Skip to main content

Thomas Chabot utilisé à outrance à Ottawa

Son temps d'utilisation des deux derniers matchs s'inscrit dans le livre des records des Sénateurs

par Siniša Šindik @SinisaSindik / Collaborateur indépendant LNH.com

Les Sénateurs d'Ottawa démontrent des signes encourageants dernièrement, eux qui ont récolté huit points sur une possibilité de 12 à leurs six derniers matchs (3-1-2). Or, ce qui a surtout retenu l'attention au cours des deux dernières sorties d'Ottawa, c'est le temps de jeu de Thomas Chabot.

En fait, lorsqu'on regarde les statistiques, on se demande si d'autres défenseurs ont joué pour les Sénateurs dans ces deux matchs. Le jeune défenseur de 22 ans a été utilisé pendant 37:50 dans une défaite de 4-3 en prolongation contre le Lightning de Tampa Bay, mardi, et durant 33:49 deux jours plus tard, dans un gain de 5-4 en surtemps face aux Predators de Nashville. 

À LIRE AUSSI : Boucher : Le retour à la respectabilité en ArizonaBalado: Hall, le CH dans l'Ouest et le Championnat mondial junior

Ce qui est encore plus impressionnant du match contre le Lightning, c'est qu'il s'agissait d'un deuxième match en deux soirs pour la troupe de D.J. Smith, ce qui n'a pas semblé affecter Chabot. Il était utilisé à toutes les sauces. 

Son temps de glace de 37:50 représente d'ailleurs le deuxième total le plus élevé de la LNH en saison régulière depuis que cette statistique est officiellement comptabilisée (1997-98), mais aussi un record des Sénateurs, qui appartenait auparavant à Erik Karlsson (36:34, 20 décembre 2015). Même si la tâche était ardue, le Beauceron a apprécié le défi.

« C'était assez difficile. C'est tellement de temps de glace que tu dois vraiment gérer tes efforts », a déclaré Chabot avant l'affrontement face aux Predators au Ottawa Sun. « Mais, c'était plaisant. Je me sentais plutôt bien. Je pense que l'équipe a bien joué et nous voulions absolument obtenir au moins un point dans ce match. »

Mais ce n'est pas tout. Son total de minutes passées sur la patinoire au cours des deux derniers matchs (71:39) le place également au deuxième rang depuis 2005-06 pour le plus de temps de jeu au cours de deux rencontres consécutives. Le record appartient au défenseur du Wild du Minnesota Ryan Suter, qui a joué un total de 72:19 (36:51; 35:28) le 7 et le 9 novembre 2013.

« Quand tu restes sur la glace aussi longtemps, tu commences à te laisser glisser parfois au lieu de te précipiter pour appuyer l'attaque, a poursuivi Chabot. Lorsque tu joues autant, tu ne peux pas simplement gaspiller ton énergie en une seule montée. Cela fait partie du jeu. D.J. m'a dit que j'allais jouer beaucoup, peut-être que je ne m'attendais pas à jouer autant, mais j'ai aimé ça. Je me sentais bien. »

Une aisance remarquable

Chabot est un patineur très élégant, tout a l'air facile pour lui sur la patinoire. En deux ou trois enjambées, on a l'impression qu'il peut couvrir toute la surface glacée. Sa fluidité l'aide beaucoup et fait probablement en sorte qu'il se fatigue moins vite. 

Après tout, ce n'est pas pour rien que son élégance et ses talents de manieur de rondelle sont souvent comparés à son prédécesseur, Erik Karlsson.

« Lorsque tu es un patineur aussi efficace, ça facilite grandement les choses », a exprimé Mark Borowiecki au Ottawa Sun à propos de son jeune coéquipier. « Si on prend quelqu'un comme moi, qui a un peu moins d'aisance, je ne pense pas que je pourrais endurer 38 minutes, mais lui, il est tellement plus efficace sur ses patins. Sa dépense énergétique lors de sa première foulée est probablement meilleure que bien des défenseurs de la Ligue. »

Depuis le début de la saison, le choix de première ronde des Sénateurs (18e au total) au Repêchage 2015 de la LNH est utilisé en moyenne 25:46 par match, ce qui le place au troisième rang du circuit à ce chapitre, derrière Drew Doughty (25:54) et Oscar Klefbom (25:46). 

Video: BOS@OTT : Chabot marque le premier but du match

À titre comparatif, Chabot a terminé la campagne 2018-19 avec un temps de glace moyen de 24:17 (15e rang dans la LNH). Il se retrouve donc à jouer pratiquement 1:30 de plus cette saison, ce qui n'est pas rien. 

Évidemment, son entraîneur-chef veut faire attention pour ne pas compromettre le développement de son défenseur étoile en le sollicitant à outrance.

« Ses minutes étaient certainement un peu élevées », s'est expliqué Smith après la rencontre face à Tampa Bay. « Je ne sais pas si c'est le plus haut total de la LNH cette année, mais il a certainement été très bon ce soir. Ce n'est vraiment pas idéal à long terme, mais ce soir (mardi) nous avions besoin d'aller chercher au minimum un point et nous l'avons obtenu. »

Côté production offensive, même s'il a récolté un point dans sept de ses dix derniers matchs, Chabot a un léger retard sur sa production de l'an dernier. Le défenseur gaucher a amassé 22 points (trois buts, 19 passes) en 36 sorties, en route vers 50 points, alors qu'il en avait totalisé 55 (14 buts, 41 aides) la saison dernière. 

Il faut dire que les déboires du jeu de puissance n'aident pas sa cause. Les Sénateurs affichent le pire rendement en avantage numérique du circuit avec un maigre 11,4 pour cent d'efficacité. L'an dernier, la jeune sensation des Sénateurs avait produit 16 de ses 55 points (29 pour cent) sur l'attaque à cinq.

Chabot et ses coéquipiers se préparent à recevoir la visite des Flyers de Philadelphie samedi soir (19 h HE, TVAS2, SN1, NBCSP+, NHL.TV). Les Sénateurs tenteront du même coup de remporter un deuxième match de suite pour la première fois depuis la mi-novembre. 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.