Skip to main content

Le hockey sur la Strip : Jonathan Marchessault

L'attaquant québécois des Golden Knights nous parle de l'atmosphère électrique qui enflamme le T-Mobile Arena et de l'unité qui règne au sein de l'équipe

par Jonathan Marchessault / Collaboration spéciale LNH.com

Tout au long de la saison, les joueurs francophones des Golden Knights de Vegas vont nous partager leur expérience au sein de la toute dernière équipe d'expansion de la LNH -- la toute première équipe professionnelle à évoluer à Las Vegas. Ils vont nous raconter leur quotidien, principalement à l'extérieur de la glace.

C'est au tour de l'attaquant Jonathan Marchessault de nous faire part de son expérience. Dans ce texte, il traite de l'ambiance qui règne au T-Mobile Arena, de l'esprit de camaraderie qui anime les joueurs des Golden Knights et de sa récente prolongation de contrat.

Salutations tout le monde, je profite de l'occasion pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2018.  

C'est tout un début d'année pour moi. Je viens de signer une prolongation de contrat de six saisons avec les Golden Knights. En avril, je serai papa pour la troisième fois avec l'arrivée dans la famille d'un deuxième garçon.

Tout ce qu'on peut me souhaiter maintenant, c'est de la santé. Et que l'équipe continue de gagner des matchs. Il n'y a pas de meilleur "feeling" que ça. Vous dire d'ailleurs tout le plaisir que j'éprouve de jouer sur la « Strip » cette saison! 

Tout est parfait. L'organisation a beaucoup de classe, elle nous traite aux petits oignons. Les dirigeants, les entraîneurs et le personnel de soutien, ce sont tous du bon monde. On nous fait sentir comme chez nous. C'est impressionnant pour une équipe de première année. Ça me rappelle mon expérience dans l'organisation du Lightning de Tampa Bay, où on fait également tout correctement. 

Les partisans sont tellement contents et chaleureux. On se fait reconnaître maintenant dans les endroits publics. L'épouvantable tragédie qui a secoué la ville en octobre a créé des liens forts. Tout le monde est monté dans le train de la première équipe sportive professionnelle en ville.

Video: VGK@CHI: Marchessault marque du haut de l'enclave

Notre amphithéâtre, le T-Mobile Arena, est possiblement un des meilleurs au monde où jouer au hockey. Personne ne peut réellement le croire jusqu'à ce qu'il ait vécu l'ambiance d'un match.

Au début, quelqu'un expliquait le règlement du hors-jeu aux spectateurs. On n'a plus besoin de le faire. Il règne une atmosphère incroyable. Les gens se lèvent après chaque arrêt de jeu. L'animation est vraiment amusante. On implique plusieurs grandes productions de Las Vegas, comme le Cirque du Soleil. Il y a beaucoup d'entraide entre les promoteurs de spectacles. L'interaction avec les amateurs fait également embarquer le monde.  

Las Vegas est une destination prisée des touristes. On remarque la présence de plusieurs partisans de l'équipe visiteuse à chacun des matchs. Ils essaient de crier plus fort que nos partisans qui sont évidemment plus nombreux. Ça crée une belle atmosphère.

Beaucoup de Québécois viennent assister aux matchs. Personnellement, je pensais que j'aurais beaucoup de visite quand je jouais en Floride (avec les Panthers), la saison dernière. C'était avant que j'arrive à Las Vegas.

Les gens viennent passer trois ou quatre jours en planifiant de voir un ou deux matchs en plus de spectacles. 

Dans nos moments libres, mon épouse, Alexandra, et moi avons été en voir quelques-uns, celui de David Copperfield et un autre appelé Absinthe que j'adore. J'ai été le voir trois fois. C'est un "show" de numéros de cirque et gens de talent. L'animateur est un humoriste très drôle. Mon épouse est allée voir les spectacles de Michael Jackson et O du Cirque du Soleil. Dès que nous avons des visiteurs, nous en profitons.

Pour Noël, nous sommes restés en ville. J'ai reçu pour le réveillon le 24 décembre au soir la famille de Marc-André Fleury ainsi que William Carrier et sa conjointe. Tout le monde apportait quelque chose pour une bonne fondue de groupe. Les enfants -- Marc-André et son épouse en ont deux comme nous -- ont pu déballer un cadeau chacun. 

Je suis très proche de Marc-André, de David Perron, qui a également de jeunes enfants, et des autres coéquipiers francophones comme William et Pierre-Édouard (Bellemare) parce que nous parlons la même langue. C'est plus facile de communiquer entre nous. Mais ce qui est le "fun" avec notre groupe de joueurs, c'est qu'il n'y a pas de cliques. Tout le monde s'entend à merveille. On peut se retrouver six ou 12 joueurs ensemble à partager un bon repas à l'étranger.

Un mot enfin sur le contrat que j'ai signé la semaine dernière. Je suis très content de la confiance que me témoigne l'organisation des Golden Knights. L'objectif pour moi était de sécuriser la famille, de lui apporter enfin de la stabilité après lui avoir imposé plusieurs déménagements au cours des sept dernières années. 

Je me suis amené à Las Vegas avec une année de contrat à écouler. Nous avions donc loué une maison. Je n'ai pas fait de dépense folle à la signature du contrat. Le gros investissement que je compte maintenant faire, c'est l'achat d'une maison à Las Vegas. Je serai bien content d'en avoir fait l'acquisition avant mon retour à Québec, que je souhaite le plus tard possible au printemps.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.