Skip to main content

Boucher : Comme si le temps s'était arrêté

Notre chroniqueur Philippe Boucher nous amène dans les coulisses des retrouvailles de la conquête 2009 des Penguins

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh, à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (no 13) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

C'étaient de premières retrouvailles pour moi, celles des 10 ans de la conquête 2009 de la Coupe Stanley des Penguins de Pittsburgh la semaine dernière, et j'ai eu un plaisir fou!

Le temps passe vite. C'est impossible de garder contact avec tout le monde. Quand on se retrouve toutefois après plusieurs années, c'est comme si le temps s'était arrêté. On s'assoit tous ensemble et on partage les histoires et les anecdotes. On parle de nos parcours, c'est très agréable.

Même si je n'ai passé que les deux tiers de la saison 2008-09 avec les Penguins, j'ai tissé des liens durables avec des gars comme Mathieu Garon, que je connais depuis longtemps, Kristopher Letang, Bill Guerin et Sidney Crosby.

À LIRE AUSSI : Boucher: Le Match des étoiles devrait rassembler tous les meilleurs | Letang rejoint l'équipe Métropolitaine au Match des étoiles | DeSmith s'entend pour trois ans avec Pittsburgh

J'ai apprécié jaser du hockey d'aujourd'hui avec les joueurs actifs comme Letang, Crosby et Chris Kunitz, qui était de passage en ville comme porte-couleurs des Blackhawks de Chicago. Sidney a été très généreux de son temps, fidèle à son habitude, même s'il avait deux matchs à jouer. Sa blonde et lui sont venus prendre des repas avec nous le vendredi et le samedi et il a même passé du temps avec nous le dimanche.

J'ai toujours dit, après avoir été son coéquipier, que Sidney Crosby est la figure dominante de la LNH et que la ligue est entre de bonnes mains avec lui. C'est encore vrai en 2019. Il demeure la figure dominante de la LNH. Il n'a pas changé après toutes ces années. Il demeure le même gars terre à terre.

Video: FLA@PIT: Crosby égale un record d'équipe

« Fiston » Kristopher

C'était très plaisant de revoir Kristopher, de qui on disait à l'époque qu'il était mon fils. Je jouais le jeu en l'appelant fiston. Je demeurais seul à Pittsburgh et il était tout le temps chez moi, après les séances d'entraînement ainsi que les soirs qu'on ne jouait pas. J'allais me coucher et je lui disais : « tu fermeras la lumière et tu barreras la porte quand tu partiras ».

J'aurais voulu jouer un rôle plus important dans l'équipe dès mon arrivée en novembre 2008, mais les blessures m'en ont empêché. J'ai manqué 28 des 30 derniers matchs de la saison régulière et je n'ai joué que quelques matchs en séries éliminatoires.

J'étais inactif quand Dan Bylsma a remplacé Michel Therrien à la barre en février. J'ai assisté à la métamorphose qui s'est opérée, au changement d'attitude. Je prenais à cœur mon rôle de vétéran qui aide les jeunes. Je voulais leur faire profiter de mon expérience. Je retirais une grande satisfaction à le faire. Maxime Talbot en est un autre, mais je n'ai pas pu renouer avec lui lors de ce week-end parce qu'il poursuit sa carrière dans la KHL, en Russie.

Une belle surprise

Un des moments forts de la fin de semaine a été le souper, samedi soir. On devait être environ une douzaine d'anciens joueurs et on nous a réservé une belle surprise, la Coupe Stanley. Personne ne le savait, on nous a demandé de prendre l'ascenseur en même temps après l'apéritif pour se rendre à la salle de réception. À l'ouverture des portes, le plus beau trophée au monde nous attendait. Nous avons passé la soirée avec, comme centre de table, et nous avons pris plusieurs photos.

Le clou des festivités a été la réception avec le propriétaire Mario Lemieux avant le match des Penguins, dimanche. Tout le monde qui a participé de près ou de loin à la conquête de 2009, les anciens dirigeants comme les membres du personnel de soutien, avait été invité. Il devait y avoir près d'une centaine de personnes.

Le jour et la nuit

Ça fait 10 ans seulement que j'ai pris ma retraite, mais j'ai été renversé de voir comment les choses ont évolué. C'est le jour et la nuit! Bill Guerin nous a fait faire le tour du propriétaire au PPG Paints Arena. Les dirigeants et les joueurs profitent d'installations ultramodernes. Ce qui m'a le plus impressionné, c'est la salle à manger des joueurs avec deux chefs cuisiniers qui leur concoctent des repas et tout le personnel qui voit à les nourrir.

Quand j'étais joueur, on se tartinait un bagel au beurre d'arachide après les séances d'entraînement. Maintenant, les gars peuvent manger des sushis ou de l'osso buco. Tout est santé. Les chefs préparent même des plats que l'équipe apporte pour des matchs à l'étranger. On nous a dit que les Penguins sont avant-gardistes à ce chapitre dans la LNH, je peux le croire.  

La routine d'un joueur de hockey a beaucoup changé en l'espace de 10 ans. On est complètement ailleurs.

Attention aux Penguins!

Il a régné une formidable atmosphère pendant toute la fin de semaine. Il faut dire que l'équipe est sur une belle lancée après avoir connu un mauvais début de saison. On pourrait dire que les Penguins sont exactement là où ils veulent être. Ça me fait penser à notre parcours d'il y a 10 ans.

Michel Therrien n'a pas eu de bague de la Coupe Stanley en 2009, mais il avait fait de l'excellent travail afin de relancer les Penguins. Il avait établi de bonnes bases. Le changement d'entraîneur avait joué un rôle important, mais on doit également souligner l'ajout plus tard en saison de vétérans comme Kunitz et Guerin. Quelques années plus tard en 2015-2016, les Penguins ont gagné la Coupe après un autre changement d'entraîneur. Ils sont traditionnellement une équipe de deuxième moitié de saison. Le scénario semble vouloir se répéter cette saison, changement d'entraîneur en moins. Il y a quelque temps à peine, on disait qu'ils auraient de la difficulté à participer aux séries. Les voilà maintenant qu'ils flirtent avec le premier rang de leur section.

Video: PIT@ANA: Guentzel réussit un triplé face aux Ducks

Ça demeure une jeune équipe, surtout en défense, mais ses succès passent invariablement par les Crosby, Malkin, Letang et le gardien Matt Murray.

J'ai toujours eu un faible pour les Penguins. J'ai hâte de voir s'ils bougeront avant la date limite des transactions, le 25 février, parce qu'ils seront encore de sérieux aspirants pour l'obtention de la Coupe Stanley.

* Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.