Skip to main content

Hischier ne s'en fait pas avec son rôle d'ambassadeur

L'espoir suisse est conscient qu'il deviendra un modèle pour la prochaine génération de joueurs helvètes

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BUFFALO - Comme d'autres l'ont fait avant lui, on peut affirmer sans se tromper que Nico Hischier inspirera une nouvelle génération de joueurs suisses qui souhaitera un jour atteindre les plus hauts sommets.

Celui qui est considéré comme le deuxième meilleur espoir en vue du prochain repêchage de la LNH a déjà songé à l'idée, et malgré qu'il ne soit âgé que de 18 ans, cette perspective ne semble pas le rendre plus nerveux qu'il le faut.

Il pourrait fort bien devenir le joueur suisse à avoir été sélectionné au plus haut rang dans l'histoire du pays dans quelques semaines. Nino Niederreiter détient présentement ce titre, lui qui a été réclamé au cinquième rang par les Islanders de New York en 2010.

« Quand j'étais jeune, j'avais des gars comme (Mark) Streit, Niederreiter et (Roman) Josi sur lesquels je pouvais prendre exemple, a expliqué l'attaquant des Mooseheads d'Halifax. Je pense que c'est normal. Il y a plusieurs jeunes Suisses qui rêvent de jouer dans la LNH, et ils savent tous que c'est la meilleure ligue au monde.»

Ils le savent, certes, mais ils n'ont pas réellement la chance de regarder les matchs puisqu'ils s'amorcent généralement à compter de 1h, heure locale. Ce fut le cas pour Hischier, un natif du petit village de Naters, qui a tout de même trouvé le moyen de se tenir au courant des prouesses de ses favoris.

« Je ne regardais pas les matchs, mais j'avais l'habitude de faire le tour des faits saillants chaque matin en me levant, a raconté Hischier. Il y a beaucoup d'amateurs de la LNH là-bas qui suivent les joueurs suisses. »

Ils en ont certainement pour leur argent en ce moment. Des 15 joueurs originaires de la Suisse évoluant dans la LNH, quatre sont présentement impliqués dans la Finale de la Coupe Stanley entre les Penguins de Pittsburgh et les Predators de Nashville; Streit pour les Penguins, Josi, Yannick Weber et Kevin Fiala (blessé) pour les Predators.

Cela signifie que peu importe quelle équipe remporte la Coupe Stanley, celle-ci effectuera un voyage en Suisse au cours de la saison estivale, des «moments excitants» pour le pays selon Hischier.

La jeune sensation a d'ailleurs eu l'occasion de s'entraîner à quelques occasions avec ses idoles qui deviendront, dans un avenir rapproché, ses coéquipiers ou bien ses adversaires.

« J'ai patiné avec Josi, Streit, Weber, Joel Vermin (Lightning de Tampa Bay) et Christoph Bertschy (Wild du Minnesota) durant l'été, a expliqué Hischier. C'était une très bonne expérience. J'ai évidemment regardé ce qu'ils faisaient, comment ils s'entraînaient. »

Même s'il ne compte qu'un peu plus de 26 000 joueurs de hockey - il y en a près de 700 000 au Canada - le petit pays d'Europe semble avoir fait des pas de géant en ce qui a trait au développement des joueurs dans les dernières années, un fait qu'Hischier attribue au dur labeur de la Fédération nationale.

Les équipes juniors du pays impressionnent en tenant tête aux puissantes nations lors des compétitions internationales et 16 jeunes Suisses ont trouvé preneur lors des cinq derniers encans de la LNH.

Il y en aura un 17e cette année et parions qu'il incitera une nouvelle génération de jeunes Suisses à lacer les patins.

En voir plus