Skip to main content

Boucher : De la compétition pour le trio de Bergeron

Pour l'avoir vu à l'œuvre au camp de l'Avalanche, notre chroniqueur Philippe Boucher nous dit que le trio de MacKinnon au Colorado n'a pas fini de faire parler de lui

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh, à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (no 13) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

Les Bruins de Boston ont le luxe de miser sur tout un trio, que pivote Patrice Bergeron entre les ailiers Brad Marchand et David Pastrnak. C'est indiscutablement le trio par excellence dans la LNH depuis la saison dernière. Mais attention, l'unité a maintenant de la compétition avec l'émergence du trio de Nathan MacKinnon chez l'Avalanche du Colorado. MacKinnon, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen font parler d'eux en ce début de saison. Ça ne fait que commencer, croyez-moi.

J'ai eu l'occasion de les voir de près pendant quatre jours au début du camp d'entraînement de l'Avalanche, en septembre. Je m'étais déplacé à Denver afin d'encourager mon fils Matthew qui a vécu une belle expérience en prenant part au camp à titre de joueur invité.

À LIRE AUSSI : Boucher : Pari gagné pour Kotkaniemi et Comtois? | Boucher : Comment répéter, la grande interrogation pour Vegas | Boucher : Wilson doit changer

Ç'a été toute une découverte pour moi. MacKinnon, tout le monde le connaît. Il a prouvé pour quelles raisons il a été un premier choix au total au repêchage en 2013, après avoir tout raflé dans les rangs juniors. Il livre la marchandise dans la LNH. On sait que Landeskog est un très bon joueur dont on vante les mérites de grand leader. Mais celui qui m'a renversé c'est Rantanen, que je connaissais moins que les deux autres.

On peut véritablement apprécier les aptitudes des joueurs pendant les séances d'entraînement. Les joueurs sont moins tendus que dans les matchs. Ils tentent des trucs et donnent libre cours à leur créativité.

Rantanen m'a grandement impressionné avec son arsenal d'aptitudes. Il est dynamique et doté d'un bon coup de patin pour un grand bonhomme -- 6 pieds 4 pouces. Il possède une bonne vision périphérique et un bon tir. C'est un marqueur. Je l'ai vu enfiler l'aiguille trois fois de suite depuis l'arrière du but ou presque au cours du même exercice pendant une séance d'entraînement. On parle d'un jeune qui célèbre aujourd'hui son 22e anniversaire de naissance. C'est dur de le comparer à un joueur que j'ai affronté ou côtoyé pendant ma carrière, mais j'ai revu en lui un peu d'Evgeni Malkin des Penguins de Pittsburgh.

Un recruteur de l'Avalanche m'a mentionné lors de mon séjour au Colorado que Jesperi Kotkaniemi des Canadiens de Montréal avait du Rantanen dans le nez. C'est un joli compliment à l'endroit du premier choix du CH en juin dernier, qui fera sûrement le bonheur des partisans des Canadiens. Kotkaniemi connaît un début de carrière prometteur, mais s'il devenait l'égal de son compatriote finlandais dans quelques saisons, les dirigeants des Canadiens pourront se frotter les mains de satisfaction. 

Le phénomène des gros trios est très rare. On voit plutôt de solides duos dans le même trio. Les jumeaux Daniel et Henrik Sedin ont sans doute formé le plus célèbre pendant une quinzaine de saisons, avant de prendre leur retraite cette année. Sidney Crosby va toujours faire fonctionner son trio chez les Penguins parce que c'est Sidney Crosby. La troisième roue du carrosse est plus difficile à trouver.

Video: OTT@COL: Puissant tir de Rantanen en A.N.

Il faut davantage que trois joueurs talentueux pour que ça fonctionne. Il faut une complicité unique. Les trois doivent être sur la même page et exécuter des jeux à la même vitesse. 

J'ai vu Bergeron-Marchand-Pastrnak à l'œuvre en séries éliminatoires contre les Maple Leafs de Toronto, le printemps dernier.

Au Colorado, j'ai revu le même type de chimie ou de cohésion avec MacKinnon-Landeskog-Rantanen. Les gars s'échangent la rondelle ou font des jeux sans même se regarder.

Cela dit, on ne peut pas établir de comparaison entre les trios de Bergeron et de MacKinnon parce qu'ils sont différents.

Video: BOS@DET: Pastrnak marque son 100e but en A.N.

Il n'y a pas de Bergeron dans le trio de l'Avalanche ni de Marchand, qui est davantage un joueur de la vieille école. Pastrnak, âgé de 22 ans, et Rantanen ont toutefois en commun d'être deux jeunes bourrés de talent.

Les amateurs de hockey devraient encercler tout de suite la date du 14 novembre sur leur calendrier. Ce sera le premier choc cette saison entre les deux unités : les Bruins rendront visite à l'Avalanche à Denver. On devrait assister à tout un feu d'artifice. 

*Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.