Skip to main content

Les Sharks et les Golden Knights ont tout oublié

Les deux formations jurent que le résultat du premier match n'aura aucune incidence sur le deuxième affrontement de la série

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

LAS VEGAS - S'il faut en croire les joueurs de Golden Knights de Vegas et des Sharks de San Jose, tout ce qui s'est produit lors du premier match de la série, une écrasante victoire de 7-0 de Vegas, n'a pas laissé de traces.

Les Sharks ne sont pas moins en confiance qu'ils ne l'étaient et les Golden Knights ne le sont pas plus. Le deuxième affrontement de la série de deuxième tour dans l'Ouest, qui aura lieu samedi (20h HE; TVAS, CBC, SN), sera donc un nouveau départ pour les deux équipes. 

« Ce sera un virage à 180 degrés, a lancé l'entraîneur des Golden Knights, Gerard Gallant. C'est une bonne équipe. Ce sera différent. Ils vont travailler fort pour revenir dans la série. Nous avons connu un début de match incroyable et ils ont dû jouer du hockey de rattrapage. Parfois, c'est ce qui se produit quand tu tentes de venir de l'arrière.

À LIRE : La vitesse des Golden Knights : le nerf de la guerre | Kane suspendu un match pour double-échec

« La marque ne l'indique pas, mais ça n'a pas été une domination. Ils ont quand même dirigé une trentaine de tirs au but. Les erreurs qu'ils ont faites ont simplement été coûteuses. »

En fait, la seule chose qui laissera des traces, c'est la suspension d'un match imposé à l'attaquant des Sharks Evander Kane pour le double-échec au visage qu'il a servi à Pierre-Édouard Bellemare en début de troisième période.

La troupe de Peter DeBoer sera donc privée d'un de ses meilleurs éléments offensifs tandis que Gallant s'attend à pouvoir compter sur l'attaquant français.

Acquis des Sabres de Buffalo à la date limite des transactions, le patineur de 26 ans était utilisé à la gauche de Joe Pavelski et de Joonas Donskoi sur le premier trio des Sharks. Il a récolté trois buts et une mention d'aide en cinq matchs de séries, ses premières en carrière.

« C'est difficile, mais ce ne l'est pas en même temps, a indiqué DeBoer avant que la décision du Département de la sécurité des joueurs tombe. C'est comme une blessure. S'il n'est pas disponible, nous faisons confiance à un autre gars à sa place. Ça ne change en rien notre préparation. »

Cette préparation devra certainement être à point. Parce que même s'ils soutiennent avoir tout oublié, les Sharks ont littéralement été piétinés lors de la première période du premier match. Les Golden Knights sont sortis des blocs en force et menaient 4-0 après 20 minutes de jeu.

« Ce n'était pas nous, a dit Kane après avoir plaidé qu'il n'était pas un joueur salaud, vendredi. Nous en avons parlé aujourd'hui. Nous avons fait de la vidéo. Tout a été envoyé aux oubliettes. »

Les Golden Knights s'attendent aussi à recevoir une meilleure opposition. Les Sharks ont quand même balayé les Ducks d'Anaheim au premier tour et cette série ne devrait en principe pas être une balade dans le parc.

« Je crois que les gars vont faire le travail, a dit DeBoer. Mais encore, ça ne veut pas dire que nous allons gagner. Si nous ne gagnons pas, nous allons retourner à la table à dessin et recommencer. Il y a beaucoup de fierté et de caractère dans ce vestiaire. La série est loin d'être finie. »

Avant le match de jeudi, les Sharks avaient inscrit 16 buts et n'en avaient accordé que quatre.

« Ça ne sera pas encore un match de 7-0 », a déclaré le gardien des Golden Knights Marc-André Fleury, qui a signé son troisième jeu blanc en cinq matchs, jeudi.

« Ils vont sortir en force et nous devons amorcer la rencontre de la même manière dont nous l'avons fait l'autre soir. Nous devrons bouger nos pieds et éviter les pénalités. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.