Skip to main content

Possiblement la fin entre le CH et Jordie Benn

Le vétéran défenseur entend monnayer sa valeur sur le marché des joueurs autonomes à compter du 1er juillet

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

VANCOUVER - Les négociations contractuelles étant dans une impasse, l'association entre les Canadiens de Montréal et le défenseur Jordie Benn va fort possiblement prendre fin à l'ouverture du marché des joueurs autonomes, le 1er juillet. 

C'est ce qu'a indiqué le directeur général du CH, Marc Bergevin, dans le cadre des activités du Repêchage 2019 de la LNH, qui aura lieu au Rogers Arena de Vancouver, vendredi et samedi.

À LIRE AUSSI : La tasse de café LNH : Aperçu du Repêchage 2019 | Les Poulin vivront un grand moment | Price surprend un jeune partisan et l'invite au Match des étoiles 2020

« Il va probablement monnayer sa valeur sur le marché. Le dossier s'en va dans ce sens-là », a annoncé Bergevin au cours d'une mêlée de presse. « Il y a divergence entre ses projections et les nôtres, on peut dire ça. »

Benn, âgé de 31 ans, vient de connaître sa plus fructueuse saison dans la LNH, avec une récolte de 22 points, incluant cinq buts, en 81 matchs, en plus d'afficher un différentiel en défense de plus-15.

« Il a l'occasion de tester sa valeur. Ça lui appartient », a renchéri Bergevin.

Benn a joué 171 matchs dans l'uniforme du Tricolore depuis qu'on a fait son acquisition des Stars de Dallas au cours de la saison 2016-17. Il a récolté 39 points, incluant 11 buts, tout en affichant un différentiel en défense de plus-12.

Video: MTL@NYI : Le tir de Benn traverse le trafic

Après avoir été actif sur le marché des échanges au cours des deux dernières années, Bergevin a mentionné qu'il y a moins de tergiversations entre les directeurs généraux cette année.

Il s'est dit prêt à bouger afin d'obtenir un défenseur et un attaquant, quitte à inclure des espoirs de l'organisation. 

Fidèle à sa philosophie, l'avenue du marché des joueurs autonomes ne lui sourit guère parce que trop chérante. Il a fait une drôle de moue quand on lui a évoqué le faramineux contrat que l'attaquant Kevin Hayes vient de parapher avec les Flyers de Philadelphie - 50 millions $ sur sept ans.

« Chacune des équipes a sa façon de gérer ses affaires », a-t-il énoncé.

Même si le CH dispose d'une marge de manœuvre intéressante sous le plafond salarial, Bergevin a souligné l'importance de ne pas dilapider d'argent.

« Comme gestionnaire, je dois user de prudence. Nous avons de jeunes joueurs qui vont éventuellement passer à la banque, comme Jesperi Kotkaniemi, Max Domi et Ryan Poehling, a-t-il affirmé. Nous ne savons pas si le plafond salarial va continuer d'augmenter. Nous devons baser nos décisions pas uniquement sur du court terme, mais du long terme. Je ne voudrais pas me retrouver dans une position où je serais contraint de me départir d'un jeune parce que je ne peux pas trouver preneur pour un vétéran que nous avons engagé à fort prix. »

Alzner racheté?

Bergevin a encore frais à la mémoire la mauvaise expérience de la mise sous contrat du défenseur Karl Alzner, le 1er juillet 2017. Le CH lui a consenti un contrat de 23,125 millions $ pour cinq ans qu'il regrette déjà après deux saisons.

À cet égard, Bergevin n'a pas voulu faire part des intentions de l'équipe quant à un rachat de contrat.

« Nous avons du temps devant nous. Aucune décision n'a encore été prise pour aucun rachat de contrat », a-t-il indiqué.

Un espoir de valeur

Les Canadiens mettent donc la touche finale à leur préparation en vue du repêchage, avec 10 sélections prévues.

Si, l'an dernier, ils avaient déjà arrêté leur choix sur le Finlandais Kotkaniemi au troisième rang de l'encan, ils sont loin d'être fixés cette année avec le 15e choix au total.

« On s'attend à choisir un bon joueur, a estimé Bergevin. Nous préférerions réclamer un espoir parmi les 10 premiers, mais nous devrions tout de même mettre la main sur un bon espoir qui ne devrait toutefois pas jouer dans la LNH la saison prochaine. »

Le DG a précisé que l'équipe choisira le meilleur espoir disponible, peu importe qu'il soit un attaquant ou un défenseur.

Le directeur général adjoint, Trevor Timmins, responsable du recrutement amateur, a dit que l'équipe avait identifié une vingtaine d'espoirs pour cette première sélection.

« La situation est complètement différente cette année, a noté Timmins. Le bassin d'espoirs est beaucoup plus grand, mais nous avons fait nos devoirs et nous sommes prêts. Nous voulons choisir des jeunes très compétitifs, confiants et motivés. Ce sont des traits de caractère que nous recherchons. »

Le Tricolore possède deux choix de deuxième tour (46e et 50e au total), un de troisième tour (77e), un de quatrième tour (108e), trois de cinquième tour (131e, 136e et 138e), un de sixième tour (170e) et un de septième tour (206e).

« Vous ne pouvez pas analyser le potentiel des espoirs avant la séance de repêchage, a estimé Timmins. Vous devez patienter pendant cinq ou six ans avant de vous prêter à l'exercice. Il y a des espoirs de qualité en première ronde et même pour le début de la deuxième ronde. »

Bergevin et Timmins ont bien pris soin de ne pas afficher leurs couleurs quant aux préférences des Canadiens.

La seule chose qu'on a pu extirper de Timmins, c'est qu'il opterait pour Jack Hughes s'il pouvait parler le premier, vendredi.

« Je choisis le joueur de centre devant l'ailier (le Finlandais Kaapo Kakko) », s'est-il mouillé.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.