Skip to main content

Lafrenière entame sa marche vers ÉCJ

L'entraîneur adjoint de la formation canadienne est loin d'exclure la sélection du jeune prodige de 17 ans en vue du CMJ

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

SHERBROOKE - Jim Hulton était l'adjoint de Mario Durocher derrière le banc d'Équipe Canada junior en 2004 quand, à 16 ans et cinq mois, Sidney Crosby est devenu le plus jeune joueur de l'histoire à marquer un but au cours du traditionnel tournoi du temps des fêtes.
 

La sélection du jeune attaquant de l'Océanic de Rimouski n'avait été que formalité à l'époque même si ce tournoi convient habituellement mieux aux joueurs de 19 ans. Il y a toujours des exceptions; Crosby et Connor McDavid en étaient.

Et à écouter les propos d'Hulton à l'aube du premier match de la portion LHJMQ de la Série Canada-Russie, lundi, il ne serait pas du tout surprenant que l'état-major de la formation canadienne en fasse une autre cette année pour Alexis Lafrenière, qui a eu 17 ans le mois dernier.

« Quand tu es prêt, tu es prêt », a lancé l'entraîneur des Islanders de Charlottetown, qui agira comme adjoint à Tim Hunter en décembre, à Vancouver.

« Notre but est de faire confiance aux 23 meilleurs joueurs. Alexis a prouvé au cours de la première moitié de la saison qu'il avait repris là où il avait laissé l'an dernier. Ce n'est pas facile de gérer les attentes qu'il y a à son endroit et il le fait assurément très bien. »

Le jeune prodige avait mis la barre haute à sa première saison en méritant le titre de recrue de l'année grâce à une récolte de 80 points, dont 42 buts, en 60 rencontres à 16 ans seulement.

À LIRE AUSSI: Cinq joueurs qui jouent gros à la Série Canada-RussieLafrenière compte un autre admirateur en Gretzky | Lafrenière affiche un leadership inconstesté

Considéré par plusieurs comme le meilleur espoir en vue du repêchage de 2020, Lafrenière a déjà récolté 12 buts et 24 aides en 21 matchs et est à égalité au deuxième rang des pointeurs de la LHJMQ.

Il va sans dire que son invitation à la Série Canada-Russie allait de soi. Grâce à ça, il aura deux matchs cette semaine pour prouver aux dirigeants de Hockey Canada qu'il mérite à tout le moins de participer au camp de sélection de l'équipe dans un mois.

« J'essaie toujours d'avoir les meilleures performances possible, peu importe où je vais, a indiqué le principal intéressé. Ç'a bien été au tournoi Hlinka-Gretzky et ça va quand même bien depuis le début de la saison. Je vais jouer le meilleur hockey possible et si j'ai la chance d'être invité (au camp), je vais tout donner. »

S'il y avait encore des doutes quant à sa capacité à livrer la marchandise sous pression, Lafrenière les a certainement dissipés au tournoi Hlinka-Gretzky, cet été, quand il a dominé les meilleurs joueurs de moins de 18 ans au monde en récoltant cinq buts et six aides en cinq matchs pour mener le Canada à la médaille d'or.

Disons qu'il a ajouté quelques arguments de poids à sa candidature à ce moment.

« Même avant ça, il était sur le radar de tout le monde, a fait valoir Hulton. C'est un talent exceptionnel que l'on ne voit pas souvent. Notre travail est d'ignorer le certificat de naissance et de nous assurer de choisir les meilleurs joueurs.

« Il sera intéressant de voir ce qu'il fera (à la Série Canada-Russie). Ceux qui suivent la LHJMQ ne seraient pas du tout surpris qu'il finisse par être le meilleur joueur sur la patinoire. C'est un gars qui brille dans les moments importants. »

Un rôle différent?

Si Lafrenière parvenait à se tailler un poste avec l'équipe qui défendra le titre acquis l'an dernier, il ne faudrait quand même pas s'attendre à ce qu'il pivote le premier trio de la formation.

Peu d'attaquants ayant participé à la dernière conquête seront de retour - Maxime Comtois, Alex Formenton et Robert Thomas sont les seuls candidats potentiels - mais il y aura quand même beaucoup de talent devant. Surtout des joueurs plus expérimentés.

À leur première participation au tournoi, Crosby (6 MJ; 2b, 3a) et McDavid (7 MJ; 1b, 3a) ont été utilisés dans des rôles plus secondaires même s'ils étaient tous les deux les moteurs offensifs de leur formation respective au niveau junior.

Avec son intelligence, sa vision et ses habiletés, nul doute que Lafrenière serait en mesure de s'adapter à une mission un peu plus défensive, s'il le faut.

« C'est sûr qu'il y a beaucoup de talent et des gars beaucoup plus vieux que moi, a dit le Québécois. Mais peu importe le rôle qu'on te confie, qu'il soit offensif ou défensif, il est tout aussi important. Je suis prêt à accepter n'importe quel rôle. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.