Skip to main content

Carnet de bord, Pierre-Édouard Bellemare

« Trente ans plus tard, j'en suis toujours au même endroit : je mets mes patins, je prends ma crosse et je me dis que c'est génial »

par Pierre-Édouard Bellemare @bellsy78 / Collaboration spéciale LNH.com

LAS VEGAS -- Voilà nous y sommes enfin. Après neuf jours de congé, nous allons pouvoir entreprendre la deuxième ronde des séries face aux Sharks de San Jose, jeudi.

Le long congé, ç'a été génial. J'ai abordé ça comme un temps pour récupérer au niveau du corps et passer le plus de temps possible avec ma femme et profiter de mon petit bébé de trois mois et demi.

Je prends ça comme un honneur et une chance d'être dans une équipe qui a le potentiel de jouer cette deuxième ronde. Ce n'est pas tout le monde qui peut y arriver, ça prend beaucoup de travail, 82 matchs, 31 équipes... Le fait d'y être, j'apprécie chaque jour dans lequel je suis.

Je n'ai jamais été quelqu'un qui pense au futur comme ça donc, du coup, je me concentre sur la journée d'entraînement, la rencontre d'équipe et puis demain ce sera le match. Je n'ai pas le temps de trop m'exciter parce que je ne pense pas comme ça.

Face aux Sharks, mon rôle va être la même chose que contre les Kings. On a un trio qui veut jouer dans la zone offensive, mais qui va être utilisé beaucoup contre les grosses lignes en zone défensive. Du coup, ça ne me dérange pas. Tant qu'on fait le travail pour l'équipe et que ça repose nos premières lignes pour qu'elles puissent après faire le travail.

Si on se retrouve à jouer contre la quatrième ligne, ça va être une bataille et ça va être d'être la ligne qui crée le plus de momentum. Le but, ce n'est pas spécialement d'essayer de marquer à chaque présence, le but c'est de ramener de l'énergie à toute l'équipe.

L'ambiance au T-Mobile Arena risque d'être incroyable. Je suis persuadé que les partisans peuvent encore nous surprendre et élever ça d'un cran. C'est fou de voir à quel point ils ont réussi tout au long de l'année à graduellement monter et monter. Tu te dis là c'est déjà incroyable, ce sont les séries. Le match dans lequel nous avons joué cinq périodes, les gens étaient debout durant la moitié de la période. 

Le plus cool dans cette patinoire, c'est que la quantité de gens qui sont sur leur portable est vraiment limitée parce qu'il y a tellement un spectacle incroyable, les gens aiment tellement, qu'ils ne sont pas sur leur portable. Du coup, ils font plus attention au jeu et ils sont plus vifs pour réagir. Puis après, c'est une ambiance de fou, ils font ça bien.

Si tu n'arrives pas à t'amuser quand t'es dans un endroit comme ici... La vie est belle en dehors de la glace et sur la glace, on a la chance de pouvoir s'entendre et de bien jouer ensemble. Si t'arrives pas à t'amuser maintenant, arrêtes le hockey sur glace!

À la fin de l'histoire, peu importe la carrière, on est tous des enfants qui, un jour, ont mis une paire de patins et pris une crosse et qui se sont dits : « Ça, c'est génial ». Ça s'arrête là. Trente ans plus tard, j'en suis toujours au même endroit : je mets mes patins, je prends ma crosse et je me dis « ça c'est génial ».

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.