Skip to main content

Brodeur probablement intronisé au Temple de la renommée en 2018

St-Louis, Alfredsson, Mikhailov et Mogilny font partie de ceux qui pourraient être intronisés

par Mike Zeisberger @zeisberger / Journaliste NHL.com

TORONTO - En déambulant sur le tapis rouge de la cérémonie 2017 du Temple de la renommée du hockey lundi soir, Scott Niedermayer y est allé d'une prédiction dure à débattre.

 

« On se voit l'année prochaine pour Marty », a dit Niedermayer, un membre de la cuvée 2013.

Quand il a fallu prédire les candidats avec les chances les plus élevées d'être intronisés au Temple en 2018, Niedermayer et les autres membres, Joe Sakic (2012) et Steve Yzerman (2009), ont tous utilisé le mot « formalité » en décrivant leur favori, le gardien Martin Brodeur.

Maintenant que la cuvée 2017 est officiellement intronisée, l'attention se tourne vers ceux qui sont admissibles l'an prochain. Brodeur, qui a joué 21 de ses 22 saisons avec les Devils du New Jersey, est au sommet de la liste.

Brodeur est le meneur dans la LNH pour les victoires (691) et les blanchissages (125). Il a remporté le trophée Calder en tant que recrue de l'année en 1994, le trophée Vézina comme gardien de l'année quatre fois, en 2003, 2004, 2007 et 2008, ainsi que la Coupe Stanley à trois reprises avec les Devils en 1995, 2000 et 2003.

« C'est certain que c'est important comme athlète quand ta cuvée est la prochaine », a mentionné Brodeur, maintenant directeur général adjoint des Blues de St. Louis, l'équipe avec laquelle il a joué sa dernière saison dans la LNH en 2014-15.

« Tu espères y entrer, mais je ne pense pas que tu grandis en rêvant à cela. Je ne crois pas non plus que tu joues pour entrer au Temple de la renommée. Une fois que ta carrière est terminée, tu regardes tout ce que tu as accompli et tu entends ce que les gens disent autour de toi, à quel point tu mérites d'y accéder. »

« Quand ça approche, c'est bien de voir à quel point les prochains à être intronisés sont heureux. J'adore voir ça. En travaillant avec les Blues, j'ai côtoyé Al MacInnis, qui est entré il y a plusieurs années (2007). Tout ça rend les choses très excitantes », a expliqué Brodeur.

En assumant que Brodeur est assuré d'avoir 75% du vote des membres du comité de sélection nécessaire pour être intronisé, voici dix anciens joueurs qui méritent d'être considérés pour rejoindre Brodeur dans la cuvée 2018.

Martin St-Louis 

St-Louis est passé d'un joueur non repêché à un double gagnant du trophée Art Ross en 2004 et 2013 en plus d'avoir remporté le trophée Lady Byng, remis au joueur ayant démontré le meilleur esprit sportif, en 2010 et 2011. Il a également gagné le trophée Hart comme meilleur joueur en 2003 en plus de jouer un rôle prédominant dans la conquête de la Coupe Stanley du Lightning de Tampa Bay en 2004. St-Louis a conclu sa carrière avec 1033 points et il est le meneur de tous les temps chez le Lightning au chapitre des assistances (588) et des buts (953).

Daniel Alfredsson

Alfredsson, le visage des Sénateurs d'Ottawa, a récolté 444 buts, 713 assistances et 1157 points en 1246 matchs durant ses 18 saisons dans la LNH, les 17 premières avec les Sénateurs. L'ancien capitaine des Sénateurs n'a jamais joué au sein d'une équipe championne de la Coupe Stanley, mais il a tout de même remporté une médaille d'or olympique avec la Suède en 2006 et une d'argent en 2014. Il a gagné le trophée Calder en 1996.

Boris Mikhailov

L'intronisation en 2017 de Clare Drake, l'entraîneur avec le plus de victoires dans l'histoire du hockey universitaire canadien, a encore une fois souligné qu'il s'agit du Temple de la renommée du hockey, et non de la LNH. Ainsi, les exploits de Mikhailov comme joueur du CSKA de Moscou et représentant de l'Union soviétique sur la scène internationale sont impressionnants. Mikhailov a mené le CSKA à 11 championnats de la Ligue soviétique tout en accumulant 653 points. À l'international, il a joué pour deux formations gagnantes de la médaille d'or olympique et a aidé l'Union soviétique à remporter le Championnat mondial de l'IIHF à huit reprises.

