Skip to main content

Gallagher et Subban à couteaux tirés

Le combatif ailier des Canadiens et le défenseur étoile des Predators se sont livré une joute verbale à l'issue du match de samedi au Centre Bell

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - P.K. Subban compte encore une légion d'admirateurs à Montréal, mais peu d'amis chez son ancienne équipe.

Il y a bien l'attaquant Alex Galchenyuk et le gardien Carey Price qui sont allés le saluer près du vestiaire des visiteurs au Centre Bell, à l'issue d'un affrontement âprement disputé entre les Canadiens de Montréal et les Predators de Nashville.

Brendan Gallagher n'y a même pas songé. Les hostilités entre Subban et lui ont atteint un autre sommet, samedi.

« Je ne sais pas pourquoi vous me questionnez au sujet de P.K. », a commencé par répondre Gallagher au terme de la défaite de 3-2 des siens. « Il a fini le match avec un différentiel en défense de moins-1. Les Predators ont une bonne équipe et un bon gardien avec Rinne. Ils ont également de bons défenseurs en Roman Josi, Ryan Ellis et Mattias Ekholm et de bons attaquants.

« Je suis toujours intense, a-t-il continué. J'ai eu des batailles avec Subban, mais il parlait beaucoup. C'est ce qu'il fait, parler. Moi je ne veux pas parler de lui. Vous cherchez à monter une histoire avec Subban. J'aime mieux me concentrer sur notre équipe. Nous avons perdu malgré un bel effort. »

Plus tard, il en a remis : « Je ne sais pas pourquoi vous me parlez de lui. C'est ce qu'il veut. Il aime assez parler de lui. Je le laisserai le faire lui-même. Je sais qu'il vous donnera suffisamment de bonne matière. Je ne souhaite pas l'aider. »

Tout au long du match, Gallagher a tenté de mettre en échec Subban dès que l'occasion se présentait. En première période, Subban n'a pas apprécié le coup d'épaule qu'il lui a asséné. Tôt en deuxième période, Gallagher s'est blessé au visage en faisant une culbute en tentant de frapper son ennemi juré. Il a dû retraiter au vestiaire afin qu'on lui fasse des points de suture près d'un oeil. Il n'avait rien perdu de sa fougue à son retour dans l'action. Il a inscrit le premier filet après avoir récupéré son retour de lancer bloqué par Subban. Il a célébré le fait d'armes avec beaucoup de ferveur.

Video: NSH@MTL : Gallagher profite d'une erreur et compte

« Il ne m'a pas adressé la parole, mais il y a des joueurs sur le banc des Canadiens qui m'ont dit quelque chose, a relaté Subban. Je n'ai pas pu les entendre à cause du bruit qu'il y a au Centre Bell. Je suis sûr que ce n'est pas bruyant maintenant dans le vestiaire de l'équipe, parce les deux points de classement sont à nous. »

À la première question au sujet de Gallagher, Subban avait répondu : « Je m'ennuie d'anciens coéquipiers comme Alex et Carey. Ce sont des gars avec lesquels je suis resté en contact sur une base régulière. Je suis heureux qu'ils soient venus me voir. »

À une autre question au sujet du sourire narquois que Gallagher lui a fait après une escarmouche, il a été cinglant.

« Je ne l'ai pas vu sourire. J'ai seulement vu le sang couler près de son œil quand il a essayé de me frapper. »

L'entraîneur du CH Claude Julien n'était pas d'humeur à tergiverser au sujet de Subban au cours de la mêlée de presse d'après-match.

« La performance que nous avons offerte ce soir, je l'ai appréciée et je vais parler de mon équipe. Je n'ai rien à dire de l'autre équipe.

« Notre plan de match consistait à envoyer la rondelle derrière leurs défenseurs et à les faire travailler. Ce n'était pas un plan qui ciblait uniquement P.K., mais toute l'équipe des Predators. C'est sûr que toute l'attention est centrée sur lui parce que c'est toujours le cas. »

Julien ne s'est toutefois pas fait prier pour faire l'éloge de Gallagher, qui a atteint le plateau des 20 buts pour la deuxième fois de sa carrière. Il n'est plus qu'à quatre filets de son sommet personnel de 24 réalisé en 2014-15.

« C'est un joueur qui possède une grande force de caractère. Toutes les équipes veulent des joueurs comme lui, a déclaré Julien. Il se défonce à tous les matchs. Même s'il ne connaît pas toujours son meilleur match, il fournit toujours son meilleur effort. Il enfile ses bottes de travail tous les jours. Il est constant et il insuffle de l'énergie au groupe. Des joueurs de sa trempe méritent d'être récompensés et il l'est cette saison. J'aime tout de lui et il est respecté de ses coéquipiers. C'est avec des joueurs comme lui qu'une équipe connaît du succès. »

Pour revenir à Subban, il a reconnu ne pas avoir disputé un fort match.

« J'ai été correct, mais ça n'a pas été ma meilleure performance. Je savais que ce serait difficile en raison de tous les à-côtés d'une visite à Montréal. Je retrouve des membres de la famille et des amis, c'est émotif. J'ai essayé de garder les choses simples, mais je n'avais pas mon rythme habituel. L'important c'est que nous ayons obtenu les deux points de classement et nous avons fait le travail. » 

Au dépôt de la rondelle, le robuste Nicolas Deslauriers a donné le ton en initiant un contact physique avec Subban. Il n'a pas eu le sentiment d'avoir été ciblé par son ancienne équipe.

« Quand vous obtenez beaucoup de temps de jeu et que vous êtes un des meilleurs joueurs sur la glace, vous êtes habitué à être pris en cible. Ça ne me dérange pas du tout. Au final, j'ai le sourire aux lèvres parce que c'est mon équipe qui a eu les deux points de classement. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.