Skip to main content

L'indiscipline coule les Hurricanes

Presque parfaite jusque-là, la troupe de Rod Brind'Amour a écopé de deux punitions coûteuses en troisième période

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BOSTON - Les Hurricanes étaient en plein contrôle du premier match de la Finale de l'Association de l'Est jusqu'à ce qu'ils perdent justement le contrôle de leurs émotions. En avance 2-1 après 40 minutes, la troupe de Rod Brind'Amour a offert deux avantages numériques consécutifs aux Bruins de Boston en début de troisième période. 

Marcus Johansson et Patrice Bergeron n'en demandaient pas tant. Les deux comparses ont touché la cible en l'espace de 28 secondes pour permettre aux Bruins de prendre les devants pour finalement l'emporter 5-2 et prendre les commandes de la série 1-0.

À LIRE : Les Bruins savent qu'ils doivent faire mieux | Un retour décevant pour Mrazek

« C'est sûr que ces buts nous ont donné le momentum que nous recherchions depuis le début du match, a déclaré Bergeron. Ç'a été un match difficile, un match où il n'y avait pas beaucoup d'espace. Pour nous, c'est évident que l'avantage numérique a fait la différence ce soir. »

Même si l'écart n'était alors que d'un but, les Hurricanes n'ont jamais pu se relever. Sean Kuraly, dans un filet désert en fin de rencontre, et Chris Wagner, avec une belle manœuvre en échappée 11 secondes plus tard, ont complété la marque.

Les Hurricanes auront deux jours pour réfléchir à leurs actes et tenteront de niveler les chances dimanche lors du match no 2 (15 h HE; TVAS, CBC, SN).

« Nous avons senti le momentum nous glisser des mains avec les punitions en troisième période, a admis le capitaine des Hurricanes Justin Williams. C'est évident que quand ils ont inscrit deux buts, la foule s'est mise de la partie et nous n'avons pas pu revenir au niveau que nous voulions. »

Les visiteurs venaient de dominer la deuxième période, mais ils ont tout bousillé en l'espace de quelques secondes.

Jordan Staal a d'abord donné de la bande face à Chris Wagner pour ouvrir la porte à Johansson avant que Dougie Hamilton - l'ancien des Bruins qui s'est fait huer tout au long de la soirée - écope une pénalité d'obstruction inutile face à David Backes, que Bergeron lui a fait payer.

Seulement 2:54 après la première mise en jeu de la troisième période, les Bruins étaient en contrôle et n'ont jamais regardé derrière.

« Je ne suis pas vraiment d'accord avec les pénalités qui ont été décernées, mais il n'y a plus grand-chose à dire et on ne peut rien y faire », s'est défendu Hamilton, qui a été puni une autre fois par la suite. « Nous ne jouions pas un mauvais match, mais nous leur avons donné l'avance sur un plateau d'argent. »

« Je ne vois pas l'intérêt de commenter sur l'arbitrage, a renchéri Brind'Amour. Ç'a été la même chose des deux côtés. Quand tu es puni, tu dois écouler l'avantage numérique. C'est simple comme ça. Mais nous ne l'avons pas fait. »

Les Hurricanes jouaient jusque-là un match presque parfait et avaient pris les devants en milieu de deuxième quand Greg McKegg a coupé agressivement au filet pour faufiler la rondelle derrière Tuukka Rask avant d'entrer sévèrement en contact avec le gardien finlandais.

Rask est demeuré dans le match et a poursuivi sur son excellente lancée en frustrant les Hurricanes à des moments opportuns de la rencontre. Il a terminé sa soirée de travail avec 29 arrêts.

Video: Deux buts rapides aident Boston à l'emporter

« Si nous avions continué de jouer comme nous le faisions en troisième, ç'aurait probablement été 5-1 pour eux, a rigolé le gardien. Notre deuxième n'était pas bonne, mais c'était seulement 2-1. Nous devions sortir en force et élever notre jeu d'un cran et c'est ce que nous avons fait. »

Départ canon

Les Bruins avaient amorcé le match sur les chapeaux de roue et Steven Kampfer, inséré dans la formation en raison de la suspension à Charlie McAvoy, en a profité pour ouvrir la marque avec seulement 2:55 d'écoulées au match. 

« Ç'a été bon pour l'équipe », a commenté l'entraîneur Bruce Cassidy à propos du but de Kampfer. « Avec la manière dont notre club est construit, tous les gars veulent jouer l'un pour l'autre et il a démontré aux autres qu'il était prêt même s'il n'avait pas joué depuis un petit bout. »

Sebastian Aho, avec un troisième but en autant de matchs, a cependant ramené les deux équipes à la case départ pas moins de 47 secondes plus tard, dès la troisième seconde d'un avantage numérique.

De retour au jeu après avoir subi une blessure au bas du corps lors du deuxième match de la série de deuxième tour face aux Islanders de New York, le gardien Petr Mrazek a été fumant en repoussant 23 lancers.

« Petr a été bon, a vanté Brind'Amour. Nous l'avons abandonné à la fin, mais il a été solide. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.