Skip to main content

Bobrovsky se forge une réputation en séries avec les Blue Jackets

Le gardien inspire confiance à ses coéquipiers à la veille du match no 2 face aux Bruins

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

BOSTON - Que se serait-il passé si Sergei Bobrovsky n'avait pas fait cet arrêt aux dépens de l'attaquant du Lightning de Tampa Bay Nikita Kucherov après 26 secondes de jeu en deuxième période dans le match no 1 de la série de première ronde de l'Association de l'Est? Que serait-il arrivé au gardien des Blue Jackets de Columbus, qui était reconnu pour offrir des performances en deçà de la moyenne en séries éliminatoires de la Coupe Stanley?

« Mentalement, je pense que ç'a aidé sa confiance », a affirmé l'ailier droit des Blue Jackets Cam Atkinson.

Bobrovsky et les Blue Jackets en avaient besoin, à ce moment-là plus que jamais, alors qu'ils tiraient de l'arrière 3-0 face au Lightning après 20 minutes dans le match no 1. Un scénario cauchemardesque était près de se produire, et les détracteurs n'attendaient que la fin du match no 1 pour se déchainer.

À LIRE AUSSI : « L'épice » Brad Marchand assaisonne déjà la sérieDavid Pastrnak tarde à se mettre en marcheUne défaite aurait ébranlé le moral des Bruins

Bobrovsky ne leur a pas donné cette chance à ce moment-là et toujours pas durant ces séries éliminatoires.

Pour la première fois de sa carrière dans la LNH, Bobrovsky a été le meilleur joueur de son équipe en séries. La différence est frappante

Columbus a balayé Tampa Bay, et Bobrovsky a affiché une moyenne de buts alloués de 2,01 avec un pourcentage d'arrêts de ,932. C'était la première fois que les Blue Jackets gagnaient une série en 19 ans d'histoire.

Columbus a perdu le match no 1 de la deuxième ronde contre les Bruins de Boston au compte de 3-2 en prolongation, jeudi, mais sans le brio de Bobrovsky en première période, le pointage n'aurait même pas été serré, et les Blue Jackets n'afficheraient probablement pas le même niveau de confiance et d'optimisme à la veille du match no 2, qui aura lieu samedi au TD Garden (20 h HE, TVAS, NBC, CBC, SN).

Bobrovsky a gagné le trophée Vézina à deux reprises dans sa carrière, en 2012-13 et 2016-17, mais il n'a peut-être jamais aussi bien joué que depuis un peu plus de deux mois.

« J'ai la chance de le côtoyer depuis quelques années, et je ne l'ai jamais vu jouer à ce niveau et ça se poursuit en séries », a affirmé l'entraîneur de Columbus John Tortorella.

Atkinson abondait dans le même sens.

« Je ne l'ai jamais vu dans cet état d'esprit, a-t-il confié. Son niveau de confiance et sa façon de se comporter sont à leur mieux depuis que je joue avec lui ici. »

Pourquoi maintenant? Qu'est-ce qui est différent dans le jeu de Bobrovsky au cours des présentes séries éliminatoires?

Il a entamé les séries avec un dossier de 5-14, une moyenne de 3,49 et un pourcentage de ,891 en 24 sorties en carrière durant le tournoi printanier.

« De mon point de vue d'entraîneur, je pense qu'il est contrarié, a avancé Tortorella. Je pense vraiment qu'il est contrarié de ce que les gens pensent de son jeu en séries. Les gens ont le droit d'en parler. »

Bobrovsky, lui, en parle rarement, même s'il a confié vendredi aller jeter un œil à ses chiffres en séries de temps en temps, une torture. 

« Ce n'est pas plaisant », a-t-il admis.

Video: CBJ@BOS, #1: Bobrovsky s'étire pour voler McAvoy

Il a accordé 10 buts sur 81 tirs en six sorties en 2011 et cinq buts en 18 lancers en 37 minutes, bon pour une moyenne de 8,11 et un pourcentage de ,722 en 2012.

Lors de ses trois présences précédentes en séries avec les Blue Jackets (2014, 2017 et 2018), Bobrovsky a amassé cinq victoires en 17 départs et présenté un pourcentage de ,898 et une moyenne de 3,37.

Moche. Désagréable. Inacceptable.

« D'un autre côté, je vois chaque passage en séries comme une occasion séparée, a expliqué Bobrovsky. J'essaie de vivre dans le présent. »

Il vit bien. Enfin.

« Je ne suis pas d'accord pour dire que tu peux pointer une personne du doigt et dire qu'elle ne joue pas bien en séries, a commenté Bobrovsky. C'est un sport d'équipe. Nous jouons, nous gagnons et nous perdons en équipe. Évidemment, je sais que j'ai une grande responsabilité dans l'équipe, mais d'un autre côté, chaque année est différente. »

Il y a des raisons tangibles pour expliquer les succès de Bobrovsky cette fois.

Il se sentait bien devant le filet, entrant en séries sur une excellente séquence.

Bobrovsky a conservé un dossier de 13-6-0 avec un pourcentage de ,933, une moyenne de 1,90 et six jeux blancs du 22 février jusqu'à la fin de la saison. Il a notamment remporté six de ses sept derniers départs avant les séries.

Il a effacé les doutes que ses coéquipiers auraient pu avoir à propos de son historique en séries éliminatoires avec son jeu dans la dernière ligne droite.

« Il a été notre meilleur joueur », a estimé Atkinson.

Ce n'est pas une coïncidence si la bonne séquence de Bobrovsky a commencé pratiquement au moment où les Blue Jackets ont acquis le gardien Keith Kinkaid dans une transaction avec les Devils du New Jersey le 25 février.

Kinkaid n'a pas joué un match encore, mais sa présence permet à Columbus d'avoir deux gardiens à l'entraînement quand Bobrovsky prend une journée de repos ou demeure à l'écart pour travailler sur certains aspects de son jeu avec l'entraîneur des gardiens Manny Legace.

Bobrovsky s'est entraîné avec les Blue Jackets une seule fois durant leur pause de huit jours entre les première et deuxième rondes. Il ne s'est pas entraîné vendredi.

« J'attribue le mérite à l'organisation d'avoir fait l'acquisition de Kinkaid et de me donner un peu plus de flexibilité dans ma préparation pour les rencontres », a dit Bobrovsky.

La recette fonctionne. Bobrovsky se porte bien.

Bien sûr, on peut se demander ce qui se serait produit s'il n'avait pas stoppé Kucherov et que Columbus s'était retrouvé à tirer de l'arrière 4-0, un retard probablement insurmontable, dans le match no 1 contre le Lightning.

C'est légitime de se poser la question, mais c'est également non pertinent, car Bobrovsky a fait l'arrêt, et bien d'autres, pour enfin donner une chance de gagner aux Blue Jackets en séries éliminatoires.

« Quand il est au sommet de son art, il est probablement l'un des meilleurs gardiens de la Ligue, a affirmé Atkinson. Et il est à son mieux en ce moment. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.