Skip to main content

Un début de saison historique pour les Maple Leafs en attaque

Matthews et Rielly mènent l'assaut de Toronto sur le livre des records de la LNH, alors que les Capitals seront leurs prochains adversaires

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

DETROIT - Ces questions pourraient provenir d'un banal jeu-questionnaire, mais elles n'ont rien de banal pour les Maple Leafs de Toronto.
 

Qui est le plus jeune joueur de l'histoire de la LNH à avoir amassé plus d'un point à chacun de ses cinq premiers matchs au cours d'une saison? La réponse était Wayne Gretzky, qui a accompli cet exploit à 22 ans avec les Oilers d'Edmonton en 1983-84. La bonne réponse est désormais Auston Matthews, qui vient de réaliser ce fait d'armes avec Toronto à 21 ans.

À LIRE AUSSI: Poolers: Top 25 des défenseurs | Poolers: Top 100 des attaquants

Quel défenseur de l'ère moderne (depuis 1943-44) a amassé le plus de points au cours des cinq premiers matchs de son équipe au cours d'une saison? Il s'agissait jusqu'à tout récemment de Bobby Orr, qui avait récolté 11 points (deux buts, neuf passes) avec les Bruins de Boston en 1973-74. Il s'agit maintenant de Morgan Rielly, qui a obtenu 12 points (trois buts, neuf passes) pour Toronto.

Rielly a affirmé que ces marques individuelles n'étaient pas importantes, et qu'il préférait parler de leur prochain match contre les champions en titre de la Coupe Stanley, les Capitals de Washington, au Capital One Arena samedi (19 h (HE); NHLN, CBC, NBCSWA, NHL.TV).

« Ce sera un bon défi pour nous, a déclaré Rielly. Vous voulez disputer ce genre de match tôt dans la saison afin de voir où vous vous situez, et il n'existe pas de meilleur moyen de le savoir que d'affronter les champions de la Coupe. »

Mais lorsque vous battez des records qui étaient détenus par des joueurs comme Gretzky et Orr, il s'agit aussi d'une très bonne unité de mesure. Et il ne s'agit que d'un exemple parmi d'autres qui illustre le départ incroyable de Toronto.

Les Maple Leafs trônent au sommet du classement général de la LNH avec huit points (4-1-0), et ils ont marqué en moyenne cinq buts par match, alors que leur jeu de puissance affiche un rendement de 50 pour cent.

Video: TOR@DET: Matthews profite de la passe de Tavares

Ils misent sur les quatre premiers pointeurs de la LNH, qui ont amassé un total combiné de 44 points. Matthews (neuf buts, trois passes) et Rielly ont récolté 12 points chacun. Le centre John Tavares (six buts, quatre passes) et l'attaquant Mitchell Marner (trois buts, sept passes) en ont obtenu 10 chacun.

Seules cinq équipes dans l'histoire de la LNH ont vu quatre de leurs joueurs récolter plus de 44 points au cours des cinq premiers matchs d'une saison : les Islanders de New York de 1984-85 (51), les Kings de Los Angeles de 1979-80 (47), les Bruins de 1973-74 (47), les Arenas de Toronto de 1917-18 (46) et les Penguins de Pittsburgh de 1988-89 (45).

Matthews est le 12e joueur de l'histoire de la LNH à amasser plus d'un point à chacune des cinq premières parties de son équipe. Il est aussi devenu le 16e joueur, mais le cinquième seulement depuis 1930-31, à inscrire neuf buts au cours des cinq premiers matchs de son équipe dans une saison.

Tavares a récolté plus de points au cours de ses cinq premiers matchs avec les Maple Leafs que tout autre joueur dans l'histoire de Toronto depuis leur saison inaugurale dans la LNH en 1917-18. En d'autres mots, aucun nouveau venu n'a connu de meilleur départ avec les Maple Leafs.

Video: TOR@DAL: Marner met la table pour Tavares

« C'est super pour tous nos joueurs qui remplissent le filet en ce moment, c'est un bon sentiment, a noté l'entraîneur Mike Babcock. En fin de compte, c'est toutefois la victoire qui compte le plus chaque soir, peu importe qui est dans la formation ou qui touche la cible. Tant que nous marquons assez de buts et que nous trouvons un moyen de gagner.

« Je crois que les joueurs ont bien fait à cet égard. Que ce soit [Tavares] ou [Matthews] ou [Marner] ou n'importe lequel de ces joueurs. Ils savent pourquoi ils sont ici. C'est une séquence excitante pour notre équipe, mais nous devrons nous améliorer à mesure que la saison va progresser. »

Oui, il est très tôt au début d'une longue saison. Les Maple Leafs ne vont pas conserver un tel rythme et devront s'améliorer, surtout défensivement, sans parler du défi que représente le casse-tête de garder intacte à long terme une formation à l'ère du plafond salarial.

Mais souvenez-vous, ils parviennent à de tels résultats sans William Nylander, leur troisième meilleur pointeur la saison dernière avec 61 points (20 buts, 41 passes), qui est toujours joueur autonome avec compensation. 

Dire qu'il s'agit d'un bon signe serait un euphémisme. Cette équipe déborde de jeunes joueurs de talent, et est parvenue à intégrer Tavares sans heurt après que ce dernier eut accepté une offre de sept ans d'une valeur de 77 millions $ (salaire annuel moyen de 11 millions $) à titre de joueur autonome le 1er juillet. Les pièces de leur casse-tête s'imbriquent parfaitement entre elles et posent toutes sortes de problèmes à leurs adversaires. 

À forces égales, contre qui doivent-ils envoyer leurs meilleurs éléments, le trio de Matthews ou celui de Tavares?

Video: TOR@DET: Marner met la table pour Rielly

En infériorité numérique, comment peuvent-ils stopper cette première vague? Rielly se trouve à la ligne bleue. Matthews, un gaucher, se trouve sur le flanc gauche; Marner, un droitier, se trouve à droite. Avec leurs bâtons qui se trouvent à l'extérieur, ils ne sont pas positionnés pour tirer sur réception, mais c'est ce qui les rend si imprévisibles, et qui complique la tâche des joueurs en défensive de placer leur bâton sur le leur. Le centre Nazem Kadri est posté dans l'enclave et Tavares devant le filet.

« Nous misons sur plusieurs armes, a reconnu Matthews. Nous ne marquons pas toujours de la même manière. J'ai la sensation que nous touchons la cible grâce à des chances de marquer différentes et des jeux différents. »

Ce genre de hockey est extrêmement divertissant, tant que vous n'avez pas à les affronter. Entre les périodes de la victoire des Maple Leafs 5-3 contre les Red Wings de Detroit jeudi, le vice-président senior des Red Wings Jimmy Devellano a donné une entrevue diffusée sur l'écran géant du Little Caesars Arena. Il lui a été demandé s'il aimait la rencontre. Il s'est mis à rire.

Devellano n'aimait pas l'allure du match. Les Maple Leafs, a-t-il confié à la foule, étaient « trop bons ».

Alors que les Red Wings se trouvent dans la même position que celle qu'occupaient les Maple Leafs il y a quelques années, soit en reconstruction, les Maple Leafs occupent quant à eux la position qu'occupaient les Red Wings au milieu des années 1990, c'est-à-dire en pleine ascension. 

Et ils pourraient aussi se trouver à l'aube d'une ère spéciale, comme celle qu'a connue Detroit à cette époque.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.