Skip to main content

Lou Lamoriello n'a que de bons mots pour Kyle Dubas

Le nouveau président des Islanders croit que les Maple Leafs sont entre bonnes mains avec leur jeune directeur général

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

TAMPA -- Même si la journée était consacrée à l'annonce officielle de son embauche au poste de président des opérations hockey des Islanders de New York, Lou Lamoriello a pris le temps de faire un compliment à son successeur chez les Maple Leafs de Toronto.

Lorsqu'on lui a demandé si Kyle Dubas, à 31 ans, était prêt à gérer les difficultés qui viennent avec le poste de directeur général des Maple Leafs dans un marché où le hockey est suivi d'aussi près, Lamoriello a endossé avec enthousiasme le jeune prodige dont il a été le mentor au cours des trois dernières années.

« Oui, définitivement, a déclaré Lamoriello durant un entretien téléphonique, mardi après-midi. Je pense que (l'organisation torontoise) devrait le laisser faire son travailler et aller de l'avant. »

Lamoriello, qui a 75 ans, a dit avoir discuté avec Dubas aussi récemment que lundi. Il lui a alors promis de lui donner des conseils à chaque fois que le nouveau DG des Maple Leafs en aura besoin.

« Nous avons eu plusieurs conversations au cours de la dernière semaine, a affirmé Lamoriello. Et j'espère qu'il se sentira à l'aise de me contacter en privé s'il a une question à poser ou s'il y a quelque chose que je peux faire pour l'aider. Personne ne saura qu'il a appelé et personne n'apprendra de ma bouche qu'il m'a appelé.

« C'est le genre de relation que nous avons, je crois, et je me sens très à l'aise quand je dis ça. »

LISEZ: Lamoriello nommé président des Islanders | Plusiers défis attendent Lamoriello

Lamoriello en était à ses premiers commentaires publics depuis que Dubas a été promu, le 11 mai, du poste d'adjoint au directeur général à celui de DG.

Le séjour de trois ans de Lamoriello au poste de directeur général des Maple Leafs a pris fin quand son contrat est venu à échéance à la suite de l'élimination de l'équipe torontoise au premier tour des séries dans l'Association de l'Est, le mois dernier aux mains des Bruins de Boston. Lamoriello avait déjà conclu une entente pour continuer d'agir comme conseiller à Toronto, mais les Islanders l'ont courtisé en lui offrant la chance de diriger l'équipe de façon tout à fait autonome.

L'embauche de Lamoriello a amené certaines personnes à avancer que son départ de Toronto s'est fait dans l'amertume, mais le principal intéressé a vite rejeté le tout du revers de la main.

« La relation que j'ai avec Kyle Dubas, au plan professionnel et personnel, est exceptionnelle, a dit Lamoriello. Il y a eu un processus d'apprentissage durant ma première année à Toronto (en 2015) qui, selon certaines personnes, avait représenté un problème. Mais ça n'a pas été le cas.

« Je savais ce qui était le mieux pour la croissance de Kyle et ce qu'il devait faire. Et c'est ce qu'il a effectivement fait ces deux dernières années. Notre relation de travail n'aurait pu être meilleure en terme de communication, en ce sens que nous discutions à tous les jours des choses dont il fallait discuter. »

Lamoriello a même passé du temps à « essayer de convaincre le jeune fils de Kyle, Leo, de devenir un partisan des Yankees au lieu d'un partisan des Blue Jays ».

« Je n'ai que de bonnes choses à dire sur l'organisation des Maple Leafs, a souligné Lamoriello. Ils ont été bons pour moi. »

Lamoriello n'a pas été le seul membre de la direction des Maple Leafs à quitter l'organisation torontoise, mardi. Celle-ci a diffusé un communiqué, plus tôt dans la journée, annonçant qu'elle avait mutuellement rompu les liens avec le DG adjoint Mark Hunter.

Au cours des trois dernières saisons, Lamoriello et ses adjoints Dubas et Hunter avaient travaillé à trois pour diriger les destinées des Maple Leafs. Ils ont aidé l'équipe à surpasser son total de points au classement à chaque année (69 en 2015-16; 95 en 2016-17; et 105 en 2017-18, un record d'équipe).

En même temps, le président des Maple Leafs Brendan Shanahan a reconnu qu'il savait que ces trois-là visaient tous d'occuper le poste de DG de l'équipe torontoise en vue de la prochaine campagne - Lamoriello au moyen d'une prolongation de contrat ; Dubas et Hunter à l'aide d'une promotion. Quand Shanahan a décidé d'y aller avec le plus jeune candidat, Dubas, il se doutait bien que Lamoriello et Hunter regarderaient ailleurs en raison de leurs ambitions.

« Même si nous aimerions bien y arriver, ce n'est pas toujours possible de garder tout son monde. C'est inévitable d'en perdre », a déclaré Shanahan lors d'une conversation téléphonique, mardi soir.

« Quand j'ai choisi d'y aller avec Kyle au poste de DG, je pensais bien que ça allait arriver. Lou a obtenu une formidable opportunité avec les Islanders. Et Mark, il était définitivement mon deuxième choix, mais à la suite de discussions que nous avons eues ces derniers temps, nous avons décidé qu'il valait sans doute mieux que nos chemins se séparent. »

Étant donné que Hunter n'est plus dans le décor, attendez-vous à ce Dubas dirige le repêchage des Maple Leafs, les 22 et 23 juin à Dallas. Shanahan a indiqué que le club examinera des candidatures provenant de l'intérieur et de l'extérieur de l'organisation afin de bonifier le personnel de direction à la suite des récents départs.

Shanahan voulait aussi démentir la théorie qui a récemment fait du chemin dans les émissions de radio à Toronto, à savoir que l'entraîneur Mike Babcock, qui a 55 ans, aurait de la difficulté à travailler avec le jeune Dubas.

« Ça fait déjà longtemps qu'il y a des échanges d'idées entre Mike et Kyle, a fait remarquer Shanahan. La notion que Mike exige des choses est fausse. Il suggère des choses. Et la façon dont je vois les choses, plus de voix on entend, mieux c'est.

« Je veux aussi répondre aux reportages erronés qui circulent à l'effet que Mike dépend directement de moi. Mike a un contrat d'entraîneur standard. Il relève du DG, pas de moi. »

En d'autres mots, de Dubas.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.