Skip to main content

Le bâton de Georgiev a payé le prix pour la défensive poreuse

Le gardien des Rangers a perdu son calme après avoir cédé trois fois sur les 16 premiers tirs des Canadiens samedi

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Alexandar Georgiev a peut-être fracassé son bâton sur un poteau sans trop d'amour après avoir accordé un troisième but aux Canadiens en début de deuxième période, samedi, il a tout de même réalisé l'exploit de quitter le Centre Bell sans faire d'autres innocentes victimes.
 

De la manière dont s'est comportée sa défensive dans une défaite de 5-2, personne n'aurait reproché au jeune gardien des Rangers d'évacuer sa frustration en pulvérisant au moins un autre de ses précieux compagnons de travail.

Video: NYR@MTL: Lehkonen bat Georgiev d'un tir précis

Bon joueur, le Russe s'est contenté de dire qu'il était fâché contre lui-même pour ne pas avoir réussi à faire l'arrêt face à Artturi Lehkonen. Il s'agissait quand même du deuxième surnombre accordé par ses défenseurs en un peu plus de 20 secondes.

« C'était assez frustrant de les voir prendre les devants 3-0, a-t-il précisé. Ils ont eu toutes ces chances à 2-contre-1 et je pense que j'aurais pu au moins en arrêter un. J'ai montré mes émotions après ce but, ce n'était pas ce que je peux offrir de mieux. »

À LIRE AUSSI: Des « Requins » affamés attendus dimancheDes doublés de Weber et Lehkonen mènent le CH à la victoire

Le portier de 22 ans avait de quoi en avoir ras le pompon. Ses 18 petits matchs d'expérience dans la LNH ne lui permettaient seulement pas de livrer le fond de sa pensée.

Juste avant de retraiter au vestiaire pour le premier entracte, Brady Skjei a tout simplement arrêté de jouer pendant que l'officiel attendait qu'il touche à la rondelle pour appeler une punition à retardement. Ç'a permis à Shea Weber d'inscrire son deuxième du match alors qu'il s'est retrouvé fin seul devant Georgiev.

« Ça nous a coupé les jambes, a résumé l'entraîneur David Quinn. Nous avons fait beaucoup de bonnes choses en première période et d'encaisser un but de cette manière à ce moment précis, ç'a été une pilule dure à avaler et un déficit difficile à surmonter. 

« Brady a réagi à la pénalité, les gars font ça : ils lèvent leurs bras en l'air et regardent autour au lieu de continuer à jouer. Ce n'est pas seulement lui, les autres joueurs ont aussi arrêté de patiner. Nous l'avons payé cher. »

Georgiev n'était pas au bout de ses peines. Seulement 3:25 après qu'il eut envoyé un message aux siens en piquant sa petite colère, son défenseur Neal Pionk a servi à Lehkonen l'une des plus belles passes qu'il recevra cette saison.

En sortant de l'arrière du filet, le défenseur recrue a cru bon envoyer le disque directement dans l'enclave, où l'attaquant finlandais des Canadiens n'a eu qu'à se retourner et à tirer sur réception pour battre un Georgiev impuissant. 

« Nous ne jouons pas avec confiance et c'est normal parce que nous n'avons pas connu beaucoup de succès récemment, a précisé Quinn. On joue souvent du hockey de rattrapage. Nous avons offert un meilleur effort que lors du dernier match (une défaite de 3-0), mais ce ne fut clairement pas assez. »

Apprentissage

Les Rangers (13-12-2) ne connaissent pas un vilain début de saison, mais il est clair que la réalité commence à les rattraper peu à peu. Rien de plus normal : la troupe de Quinn a clairement annoncé ses intentions de rebâtir et fait confiance à ses jeunes espoirs.

Lors du match de samedi, pas moins de sept recrues - six attaquants et Georgiev - étaient en uniforme du côté des visiteurs. Ils ne se sont pas laissé beaucoup de chances de l'emporter en accordant rapidement quatre buts à l'étranger.

L'histoire commence d'ailleurs à se répéter à ce chapitre. Les Rangers ont encaissé une quatrième défaite de suite sur les patinoires adverses, allouant au passage 19 buts.

« Ce n'est pas dramatique, mais nous devons nous ajuster », a indiqué le défenseur Kevin Shattenkirk, l'un des deux arrières ayant terminé le match avec un différentiel neutre.

« Quand il y a une bataille et que la rondelle est libre, elle se retrouve souvent au centre de la patinoire. Ça doit cesser. C'est ce que nous faisions de bien il n'y a pas si longtemps. Nous protégions le milieu de l'enclave et nous étions premiers sur la rondelle dans les espaces dangereux. »

La formation new-yorkaise pourra tenter des ajustements dès dimanche alors qu'elle recevra la visite de Patrick Laine et des puissants Jets de Winnipeg.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.