fit parfait avec cette organisation, avec la ville, avec Manhattan. J'ai été son adjoint pendant quelques saisons et je peux vous assurer que ce n'est pas un gars flashy. Vous allez le voir dans certains évènements comme la Fashion Week et jouer dans un groupe de musique avec John McEnroe, mais il reste très humble dans tout ça.

Ce n'est pas une personne qui aime avoir les projecteurs sur lui, mais quand il joue au hockey, le Madison Square Garden, c'est sa place.

Il a été beaucoup testé depuis le début de la saison; il a reçu moins de 30 tirs à deux occasions seulement en 12 matchs. Il aime avoir des lancers, mais il ne faut pas non plus que ce soit des surnombres et des échappées. Quand il voit que les gars travaillent devant lui, il va redoubler d'efforts pour faire les arrêts.

Cette année, les Rangers c'est une jeune équipe qui travaille extrêmement fort et qui n'arrête jamais. On l'a vu contre les Canadiens de Montréal, mardi, quand ils ont comblé un déficit de 3-1 pour l'emporter 5-3. Lundqvist a d'ailleurs réussi plusieurs gros arrêts pour garder le score 3-1 et permettre aux siens de rester dans le match.

Il reçoit beaucoup de tirs, mais en même temps, son taux d'efficacité a été supérieur à ,900 dans 10 des 12 matchs qu'il a joués jusqu'à maintenant. Ça me rappelle ma deuxième année avec les Rangers quand Henrik avait remporté le trophée Vézina. Il avait tellement été constant que jamais dans la saison, l'entraîneur John Tortorella ne l'avait retiré d'un match. C'est pourtant un entraîneur qui n'est pas très patient avec ses gardiens.

C'est là que j'ai vu Henrik à son meilleur et je crois qu'il se rapproche de ça cette année au chapitre de la constance.

Un fin renard

Lundqvist a beaucoup d'expérience dans la Ligue et son statut de vétéran lui permet parfois de prendre certaines libertés que l'on ne permettrait pas à de jeunes gardiens du circuit. On en a eu la preuve dimanche dernier quand le Suédois a fait un arrêt du masque et qu'une de ses courroies s'est détachée.

Video: Lundqvist enlève son masque pour provoquer un sifflet

Le gardien n'avait plus de bâton et les Sabres bourdonnaient depuis quelques secondes en territoire des Rangers. Il a d'abord essayé d'attirer l'attention de l'arbitre, mais a fini par retirer son masque et le lancer en direction de l'officiel, qui a été obligé d'arrêter le jeu.

Le règlement 9.6 dit qu'un gardien peut perdre son masque accidentellement, mais ne peut jamais l'enlever pour attirer l'attention. Il aurait en principe dû écoper d'une punition pour avoir retardé le match, mais l'arbitre lui a donné le bénéfice du doute en raison de son statut.

La veille, quand les Sabres de Buffalo ont battu les Sénateurs d'Ottawa 9-2, la même situation s'est produite dans le cas de Mike McKenna. On parle d'un gardien avec 26 matchs d'expérience. Il a gardé son masque et une trentaine de secondes plus tard, Jeff Skinner a marqué le quatrième but des Sabres.

Video: Le masque de McKenna se détache, Skinner marque

Quand tu es un gardien respecté et expérimenté, les règles sont un peu plus souples et on l'a vu dans ce cas-là.

Les Preds ont pris la bonne décision

Les Predators de Nashville ont décidé d'accorder une prolongation de contrat de deux ans à Pekka Rinne, il y a quelques jours, et je trouve que c'est une entente exceptionnelle pour lui et pour l'équipe.

Les gens ont tendance à regarder un auxiliaire et à penser que ses performances vont être les mêmes quand il va devenir no 1, mais le rôle est complètement différent. Juuse Saros est un très bon gardien, plus petit et plus rapide, mais on voit que Rinne est essentiel aux succès des Predators grâce à son expérience.

Je pense que l'état-major de l'équipe veut se donner plus de temps pour voir si Saros pourra devenir no 1 ou s'ils devront former un autre jeune gardien pour prendre la relève. À 5 millions $ en moyenne pour les deux prochaines années, c'est un très bon contrat.

Même à 36 ans, Rinne est un gars qui joue la rondelle excessivement bien pour ses défenseurs, c'est un combattant qui se tient dans une forme physique incroyable. Je ne vois absolument aucun aspect négatif à ce contrat.

*Propos recueillis par Guillaume Lepage, Journaliste LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.