Skip to main content

La Classique hivernale sera très spéciale pour Anders Bjork

L'ancien de l'université Notre Dame est emballé à l'idée de jouer un match extérieur dans un stade mythique après une opération à l'épaule

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

Quand l'attaquant des Bruins de Boston Anders Bjork a entendu les rumeurs selon lesquelles la Classique hivernale de la LNH aurait lieu à South Bend en Indiana, il a dû calmer son excitation. Il ne voulait pas finir par être déçu, mais il avait de grands espoirs.

Puis, le 18 novembre 2017, lors de la saison recrue de Bjork, il a été annoncé que les Bruins affronteraient les Blackhawks de Chicago dans le cadre de la Classique hivernale Bridgestone 2019 de la LNH au Notre Dame Stadium le 1er janvier. C'est un endroit que Bjork connait bien, ayant fréquenté la section étudiante du stade avec ses coéquipiers de l'équipe de hockey des Fighting Irish.

Son passé et son présent allaient se rencontrer de la meilleure des façons.

« Quand ç'a été annoncé, j'avais du mal à le croire », a déclaré Bjork la semaine dernière depuis la région de Milwaukee, là où il s'entraîne durant la saison morte. « C'est quelque chose à quoi je ne m'attendais pas du tout. Je pense que tous les joueurs de hockey rêvent de participer à la Classique hivernale. C'est tellement un événement génial. »

À LIRE : Les billets de la Classique hivernale en vente le 28 août

« Et le fait que ça ait lieu à Notre Dame avec deux équipes prestigieuses rend tout ça encore plus spécial. »

Bjork a joué trois saisons avec Notre Dame, quittant l'université en 2017 pour se joindre aux Bruins et disputer 30 matchs avant qu'une blessure à l'épaule ne mette fin à sa saison le 30 janvier. Il a fait bonne impression (12 points; quatre buts, huit passes) et ça lui permettra de compétitionner pour un poste sur le top-6 offensif de l'équipe en vue de la saison à venir.

Et rien n'est plus attrayant que la possibilité de jouer à Notre Dame.

« Ç'a été une motivation supplémentaire pour travailler encore plus fort cet été », a affirmé Bjork, dont la réadaptation d'une opération à l'épaule se déroule sans anicroche. « Ce serait une expérience fantastique pour moi de pouvoir participer à ce match. Je ne sais pas si j'ai déjà été aussi emballé à l'idée de jouer un match. »

Bjork a déjà eu un avant-goût de ce à quoi un match à South Bend pourrait ressembler. Lorsqu'il évoluait pour le Programme de développement de l'équipe nationale américaine à Ann Arbor au Michigan, lui et ses coéquipiers avaient obtenu des billets pour la Classique hivernale 2014 entre les Red Wings de Detroit et les Maple Leafs de Toronto au Michigan Stadium.

« L'atmosphère était absolument endiablée, donc je m'attends à la même intensité, sinon plus en raison du lieu et des équipes qui s'affronteront », a-t-il mentionné.

Video: VAN@BOS: Bjork crée l'égalité sur le retour

Même si le Notre Dame Stadium n'a jamais accueilli du hockey, il s'agit de l'un des stades de football universitaire les plus mythiques. Bjork y a d'ailleurs vécu quelques-uns de ses meilleurs moments universitaires. Lui et ses coéquipiers de l'équipe de hockey assistaient régulièrement aux matchs dans la section étudiante et regardaient leurs amis et camarades de classe sur le terrain.

Ils regardaient le stade et se disaient à quel point jouer ici, devant autant de gens, devait être extraordinaire. C'était surréel.

Ça l'est encore un peu pour Bjork.

« Ce sera fou de jouer ici devant autant de personnes dans un stade où j'ai vu tellement de matchs en pensant que ce serait impossible de jouer ici un jour », a-t-il expliqué.

Quand la Classique hivernale a été officialisée, la plupart des coéquipiers de Bjork l'ont approché pour le questionner sur l'université, le stade et l'atmosphère. Il a été surpris de leur excitation, même si certains d'entre eux ont déjà participé à une Classique hivernale. Les Bruins ont affronté les Flyers de Philadelphie au Fenway Park, en 2010, et les Canadiens de Montréal au Gillette Stadium, en 2016.

« Ce sera spécial, un peu comme un retour en arrière, lorsqu'on était enfant et qu'on patinait sur un lac », a affirmé l'attaquant des Bruins David Pastrnak durant la tournée des joueurs de la LNH dans les médias européens, la semaine dernière à Stockholm. « Ce sera très amusant, j'ai vraiment hâte. »

Pour Bjork, c'est encore plus excitant. Il revient dans la LNH après un avant-goût d'une demi-saison en espérant replacer sa carrière sur les rails. Devant lui se dresse cette occasion extraordinaire, une motivation différente de tout ce qu'il a connu.

« Tous les joueurs de hockey rêvent de cette occasion, mais ils ne savent pas s'ils pourront la vivre un jour, a dit Bjork. C'est incroyable. Je ne le réalise pas encore tout à fait. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.