Skip to main content

Les hauts et les bas d'Ekblad à Hockeyville

Le défenseur des Panthers a connu, contre les Canadiens, un match à l'image de sa carrière

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

BATHURST, Nouveau-Brunswick - Le match en montagnes russes qu'a connu Aaron Ekblad à Kraft Hockeyville Canada, mercredi, avait beaucoup de similitudes avec sa carrière jusqu'à présent dans la LNH.

Le défenseur des Panthers de la Floride a amassé deux passes, deux minutes de pénalité et il était sur la glace lors de six des sept buts qui ont été marqués lors de la défaite de son club 4-3 contre les Canadiens de Montréal au K.C. Irving Center.

À LIRE : Victoire du CH à Hockeyville | Luongo commence un nouveau chapitre avec les Panthers

De sa loge, le directeur général Dale Tallon alternait entre sourire et grimace chaque fois qu'Ekblad était sur la patinoire. À 23 ans, le verre est-il à moitié plein ou à moitié vide pour le défenseur?

« J'aimerais le voir jouer plus naturellement, a souligné Tallon. En ce moment, il pense trop sur la glace. Il tente trop d'être parfait. Je veux qu'il joue, tout simplement. Qu'il se sente libre dans sa manière de réfléchir. On l'a vu durant la première période, il pensait trop, alors qu'en deuxième, c'était fluide et facile. 

« C'est correct si tu fais une erreur. Tu vas en faire de nombreuses. Les autres équipes vont réussir de bons jeux contre toi. C'est pourquoi tu dois avoir une prise de décision rapide. »
 
L'une de ces erreurs s'est produite sur le but gagnant marqué par Alex Belzile en désavantage numérique. Ekblad a manqué de synchronisme lors d'un plongeon à deux-contre-un et il était couché sur le ventre lorsque Belzile l'a déjoué pour compter avec 6:03 à faire en troisième période.

« Nous étions en avantage numérique à ce moment, nous étions en contrôle, a expliqué l'entraîneur-chef des Panthers Joel Quenneville. Je pense qu'en comparaison à l'an dernier, c'est le type de but qu'on doit empêcher lorsque le match est en jeu en fin de rencontre. En saison régulière, on viendrait de perdre deux points importants. »

Video: FLA@MTL: Belzile complète Poehling en I.N.

Quenneville n'a pas pointé Ekblad du doigt, pas qu'il le méritait plus qu'un autre. Plusieurs joueurs étaient à blâmer.

Ce qu'espère Tallon, c'est que l'entraîneur-chef qu'il a engagé le 8 avril pour remplacer Bob Boughner pourra aider Ekblad à peaufiner son jeu et lui permettre d'atteindre un niveau supérieur. 

« J'espère qu'il pourra avoir un gros impact sur lui, a souligné Tallon. Et j'espère qu'il l'écoutera et qu'il portera attention aux détails que Joel demande de ses joueurs qui sont si importants : d'être imputable et d'être dévoué lors de chaque présence sur la glace. Je pense qu'il peut avoir beaucoup d'influence sur nos jeunes défenseurs. »

Quenneville sera le quatrième entraîneur en cinq ans pour Ekblad, qui a été le premier choix du Repêchage 2014. Il a évolué sous les ordres de Gerard Gallant (2014-15), Tom Rowe (2016-17) et Boughner, qui avaient tous un système différent, mais aussi une philosophie différente sur ce que devrait être la façon de jouer d'un défenseur.
 
Ekblad a amassé 171 points en 391 matchs dans la LNH, mais il manque de constance sur la glace et sur le banc. Il espère que l'arrivée de Quenneville permettra de changer ça.

« Ça fera du bien d'avoir un peu de stabilité dorénavant avec l'arrivée de Joel et du nouveau personnel d'entraîneurs, a mentionné Ekblad. Mais on doit livrer la marchandise. C'est à nous, les joueurs, de performer. Dans le passé, nous ne l'avons pas fait. Mais maintenant, nous avons de la stabilité et on espère pouvoir apprendre certaines choses et passer au prochain niveau en tant qu'individus.

« C'est sûr que tu veux être parfait. Tu ne veux pas faire d'erreurs. Mais ça va se produire. On est dans la LNH, des erreurs, tu vas en faire. C'est pourquoi nous avons le calendrier préparatoire, afin d'enlever les mauvais plis. On commence à installer notre jeu de puissance, notre désavantage numérique, tout ça, et trouver de la chimie avec nos coéquipiers.

« C'est un bon entraîneur, et j'aime le rythme avec lequel il nous fait jouer. »
 
Quenneville a mené les Blackhawks de Chicago à la Coupe Stanley en 2010, 2013 et 2015, au sein d'équipes qui avaient les défenseurs Duncan Keith et Brent Seabrook comme colonne vertébrale. Ekblad n'est pas à ce niveau, mais Quenneville estime qu'il a autant de potentiel dans certains aspects de son jeu.

« Avec les défenseurs, la meilleure façon de juger leur apport, c'est par leur constance et leur stabilité, a analysé Quenneville. Il y a plusieurs défenseurs offensifs dans la LNH aujourd'hui et lorsqu'on regarde leur manière de jouer défensivement, ils n'ont pas tous la même constance. Il a un peu des deux dans son jeu, ce qui peut le rendre très efficace. J'aime sa manière de bouger, son sens du positionnement. Présentement, on regarde comment on bloque l'adversaire en défensive, et comment on est habiles dans des situations d'échec-avant. 

« Il a beaucoup de qualités dans son jeu qui peuvent lui permettre de s'améliorer et d'atteindre le prochain niveau. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.