Alexander Mogilny

Mogilny pourrait rejoindre Sergei Fedorov et Pavel Bure, ses coéquipiers au Championnat mondial junior de l'IIHF de 1989, qui ont déjà fait leur entrée au Temple. Mogilny a joué un match de plus dans la LNH que Paul Kariya, intronisé en 2017, et accumulé 43 points additionnels (1032-989). Ses 76 buts avec les Sabres de Buffalo en 1992-93 égalent la marque de Teemu Selanne, un autre intronisé de 2017, et constituent un sommet dans la LNH. Il a terminé sa carrière avec 473 filets. Mogilny est aussi un membre de la triple couronne de l'IIHF, ayant remporté une Coupe Stanley, en 2000 avec les Devils, une médaille d'or olympique et un championnat du monde.

Sergei Zubov

De 1993-94 à 2007-08, Zubov a amassé 701 points en 963 matchs. Un seul autre défenseur de la LNH a obtenu plus de points que lui durant cette période, Nicklas Lidstrom avec 767, un autre membre du Temple de la renommée. Zubov s'est aligné pour deux formations gagnantes de la Coupe Stanley, les Rangers de New York de 1994 et les Stars de Dallas de 1999, en plus d'être choisi pour le Match des étoiles à quatre reprises, en 1998, 1999, 2000 et 2008. Il a aussi gagné une médaille d'or aux Jeux olympiques de 1992 et au Championnat mondial junior de 1989.

Jeremy Roenick

Possiblement l'un des joueurs qui ont fait le moins l'unanimité dans les dernières années, Roenick a marqué 513 buts et terminé sa carrière avec 1216 points en 1363 matchs dans la LNH, mais il n'a jamais remporté la Coupe Stanley ou un honneur individuel. De 1990 à 1994, il a réussi 190 buts et 411 points en 327matchs. Il a gagné une médaille d'argent avec les États-Unis aux Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002.

Theo Fleury

Il présente une moyenne de plus d'un point par match durant sa carrière dans la LNH avec 1088 points en 1084 rencontres. Il a soulevé la Coupe Stanley avec les Flames de Calgary en 1989 et gagné des médailles d'or avec le Canada au Championnat mondial junior de 1988, à la Coupe Canada de 1991 et aux Jeux olympiques de 2002.

Curtis Joseph

Le nom de Joseph revient toujours dans le débat à savoir s'il faut avoir gagné une Coupe Stanley pour entrer au Temple de la renommée. Joseph n'en a jamais soulevé une, mais il est au quatrième rang des gardiens les plus victorieux (454), sixième au chapitre des matchs joués (943) et a connu sept saisons de 30 victoires ou plus.

Doug Wilson

Wilson se classe au 15e rang des défenseurs les plus productifs avec 827 points, 237 buts et 590 assistances. Le seul autre défenseur dans le top 15 à ne pas figurer au Temple est Gary Suter. Connu pour ses tirs frappés foudroyants, Wilson a remporté le trophée Norris en 1982, participé au Match des étoiles sept fois et est le meneur chez les défenseurs des Blackhawks de Chicago au chapitre des points. Comme Joseph, la Coupe Stanley brille par son absence sur sa feuille de route.

Chris Osgood

Osgood se compare bien avec Rogatien Vachon, intronisé en 2016. Bien sûr, ils ont joué à des époques différentes, mais considérez les statistiques lorsque vous les comparez. Si les deux ont remporté trois Coupes Stanley, Osgood a conclu sa carrière avec 401 victoires, tandis que Vachon n'en a que 355. Ils sont pratiquement égaux pour ce qui est des blanchissages, Vachon ayant l'avance 51-50. Osgood a présenté une moyenne de buts alloués de 2,49 tandis que celle de Vachon s'élevait à 3,00. Faites le calcul et vous verrez que Osgood est crédible pour la cuvée 2018.

En voir plus