Skip to main content

Boucher : Le retour à la respectabilité en Arizona

Notre chroniqueur Philippe Boucher estime que les Coyotes doivent maintenant être pris au sérieux dans l'Ouest

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (13e au total) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski, les Remparts de Québec et les Voltigeurs de Drummondville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

Il faudra maintenant respecter les Coyotes de l'Arizona, avec l'acquisition de l'attaquant vedette Taylor Hall.

À LIRE AUSSI : Boucher : L'ancêtre des statistiques avancées, ce mal aiméGagné : Une autre épreuve difficile pour les Flyers

Les Coyotes se cherchaient depuis trop longtemps. On ne souhaite pas voir une équipe piétiner pendant des années. C'est le 'fun' de voir qu'ils renouent avec le succès grâce à la nouvelle identité propre qu'ils se sont forgée. On a perçu les premiers signes du redressement à l'arrivée de l'entraîneur Rick Tocchet, la saison dernière. Les Coyotes ont connu une bonne saison, parvenant presque à se qualifier pour les séries éliminatoires malgré les nombreuses blessures qui les ont affligés.

Cette saison, ils ont repris là où ils avaient laissé. La possibilité d'acquérir un joueur vedette s'est présentée et ils l'ont saisie. L'organisation est convaincue d'être sur la bonne voie, elle croit au potentiel de l'équipe et elle est même prête à y greffer des joueurs de premier plan. Tout ça, c'est positif pour les Coyotes.

Dorénavant, il faut les inclure dans le groupe des équipes prétendantes à une participation aux séries dans l'Association de l'Ouest et même parmi celles qui peuvent faire un bout de chemin une fois en séries.

Video: ARI@SJS: Hall met la table pour Ekman-Larsson

Les Coyotes sont comme les Islanders de New York dans l'Ouest, ou comme les Athletics d'Oakland au baseball. C'est le genre de concession créative qui tente de faire toujours plus avec moins. Les Coyotes passent sous le radar. Il y a encore loin de la coupe aux lèvres pour eux, mais pour la première saison depuis longtemps, j'ai le sentiment qu'ils sont pour vrai. Tocchet tient bien les rênes et il dirige l'équipe de main de maître.

Dobson, zéro surpris

La décision des Islanders de New York de ne pas céder le défenseur Noah Dobson à l'équipe canadienne en vue du Championnat mondial junior (CMJ) ne m'a pas jeté par terre. J'ai été zéro surpris, comme on dit.

Dobson est rendu à apprendre à être un professionnel. Le gars a tout gagné dans les rangs juniors. À quoi bon le retourner afin qu'il apprenne à gagner en jouant 35 minutes par match? Il a déjà tout fait ça. Il est prêt à jouer dans la LNH. Il ne joue pas autant qu'il le voudrait - seulement 10 matchs jusqu'à maintenant - mais c'est certain que les Islanders ont un plan précis pour lui.

Il est à une blessure de jouer tous les matchs et des minutes de qualité en plus. Les blessures, on n'en veut pas, mais elles sont inévitables dans une équipe. Tant mieux si les défenseurs des Islanders demeurent en santé, mais je suis convaincu que Dobson sera appelé tôt ou tard à venir frapper en relève. Quand ça arrivera, il sera prêt et en mesure de faire le travail.

Une nouvelle voix pour les Sharks

C'est une rude saison pour les entraîneurs dans la LNH. Peter DeBoer a été le cinquième qui a perdu son poste, alors qu'il était à la barre des Sharks de San Jose.

Je n'estime pas que DeBoer était la grande raison des insuccès des Sharks, mais un changement de voix peut parfois s'imposer. Même Barry Trotz, qui a longtemps été entraîneur des Predators de Nashville, n'y a pas échappé. Ça ne l'a pas empêché d'aller connaître du succès ailleurs. Il a gagné la Coupe Stanley avec les Capitals de Washington et il va bien avec les Islanders.

DeBoer en était à sa cinquième saison chez les Sharks. L'équipe a éprouvé des problèmes en début de saison, avant de se replacer. Elle avait repris une pente ascendante au moment du congédiement.

Video: NYR@SJS: Couture fait preuve de patience

Bob Boughner, qui était un adjoint de DeBoer, s'amène comme entraîneur par intérim. Est-ce que ça peut avoir le même effet-choc que l'arrivée de Craig Berube a eu sur les Blues de St. Louis, la saison dernière? Je ne sais pas, attendons voir. Les Sharks demeurent une bonne équipe sur papier. Vieillissante, mais bonne.

Un mot en terminant sur le rachat par les Kings de Los Angeles du contrat de l'attaquant russe Ilya Kovalchuk. Comme pour DeBoer, il faut parfois tourner la page et passer à autre chose. C'est tout ce que je dirai sur le sujet : c'est le temps de passer à autre chose.

*Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.