Skip to main content

30 en 30: Les grands enjeux chez les Bruins

Tuukka Rask et David Krejci pourraient être meilleurs et l'équipe a besoin d'un remplaçant pour Loui Eriksson

par Matt Kalman / Correspondant NHL.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 30 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Bruins de Boston.

Voilà cinq ans que les Bruins de Boston ont remporté leur dernière Coupe Stanley, et deux ans qu'ils ont participé pour la dernière fois aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Ils ne veulent pas dire qu'ils sont en reconstruction, mais le fait demeure qu'ils sont en période de transition.

Les Bruins ont conclu une entente de cinq ans au montant de 30 millions $ avec le joueur de centre David Backes, un joueur autonome sans compensation, perdu les services de l'attaquant Loui Eriksson au profit des Canucks de Vancouver à l'ouverture du marché des joueurs autonomes et racheté le contrat du défenseur Dennis Seidenberg.

La saison dernière, les Bruins ont été privés d'une place en séries au bris d'égalité. Ils ont signé 38 victoires en temps réglementaire et en prolongation, une de moins que les 39 enregistrées par les Red Wings de Detroit, si bien que ces derniers ont terminé en troisième place dans la section Atlantique et se sont qualifiés en vue des séries. On verra maintenant si l'approche adoptée par le directeur général Don Sweeney se sera avéré la bonne.

 

Voici quatre raisons d'être optimiste en vue de la prochaine saison:

 

1. Brad Marchand fera mieux durant la dernière année de son contrat

Marchand, un choix de troisième tour (71e au total) lors du repêchage 2006 de la LNH, est un joueur de quatrième trio qui s'est amélioré au point d'être promu au sein du premier trio. La saison dernière, il a pris le sixième rang de la ligue au chapitre des buts avec 37, le total le plus élevé chez les Bruins. Qui sait s'il continuera de progresser, mais toujours est-il que le rapide ailier gauche en sera à la dernière saison d'un contrat de quatre ans au montant de 18 millions $ et pourrait devenir joueur autonome sans compensation à l'issue de la campagne. Marchand voudra donc faire augmenter sa valeur sur le marché et les Bruins en profiteront.

 

2. Tuukka Rask peut encore s'améliorer

Rask reconnaît qu'il n'a pas été à son mieux en 2015-16. Il a affiché un pourcentage d'arrêts de 0,889 en octobre et de 0,874 en avril. En dépit de ces deux mois difficiles, il a terminé la saison avec un pourcentage d'arrêts de 0,915, en plus d'une moyenne de buts alloués par match de 2,56 en 64 matchs.

Rask a 29 ans et il a une moyenne en carrière de 2,24, alors on peut facilement conclure qu'il est capable de retrouver la forme qu'il avait affichée en 2014-15, quand il avait enregistré une moyenne de 2,30 et un pourcentage d'arrêts de 0,922.

 

3. David Krejci risque de revenir en force

Krejci, qui a pris le deuxième rang chez les marqueurs des Bruins avec 63 points la saison dernière, a été opéré à la hanche gauche en avril et on s'attendait à ce qu'il ait besoin d'une période de cinq mois pour s'en remettre. Il a fait savoir que sa hanche le dérangeait depuis le début de la saison 2014-15, sauf qu'il a quand même récolté 94 points en 119 rencontres sur l'ensemble des deux dernières campagnes.

 

Sa hanche étant maintenant en bon état, le joueur de centre de 30 ans pourrait être plus menaçant cette saison.

 

4. Les jeunes s'en viennent

Bien qu'un bon nombre des meilleurs espoirs des Bruins aient besoin de temps afin d'être prêts à faire le saut dans la LNH, certains d'entre eux pourraient aspirer à un poste cette saison.

L'attaquant Frank Vatrano, qui a 22 ans, a mené la Ligue américaine de hockey (LAH) au chapitre des buts avec 36 filets en 36 matchs et il a aussi récolté 11 points en 39 rencontres avec les Bruins. Danton Heinen, 21 ans, est un choix de quatrième tour (116e au total) lors du repêchage 2014 de la LNH qui a signé son premier contrat professionnel le 11 avril après avoir disputé deux saisons avec l'équipe de l'Université de Denver, pourrait se faire une place cette saison. Les Bruins ont sept défenseurs qui ont un contrat à un seul volet, mais Brandon Carlo, 19 ans, un choix de deuxième tour (37e au total) en 2015 ou encore Matt Grzelcyk, 22 ans, un choix de troisième tour (85e au total) en 2012, se verront donner l'opportunité de décrocher un poste.

 

Voici trois grandes questions auxquelles les Bruins font face:

 

1. La bridage en défense peut-elle s'améliorer ?

Les Bruins ont pris la 20e place la saison dernière au chapitre des buts accordés par match, avec une moyenne de 2,78. Ils ont racheté les deux dernières années prévues au contrat de Seidenberg mais sept des neuf arrières qui faisaient partie de la formation seront de retour.

En attendant que leurs espoirs soient prêts, les Bruins espèrent que les défenseurs en place feront mieux. Cela signifie que Colin Miller et Joe Morrow, qui ont signé de nouvelles ententes en tant que joueurs autonomes avec compensation, devront tirer profit des opportunités qu'on leur donnera de contribuer, tandis que les vétérans Adam McQuaid, 29 ans, et Kevan Miller, 28 ans, devront répondre à l'appel quand on leur donnera des tâches plus importantes. Et le capitaine Zdeno Chara, qui fêtera son 40e anniversaire de naissance, devra continuer de maintenir un niveau de jeu élevé. Il faut aussi s'attendre à ce que le nouvel entraîneur adjoint Bruce Cassidy propose de nouvelles idées. Celui-ci a occupé le poste d'entraîneur de l'équipe de Providence dans la LAH au cours des cinq dernières saisons.

 

2. Les Bruins pourront-ils combler le départ d'Eriksson?

Backes devrait fournir aux Bruins une présence similaire à ce qu'Eriksson offrait en avantage numérique et s'avérer lui aussi un élément fiable au sein du désavantage numérique. Mais Eriksson a marqué 30 buts l'hiver dernier, tandis que Backes en a enfilé 21.

Qui comblera l'écart ? Un Krejci en santé, un David Pastrnak qui affiche plus de maturité, un Vatrano qui disputera une saison complète et un Jimmy Hayes amélioré, voilà autant d'éléments qui, séparément ou ensemble, pourraient s'avérer la solution.

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.