Skip to main content

«Je vais être heureux quand je vais pouvoir donner la rondelle à ma mère»

Elvis Merzlikins a hâte d'obtenir sa première victoire dans la LNH, mais il n'a pas le droit à l'erreur avec les Blue Jackets

par Nicolas Ducharme @NicolasDucharme / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL -- Elvis Merzlikins en a marre. 

Marre de voir son équipe perdre des matchs qu'elle serait en mesure de gagner. Et surtout, marre de voir qu'il n'est pas capable d'aller chercher la victoire pour ses coéquipiers.

À LIRE AUSSI : Les Canadiens à l'arraché face aux Blue JacketsLe Tricolore a dû bûcher contre les Blue Jackets

Mardi, face aux Canadiens, le gardien des Blue Jackets de Columbus n'a accordé que deux buts, mais ça n'a pas été suffisant. Il a tout d'abord cédé sur un lancer de Brendan Gallagher qui a été dévié sur l'un de ses défenseurs, puis, avec 41 secondes à faire en troisième période, il n'a rien pu faire quand Tomas Tatar, laissé seul de l'autre côté de la patinoire, a envoyé un tir sur réception dans le filet pour créer l'égalité 2-2 alors que la cage des Canadiens était déserte. Ce but signifiait que la prolongation allait être nécessaire.

Or, le gardien recrue n'a peut-être disputé que cinq matchs dans la LNH, mais il en a aussi marre des prolongations. Il avait perdu ses deux derniers départs en période de surtemps, puis mardi, Jonathan Drouin a permis aux Canadiens de l'emporter en fusillade. Merzlikins est donc toujours à la recherche de sa première victoire dans la LNH, lui qui a maintenant une fiche de 0-1-3.

« Je suis tanné de ça, a-t-il lancé après la rencontre. Oui, ça veut dire que je suis sur le bon chemin et que je travaille bien. La saison est longue, mais on a besoin de victoires. Ce club a besoin de victoires. C'est mon travail de leur en offrir. Ils m'ont donné trois chances (en prolongation ou fusillade), et je n'ai pas réussi. Ça veut dire que quelque chose manque. Quand je vais comprendre ce que c'est, je vais tenter de modifier mon jeu. »

Les choses semblent en effet se placer pour le gardien letton. Sa première sortie a été un désastre - il a accordé sept buts - mais depuis, son pourcentage d'arrêts est de ,919. Ces chiffres sont-ils satisfaisants pour Merzlikins?

« Je vais être heureux quand je vais pouvoir donner la rondelle à ma mère », a martelé le gardien, faisant référence à une éventuelle première victoire dans la LNH.

Video: CBJ@MTL: Gallagher bat Merzlikins entre les jambes

Or, le gardien de 24 ans, qui a passé les sept dernières saisons avec le HC Lugano de la Ligue nationale Suisse A, pourrait déjà avoir remis cette rondelle à sa mère s'il avait eu droit à un peu d'aide offensive de la part de ses coéquipiers. 

Les Blue Jackets occupent l'avant-dernier rang de la LNH pour les buts inscrits cette saison, eux qui se remettent de la perte des attaquants Matt Duchene, Artemi Panarin et Ryan Dzingel, tous devenus joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet dernier.

Donc, même lorsque la défensive fait le travail, comme ce fut le cas mardi alors que les Canadiens ont dû trimer pour s'approcher du filet adverse, ce n'est pas suffisant. Merzlikins et Joonas Korpisalo n'ont pas la moindre marge de manœuvre lorsqu'ils sont d'office.

« C'est notre style de jeu, a expliqué le défenseur québécois David Savard. On a réussi à créer pas mal de chances. Depuis le début de l'année, on a eu de bonnes performances, mais on doit trouver le fond du filet plus souvent pour avoir la victoire. En prolongation, on a eu une chance en avantage numérique de prendre le momentum et avoir plus de chance de marquer (mais nous n'avons pas réussi). C'est là que le match s'est joué. »

Plus de peur que de mal pour Murray

Scène inquiétante en milieu de deuxième période quand le défenseur de Columbus Ryan Murray a été atteint à la hauteur du genou par un lancer de Cale Fleury. Murray a quitté la glace du Centre Bell sans pouvoir mettre de poids sur sa jambe.

À la surprise de plusieurs, Murray est revenu au jeu en début de troisième période et il a repris son tour de jeu habituel en compagnie de Savard.

Le deuxième choix du Repêchage de 2012 s'est retrouvé à l'infirmerie plus souvent qu'à son tour dans les dernières années, lui qui n'a disputé qu'une saison complète. Depuis ses débuts en 2013-2014, il a raté plus de 35 pour cent des rencontres des Blue Jackets.

D'ailleurs, Murray était sur la liste des blessés depuis le 26 octobre puisqu'il avait subi une fracture à la main. Il s'agissait d'une deuxième fracture de la main dans sa carrière, lui qui a aussi victime d'une blessure au genou en 2014, d'une entorse à la cheville en 2015, en plus de souffrir de problèmes récurrents au dos qui l'ont forcé à adopter un calendrier allégé lors du dernier camp d'entraînement.

En ce sens, rater une dizaine de minutes d'un match, c'est une excellente nouvelle!

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.