Skip to main content

Bouchard : Les meilleurs avantages numériques

Notre chroniqueur décortique les succès des meilleures équipes sur le jeu de puissance

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Les occasions de jouer en avantage numérique sont de plus en plus rares dans la LNH d'aujourd'hui. C'est pourquoi les unités spéciales peuvent donner un sérieux coup de pouce à une équipe. À 5-contre-4, les meilleures équipes tirent leur épingle du jeu en profitant au maximum de la contribution d'un groupe restreint de joueurs.

Lorsqu'on utilise la formule des buts prévus (« expected goals ») de corsica.hockey, on constate que la plupart des joueurs utilisés en avantage numérique sont sur la glace pour cinq à sept buts prévus par heure jouée à 5-contre-4. La crème de la crème se situe entre 8 et 11 buts par heure jouée (je restreins ici aux seuls joueurs ayant obtenu au moins 50 minutes de jeu dans cette situation, soit 281 individus).

Il importe de souligner que les meilleurs avantages numériques se démarquent par la qualité du jeu d'ensemble déployé par la première unité de cinq utilisée. Longtemps, les Capitals de Washington ont constitué la référence en la matière. Mais la bande à Ovechkin semble avoir quelque peu ralenti cette saison et de nouveaux challengers ont émergé.

Au total des buts marqués, les nouveaux maîtres de l'avantage numérique sont les Penguins de Pittsburgh, le Lightning de Tampa Bay, les Ducks d'Anaheim, les Flyers de Philadelphie, les Blue Jackets de Columbus et les Oilers d'Edmonton.

Mais lorsqu'on observe de plus près ces résultats, il devient apparent que trois équipes se démarquent plus particulièrement : les Ducks, les Flyers et les Blue Jackets. Ces équipes mettent de l'avant des unités de cinq joueurs particulièrement efficaces.

Si on classe les 281 joueurs qui nous intéressent en fonction du nombre de buts prévus lorsqu'ils sont sur la glace, la prééminence de ces 15 joueurs apparaît immédiatement.

 

En fait, les 15 joueurs concernés par ces trois premières vagues occupent à eux seuls les 13 premiers rangs et on n'a qu'à se rendre au 20e rang pour attraper les deux retardataires.

 

La domination affichée par les Blue Jackets et les Ducks, même par rapport aux Flyers de Philadelphie, mérite d'être expliquée un peu plus en détail. L'indice de Corsica.hockey est basé à la fois sur le volume et la qualité des tirs obtenus par l'équipe. Tout ça est aussi évidemment lié à la capacité d'une équipe à obtenir des avantages numériques.

Les Ducks forment présentement l'équipe qui obtient le plus de chances de marquer par heure jouée à 5-contre-4, avec un peu plus de 32. Suivent ensuite les Blue Jackets, avec 31, les Oilers et les Rangers à 29.

Si j'ai malgré tout indiqué que les Flyers sont, selon moi, dans le groupe des trois équipes les plus dangereuses en avantage numérique, c'est qu'ils obtiennent une quantité astronomique d'avantages numériques; ils ont obtenu jusqu'ici 131 opportunités, tout juste devant les Penguins et les Stars de Dallas (129) et le Lightning (128). Les Ducks en ont obtenu 116 et les Blue Jackets… 96 !

J'ai beaucoup parlé de la bande à Tortorella depuis le début de la saison. Leur première unité de 5-contre-4 est d'une efficacité exceptionnelle et il est difficile de tracer la ligne de démarcation entre la chance et l'excellence. Du côté de la chance, on doit noter le taux de conversion exceptionnellement élevé affiché par l'équipe : ils obtiennent un but sur 14 pour cent de leurs tirs non bloqués, un score anormalement élevé. Mais leur taux de conversion prévu est de 11,8 pour cent, le meilleur de la LNH, 1,4 pour cent devant celui des Ducks. C'est un avantage énorme et il est parfaitement possible que ce que les formules de Corsica indiquent comme étant de la chance soit, en fait, de l'excellence.

Lorsqu'on compare avec les autres équipes identifiées dans cet article, on constate que les Oilers (10,4) et les Penguins (9,7) ont eux aussi des taux prévus de réussite extrêmement élevés, alors que les Flyers sont dans la moyenne de la ligue à 9,2 pour cent.

Le Lightning, à la lumière de cet examen en profondeur, passe au rang des Flyers. Comme ces derniers, les hommes de Jon Cooper se démarquent par leur capacité à obtenir beaucoup d'occasions d'avantages numériques. Les pourcentages prévus de réussite (9,1 pour cent) comme le volume de chances obtenues par heure jouée (24) les placent dans la moyenne de la ligue, mais leurs résultats ont jusqu'ici été dopés par un taux de conversion réel extrêmement élevé (11,4 pour cent).

Un dernier élément en terminant. On associe souvent le succès en avantage numérique à l'importance d'un joueur dominant. Les données ci-dessus laissent entendre qu'en fait, les meilleures équipes font flèche de tout bois grâce au travail en unités de cinq. Ça ne veut pas dire que des contributions individuelles exceptionnelles sont insignifiantes, bien entendu. Lorsqu'on regarde le tableau des meneurs pour les buts marqués à 5-contre-4, on voit que les Ducks, les Blue Jackets ou encore les Flyers n'ont pas le monopole. Mais ces performances, lorsqu'on les considère par rapport aux taux prévus, montrent que certains joueurs dépassent massivement les attentes qu'on peut raisonnablement avoir à leur endroit.

 

Accordons un passe-droit à Sidney Crosby, exception s'il en est une, mais pour les autres, la règle d'or tient encore. Une séquence heureuse peut prendre fin abruptement, ne serait-ce que pour cause de blessures. Les meilleures équipes savent s'en tirer parce qu'elles ont une méthode qui leur évitent de s'appuyer sur les bonnes ou les mauvaises séquences de tel ou tel joueur.

 

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.