Skip to main content

Un plan parfait pour attirer Tavares

Depuis février, les Maple Leafs mettaient en place une stratégie pour convaincre le joueur étoile

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

TORONTO - Kyle Dubas avait encore des doutes.

Après toutes les discussions, le recrutement et les spéculations, le directeur général des Maple Leafs ne pouvait pas encore réaliser que son équipe venait de mettre la main sur John Tavares, le joyau de l'édition 2018 de la période des joueurs autonomes.

C'était jusqu'à ce qu'il voit Tavares entrer au Scotiabank Arena dimanche après-midi.

« C'est uniquement à ce moment que j'ai réussi à me convaincre que c'était vrai », a dit Dubas avec un large sourire au visage qu'il n'était pas en mesure d'effacer, avec raison.

Après tout, le processus avait été long et difficile. Un parcours qui s'est amorcé quatre mois plus tôt lorsque l'équipe a pris la décision d'approcher Tavares, qui a pris une vitesse folle lorsque Toronto s'est mesuré à cinq autres équipes dans la bataille de recrutement du joueur de centre, puis qui a culminé lorsque Tavares a pris sa décision en faveur des Maple Leafs, vendredi.

« Tu tentes de te présenter sous ton meilleur jour et tu espères que ce sera suffisant, a indiqué Dubas. On est heureux que ça ait fonctionné »

Voici comment les Maple Leafs ont mis la main sur Tavares.

Dubas a mentionné que l'idée de prendre en chasse Tavares s'est imposée à la date limite des transactions le 26 février lorsque la direction des Maple Leafs s'est mise à parcourir la liste des joueurs qui pourraient être disponibles le 1er juillet. Après l'élimination de l'équipe en première ronde des séries éliminatoires contre les Bruins de Boston, le processus s'est amorcé. Une vidéo de recrutement a été conçue, sur laquelle on retrouvait des membres et anciens de l'organisation, dont Mitchell Marner.

L'étape suivante a eu lieu lors du repêchage 2018 à Dallas, les 22 et 23 juin. L'agent de Tavares, Pat Brisson, a invité les Maple Leafs, ainsi que les Islanders de New York, les Sharks de San Jose, les Bruins de Boston, les Stars de Dallas et le Lightning de Tampa Bay à rencontrer son client au siège social de l'agence CAA à Los Angeles.

À LIRE : Une décision déchiranteVegas a le dessus sur Winnipeg pour Stastny

À son retour du repêchage, Dubas a rencontré le président des Maple Leafs Brendant Shanahan et l'entraîneur-chef Mike Babcock. Un plan de match a été mis en place le 25 juin avant de le présenter à Tavares.

« Kyle a vraiment, vraiment bien géré la situation, a dit Shanahan. Il a été le quart-arrière. C'est lui qui nous disait quoi faire. »

Dubas a présenté au joueur tant désiré la direction vers laquelle l'équipe se dirigeait, avec son noyau de jeunes et prometteurs athlètes comme Auston Matthews et Marner. Shanahan est originaire de Toronto, tout comme Tavares, et il lui a raconté à quel point c'était spécial d'évoluer pour l'équipe de ta ville. Quant à Babcock, il a tracé le plan de la façon dont il comptait l'utiliser, dont la possibilité de le placer aux côtés de Marner.

« Comme John l'a dit, je pense que c'était le moment parfait, a noté Shanahan. Jouer à Toronto, on sait ce que ça signifie avec les partisans, les médias et tout, mais tu n'as qu'à regarder des joueurs comme Mitch Marner, Connor Brown, Zach Hyman, des gars de Toronto, qui connaissent du succès et qui adorent ça, tout comme leur famille. J'entends beaucoup de choses négatives dans les autres villes à propos de Toronto, mais je ne pense pas que ce soit une bonne description de l'état d'esprit des joueurs de notre équipe présentement. »

Le contingent a quitté les bureaux de Brisson en se demandant s'il en avait fait assez pour convaincre Tavares. « On avait fait tout ce qu'on pouvait faire, a avoué Dubas. Mais tu ne sais jamais si ce sera assez. »

Brisson, lui, savait que son client avait été impressionné.

« Ils ont présenté un dossier étoffé, a indiqué l'agent dimanche soir. J'ai vu l'effet que ç'a eu sur John. La chance d'évoluer sur une équipe avec autant de talent, c'était important. Mais quand ils ont souligné qu'il pouvait revenir à la maison, ç'a l'a fait réfléchir.

« Toutes les équipes ont effectué de très bonnes présentations. Mais Toronto avait quelque chose d'unique que les autres formations ne pouvaient offrir. »

Video: NYI@DET: Tavares joue les héros à son dernier match avec les Islanders

Une fois que les six équipes en avaient terminé avec leur présentation, Tavares s'est envolé vers la maison, à Toronto, jeudi et a amorcé sa réflexion. Il est rapidement devenu évident que le choix serait entre les Maple Leafs et les Islanders, qui en avaient fait le tout premier choix du repêchage de 2009.

Il s'est mis à penser à ses souvenirs de jeunesse comme partisans des Maple Leafs, de Steve Thomas et Mats Sundin, de s'endormir dans son lit sous les couvertures aux couleurs bleu et blanc. C'était sa chance de faire son retour et de le faire avec une équipe qui pourra viser la Coupe Stanley pendant plusieurs années.

« J'étais déchiré, a-t-il dit. Je savais que ça ferait mal de quitter les Islanders, mais je ne voulais pas que ça influence ma décision. »

Vendredi, Tavares a indiqué à Brisson qu'il retournait dans son patelin.

« J'ai immédiatement parlé à Kyle et on a commencé les discussions sur les détails du contrat. Je pense que le moment était parfait pour John. Dans son cœur, c'est ce qu'il voulait faire », a dit l'agent.

Tavares a fait connaître sa décision au monde entier à 13 h 01 H.E. dimanche à l'aide d'un message sur Twitter. Trois heures plus tard, il s'est présenté dans les bureaux des Maple Leafs et a signé son contrat d'une durée de sept ans d'une valeur de 77 millions $.

« À ce moment, je me suis permis de souffler et d'être heureux », a affirmé Dubas.

Après quatre mois au cœur de cette aventure, il a toutes les raisons de l'être.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.